07 septembre 2007

Séparation de la Sabam



Séparer la Sabam en deux parties, c'est à mon sens la rendre inopérante et
inefficace, les scissions qui sont devenues des spécialités de notre pays
affaiblissent totalement le fonctionnement des institutions, coûtent très
cher et entravent et immobilisent le pays et créent un désarroi et un stress
pas possible. Nous faisons rire le monde entier avec nos caprices d'enfant
gâté. La Belgique deviendrait-elle une république bananière? Le mot même
de "Belgique" est banni des discours officiels pour ne pas froisser le
futur électorat. Notre pays devrait sans doute changer de nom et s'appeler
"L'Absurdisthan". En Belgique le flamand et le français n'existeront bientôt
plus car toutes ces querelles de clocher font que c'est l'anglais qui a
gagné "Divide ut imperes" (Divisez pour régner), disait déjà le vieil
adage romain. Les jeunes auteurs compositeurs de chez nous qu'ils soient
flamands ou wallons chantent en anglais, ils ont sans doute l'espoir de
chanter au "Carnegie Hall". La radio, en tout cas, la radio francophone
diffuse plus d'anglais que des chansons de chanteurs de chez nous. La loi
du plus fort est toujours la loi du moindre effort car en plus nous sommes
dans un pays colonisé, les ordres viennent directement de la maison blanche
qui est bâtie sur des cimetières. Nos spécificités flamandes et wallonnes
ont été rabotées par le nouvel empire US au nom du pèse et du fisc et du
Saint bénéfice. On s'évertue dans le paysage audiovisuel à casser notre
passé. Nous ne savons plus qui nous sommes, qui est qui dans ce pays? Les
films américains souvent sont de publicités directes pour les marchands
d'armes et les naïfs s'étonnent qu'il y ait de la violence. Le nationalisme
qui sent la naphtaline gagne du terrain, la pollution des esprits a suivi
la pollution tout court: on accueille l'empereur Bush l' homme de guerre
avec des fleurs et de belles paroles creuses et on refuse le Dalai Lama un
homme de paix: il y a quelque chose de pourri au royaume de Belgique. La
Sabam, me semble-t-il est une société indépendante, elle se gère elle-même
et elle n'est pas obligée de suivre les diktats des politiques qui parfois
ressemblent à des kamikazes (c'est la mode, hélas!), ils flattent un
électorat qui préfère la bagarre à la paix, la castagne à la
négociation..... les fossoyeurs de notre pays sont en marche. Puisse la
Sabam rester indépendante face à ces querelles internes de notre pays, la
musique n'a pas de frontière, elle doit triompher face à tous ces pugilats
oratoires, la musique est unificatrice. La Sabam n'a d'ordre à recevoir de
personne si ce n'est de ses membres. S'il y a du sable dans les rouages de la machine, c'est aux
membres de la Sabam: les artistes, à secouer le cocotier.


Julos Beaucarne
Le 7 septembre 07

14:51 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

bravo Je suis totalement d'accord avec vous.
En France, nous avons le même discours séparatiste avec certains groupes, en Corse Bretagne ou ailleurs.
L'erreur est la même.

J'ai beaucoup apprécié l'image de l'absurdisthan. Bravo et continuez.

Écrit par : lucien | 10 septembre 2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.