30 mai 2007

Julos Beaucarne au Gesù

 

ImmensémentIntime_2

 

Paru dans Le Devoir, 30 mai 2007

19:41 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

27 mai 2007

Le Devoir, 26 et 27 mai 2007



LE VIEUX COEUR NEUF DE L' ADMIRABLE JULOS

par Sylvain Cormier


Il a 70 ans, presque 71. Il pourrait en avoir huit, ou 2000. Julos Beaucarne est un éternel gamin et, depuis toujours, un vieux sage. Tiers Vigneault, tiers Yoda, tiers Flupke (le copain blondinet de Quick, bel exemple d'enfant terrible bruxellois, version Hergé). C'est aussi un ami. Statut non exclusif. On ne se fréquente pas. Simple affaire de qualité de contact. Quiconque rencontre Julos, croise son bon regard, est son ami. «Les vrais amis sont comme les arbres / Ils tendent leurs bras, ne plient pas», chante-t-il.

Entre amis, on parle santé. Et alors, ce coeur? «Il a cessé de battre un petit moment, et puis hop! Reparti.» C'était en 2005, alors qu'on s'apprêtait à célébrer ses 70 ans. Crac. Lui qui a toujours vécu à coeur ouvert, lui qui a le coeur sur la table, il se prenait au mot. «Ç'a été très intéressant à vivre, la mort, badine-t-il sans badiner. Depuis que je suis mort, je n'ai plus peur de mourir. Ça m'a apaisé.» Admirable Julos. Au-delà de l'oeuvre pourtant considérable, des quelque 25 disques (dernier gravé: Le Jaseur boréal), du gros tas de livres (dernier imprimé: Les Chaussettes de l'archiduchesse et autres défis de la prononciation, en collaboration avec Pierre Jaskarzec), des expositions en tous genres, de son journal-manifeste (le FLO, ou Front de libération de l'oreille), des conférences, du blogue (Julosland, sur le site espace.julos.be), il y a l'homme. Dont la seule présence irradie de bonne chaleur. Dont l'humanisme est contagieux. Rien qu'à écouter parler le gaillard, rien qu'à le regarder sourire, rien qu'à l'entendre rire, on est ragaillardi. On se sent capable d'être meilleur. "La bonne humeur, c'est une gymnastique". Sourire fait travailler 14 muscles. C'est fantastique.»

Attention! Julos Beaucarne est le contraire d'un bienheureux. D'un béat. D'un jovialiste. C'est un type qui avance bras ouverts, qui prête flanc. Un lucide que tout atteint, mais que rien ne démobilise. S'il dénonce, c'est pour mieux semer. Dans Le Jaseur boréal, côte à côte, il y a une chanson primesautière sur le printemps intitulée Les Jeunes Filles («C'est le printemps / Les jeunes filles sortent leurs longs cheveux») et une autre sur la cruauté des hommes intitulée Les loups ont des têtes de moutons («Celui qui se tient haut perché / Il a le droit d'vous supprimer / De beaux enfants sautent sur des mines / mais on n'arrête pas la machine»). C'est tout Julos. L'horreur et la beauté dans la balance. La beauté l'emporte, mais seulement si on insiste. «Mes disques, mes spectacles sont les miroirs de la vie. Avec de grandes joies, de grandes tristesses. Des choses magnifiques, des choses terribles. On ne peut pas nier cette variété. Le truc, c'est de ne pas être accablé par l'horreur. Il faut rebondir. Et si tu veux rebondir, y a rien à faire, faut que tu tombes vertigineusement, que tu te ramasses et que tu recommences.»

Ce n'est même pas une leçon de vie: simple suggestion d'un homme plusieurs fois mort, plusieurs fois nouveau-né. Impossible de ne pas rappeler qu'en 1975, un déséquilibré poignarda sa femme. Et que la nuit même, Julos Beaucarne écrivit du fin fond de la tristesse une ode à la vie. «Avant, t'es un peu touriste. Mais quand quelque chose comme ça t'arrive, t'es acculé à te prendre en main. C'est ça ou le suicide. Tu te dis: si je survis, c'est pour faire quelque chose. J'ai décidé de fêter la vie.»

En spectacle, vous l'aurez constaté au Petit Champlain de Québec en fin de semaine dernière, vous le constaterez ce soir (samedi) à Saint-Camille, dimanche à Trois-Rivières, et à Montréal les 29 et 30 mai (au Gesù), fêter la vie commence toujours de la même façon: il se présente à nous, on se présente à lui. Belle cacophonie. «À ce momentlà, les gens enlèvent leur carapace.» Et tout devient possible.


Sylvain Cormier
, le Devoir
Edition du 26 et 27 mai 2007

 

11:02 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

22 mai 2007

Entretiens sur Radio Canada

 

beaucarne2752
photo extraite du site internet de Radio Canada
 
 
 
CLIQUEZ SUR LES LIENS CI-DESSOUS
 
 

 

16:31 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

18 mai 2007

Le FLO 53

 
Flo53_p1_bis
 
Flo53_p2_bis

Flo53_p3_bis

Flo53_p4_bis

Flo53_p5_bis

Flo53_p6_bis

Flo53_p7

Flo53_p8

Flo53_p9

Flo53_p10

Flo53_p11

Flo53_p12

Flo53_p13

Flo53_p14

Flo53_p15

Flo53_p16

 

 

Si vous voulez vous abonner au FLO
et recevoir la version papier

adressez-vous à:

Claude DUCHATEAU
25 rue Joséphine Rauscent
B 1300 LIMAL
Tél . 0032(0)10/417374

clduchateau@swing.be

 

 

 

16:24 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

17 mai 2007

Exposition d'objets détournés - Le Lotus

 

LOTUS CHARLEROI copie

 

14:14 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

Exposition d'objets détournés - Le Lion

 
LEONE-LOTUS copie

14:10 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

16 mai 2007

Pagodes vues d'en haut

 
Pagodes_VueAerienne

Pagodes de Wahenge
B
eauvechain

12:11 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

12 mai 2007

Julos au Gesù, la presse en jase déjà...

 

ArticlesPresse_JulosAuGesu

 


Extrait du Flo-Flaf d'avril 1995

22:49 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

Touche pas à mon Ravel

Textes_VeloEstOuest

Boris et Julos sur le vélo Est-Ouest

Pauvre Belgique, qui es-tu dans le concert des nations, toi qui es colonisée par les USA et maintenant par la Chine. On empêche un homme de paix, mon ami le Dalai Lama, de venir dans notre pays et on ne fait pas le moindre problème pour accepter un homme de guerre, Bush, qui a sur la conscience tant et tant de morts, qui a été le détonateur de tant de tristesses, tout cela au nom du pèse et du fisc et du saint bénéfice.On met en prison quelqu’un qui a volé un saucisson dans une grande surface mais on laisse courir un homme qui est responsable de la mort  de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants non seulement en Irak mais partout dans le monde. L’ennui c’est qu’il fait recette, tout un paquet de petits dictateurs suivent son exemple de part le monde. La loi du plus fort est toujours la loi du moindre effort. Et nous voila dans l’Absurdisthan total. A Rochefort, un mayeur veut faire passer des camions sur le “Ravel”, ce lieu de paix où les enfants, les gens de tous les âges peuvent rouler en vélo en toute quiétude et  sécurité et voila qu’on veut priver les cyclistes, les marcheurs, de ce lieu tranquille, et voila qu’on veut laisser les camions envahir cette voie pacifique du Ravel. Touche pas à mon Ravel. Nous avons tous et toutes besoin de ce lieu de paix.

Julos Beaucarne le samedi 12 mai 007

17:49 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Vélo 1 million 458 000 vitesses

 

ImaginationPouvoir_Velo1million458000vitesses

 

17:48 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

Vélocopter

 

VeloVolant_Velocopter

 

17:47 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

10 mai 2007

'L'inaccessible étoile'

 

Découverte d'une exoTerre potentiellement habitable',FULLHTML);" class="img" />

Le système planètaire de Gliese 581 - Crédit : ESO

A 20,5 années lumières de chez toi, ah! sais-tu ce qu'il y a? Y a une planète en orbite d'une naine rouge à 200.000 milliards de kilomètres de chez toi. Dis-moi quand est-ce qu'on y va ?
 

On vient de découvrir une exoplanète, une planète qui est hors du système solaire: Gliese 581 C. Elle se trouve à 20,5 années lumières. A la vitesse d'une navette, il faudrait 794 00O ans avant de pouvoir y aborder, cette planète aurait peut-être de l'eau et des habitants....? Jusqu'ici le seul système dans lequel je voulais entrer, c'était le système solaire et voilà qu'on découvre d'autres systèmes, je ne sais plus où donner de la tête. Personnellement, je crois que toutes les découvertes que l'on fait sur l'univers nous en apprennent davantage sur nous-même, la mémoire des astres est dans notre peau et quand nous regardons le firmament étoilé et tous les firmaments qu'il y a derrière notre firmament familier, nous nous regardons nous-même. Quand nous regardons un homme, une femme, un bébé, nous nous regardons nous-même. Nous sommes 6 milliards et demi d'êtres humains sur terre et cela jusqu'à plus ample informé, chaqu'être n'est-il pas déjà un univers particulier, y-a-t-il 6 milliards et demi d'univers: autant d'univers qu'il y a d'êtres humains? On vient de découvrir qu'il n'y a pas qu'un seul univers mais des milliers, des milliards d'autres, on appelle déjà tous ces univers "Mégavers" et le "Mégavers" serait en perpétuelle expansion et il y a un grand nombre de possibilités d'univers cachés derrière les confins du nôtre. Un univers peut en cacher un autre. Mais parlons un peu de notre univers à nous, 95 pour cent de sa masse est inconnue, ce 95 pour cent serait de la matière noire composée de particules lourdes invisibles, cette énergie noire correspondrait à l'énergie du vide et l'expansion de l'univers connait une phase d'accélération.
Qu'y a-t-il au fin fond des yeux qui nous regardent?

Julos 1O mai 2007

22:34 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)