24 juillet 2007

Flo 54

 

Flo54_1

 


Flo54_2

 


Flo54_3

 


Flo54_4

 


Flo54_5

 


Flo54_6

 


Flo54_7

 


Flo54_8

 


Flo54_9

 


Flo54_10

 


Flo54_11

 


Flo54_12

 


Flo54_13

 


Flo54_14

 


Flo54_15

Flo54_16bis

 

23:29 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Comme dit l’autre, frères mais pas jumeaux !
Chapi-chapo aux lecteurs qui ont attendus la réconciliation du Flo/Flap, un peu de « mèches » avec les journalistes, tout de même… parfois j’ai envie de dire « m…. », y a des trucs qui m’énervent !!! parfois seulement, et je le dis, c’est comme ça et c'est tant pis ! Mais à choisir, je préfère aussi la vie réconciliée…
« un pur trouve toujours un plus pur qui l’épure » : longue vie aux inspirés !!!

Écrit par : Pilou | 25 juillet 2007

Répondre à ce commentaire

Le flalf est toujours d'actualité, voyons. Ha, elle est forte celle-là, l’histoire du flo-flaf ! Et dire que j’ai failli rater ça… Quel flop c’aurait fait ça. Oui, un peu de bon sens, le flaf c’est toujours d’actualité. Dans les « niouzes » on n’appelle plus ça « flaf », mais « anti-ogm », c’est plus incisif, c’est plusse moderne, mais c’est jusse un changement de look, un re-baptême du même problème sur de nouveaux fonds monétaires et anti-sociaux. Amen.

Écrit par : Bernard | 25 juillet 2007

Répondre à ce commentaire

Quelle colère, Bernard !

Écrit par : Pilou | 26 juillet 2007

Répondre à ce commentaire

Colère ? Quelle colère ? Ben non... pas du tout, j'essayais juste de comprendre le sens du mot FLAF (moi je dois tout comprendre) et je tentais donc de faire une petite analogie avec les Ogm, l'agriculture indutrielle, et tout ça. Par contre, oui, sur le saccage de la planète, là je suis très en colère ces mois-ci. Il ya de quoi, je pense. Bon asteure, moi je pars en vacances, trois semaines sans tinternet je ne sais pas si je m'en remettrai... (j'ai l'impression que si justement, je m'en réjouis à l'avance d'ailleurs)

Écrit par : Bernard | 26 juillet 2007

Répondre à ce commentaire

Bidou bidou waouah Le flo-flaf c'est le bruit des flûtes dans les huttes, quand le tympan et le tympanon sont tout "oui".
C'est du zazou, zazou ding dong tout swing qui dit le silence de la musique des sphères (9 selon les meilleurs auteurs)
C'est de la crème de contes de Grimm, dont on a bien besoin...
Un flo sans flaf c'est une pluie qui passe sans tomber...
Maintenant que ça swingue à nouveau, hum ! c'est doux à nous tous...

Écrit par : babel | 03 août 2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous ! Bonjour ! J'habite à Chalon sur Saône ; je voyais Julos à Châtenoy le Royal (petite ville à proximité) pour un spectacle d('Amnesty je voudrais faire une invitation pour remercier des amis; je voulais trouver les paroles de la chanson = .".il faut les amis s'aimer à tort et à travers !" etc ...
Merci à vous qui me donnerez le texte Amitiés ! Georgette 7gwmm

Écrit par : Georgette Courtemanche | 21 août 2007

Répondre à ce commentaire

Au fait grand merci pour votre collaboration amicale ! Georgette Chalon sur Saône ! 21/08/07

Écrit par : Georgette Courtemanche | 21 août 2007

Répondre à ce commentaire

S'aimer à tort et à travers Bonjour Georgette, voici le lien vers la lettre manuscrite sur le blog et voici le texte:

Amis bien aimés,
Ma Loulou est partie pour le pays de l'envers du décor, un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce. C'est la société qui est malade, il nous faut la remettre d'aplomb et d'équerre, par l'amour et la persuasion.
C’est l’histoire de mon petit amour à moi arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage ni vous ni moi. Je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et nos deux chéris qui lui ressemblent. Sans vous commander, je vous demande d'aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les coeurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir, il faut reboiser l'âme humaine.
Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires, vous retrouverez ma bien aimée, il n’est de vrai que l’amitié et l’amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses ; on doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller au paradis. Ah comme j'aimerais qu'il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles...
En attendant, à vous autres, mes amis d'ici-bas, face à ce qui m'arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu'un histrion, qu'un batteur de planches, qu'un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd'hui :
je pense de toutes mes forces, qu'il faut s'aimer à tort et à travers.

Julos Beaucarne
Nuit du 2 au 3 février 75

Écrit par : lol | 21 août 2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.