21 septembre 2007

"ô arbre accueille-moi"

 

Images_JulosArbreInde


"ô arbre accueille-moi, je m’en reviens vers toi ô fils de la terre”  

Paul Claudel
  

09:00 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Dessus ou dessous Est-ce la terre qui s'est retiré des racines ou les racines sont sorties de la terre ?

Écrit par : Anouk | 24 septembre 2007

Répondre à ce commentaire

"Dis, il y a de la place pour deux?? Voire plus...
Pourquoi pas nous retrouver, petit groupe isolé, sous les frondaisons d'un si bel arbre?
Et nous dirions tous en cœur et en chœur :
"Ô arbre accueille-moi, je m'en revient vers toi ô fils de la terre"
Si je plonge dans mes racines, j'en trouve par centaines de ces arbres avec qui j'ai eu un épisode amoureux!
Adelphiquement.
Evelyne.

Écrit par : alibi-bi | 09 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

etre ou ne pas hetre inspiration sur la puissance de l'abre sous lequel vous ete

hêtre ou ne pas être

Je suis né voici deux cents ans tempêtes et vents n'ont su me déraciner

Une petite graine plantée en terre, une petite graine survivante

Deux cents ans de labeur, deux cents ans de grandeur rigueur

Mes branches se balancent au grès des humeurs du temps

Je vie dans un monde changeant et j'ai peur de mourir

Béton et urbanisme mon isolé de ma foret


Plus de place pour moi

Chance je suis grand et fort

L'homme m'a laissé vivre

Impressionnant et grand je suis

Loi de la nature et force de la nature

Rien ne m'affecte


L'hivers je m'habille de gel
.
Il enrobe mes branches de la plus grande a la plus petite

Au printemps je me pare de mon manteau de verdure

Timide comme le duvet d'un oisillon


L’été venus je suis beau

Mes feuilles vibrent sous cette brise légère

Je respire, mon ramage est un exutoire

Libre pour l'homme qui médite reposant à mes pieds

Je le couvre de mon ombre

Je le protège, Il m'aime, Je l'aime

Je l'apaise

Méditations, pensées, rêves, soulagement.

Mes racines descendent dans les profondeurs de la terre

Je trouve l'eau , elle me donne la force

Je la transmet aux hommes

L'homme qui me sauve de la mort

L'homme qui m'épargne

L'homme jaloux de ma force tranquille

Peur de moi mais moi aussi peur de lui

Peur qu'il m'enlève ma vie

Tanpis

A l'automne je me parent de couleurs

Mon ramage équivaux celui des oiseaux des iles

J'enchante l'homme de ma beauté

Il m'épargnera de nouveaux

Egoïste il profite

Il profite de ma force

Il profite de mon ombre

Il profite de mon réconfort

Deux cents ans

Question de temps

Printemps, été, hivers, automne

Deux cents ans

Huit cents saisons

Hommes reprends raisons

Je suis un hêtre

Tu es un être

Respectons


Végétal, Minéral, animal

Rien de théâtral

Juste la vie

moralité hêtre ou ne pas être

a toi de choisir

toi l'homme

être suprême

mais moi je suis un hêtre et je le sais

et toi et tu un être ?

Pas sur !!!!!

Écrit par : vandenberghe daniel | 17 novembre 2007

Répondre à ce commentaire

hêtre ou ne pas être

Je suis né voici deux cents ans tempêtes et vents n'ont su me déraciner

Une petite graine plantée en terre, une petite graine survivante

Deux cents ans de labeur, deux cents ans de grandeur rigueur

Mes branches se balancent au grès des humeurs du temps

Je vie dans un monde changeant et j'ai peur de mourir

Béton et urbanisme mon isolé de ma foret


Plus de place pour moi

Chance je suis grand et fort

L'homme m'a laissé vivre

Impressionnant et grand je suis

Loi de la nature et force de la nature

Rien ne m'affecte


L'hivers je m'habille de gel
.
Il enrobe mes branches de la plus grande a la plus petite

Au printemps je me pare de mon manteau de verdure

Timide comme le duvet d'un oisillon


L’été venus je suis beau

Mes feuilles vibrent sous cette brise légère

Je respire, mon ramage est un exutoire

Libre pour l'homme qui médite reposant à mes pieds

Je le couvre de mon ombre

Je le protège, Il m'aime, Je l'aime

Je l'apaise

Méditations, pensées, rêves, soulagement.

Mes racines descendent dans les profondeurs de la terre

Je trouve l'eau , elle me donne la force

Je la transmet aux hommes

L'homme qui me sauve de la mort

L'homme qui m'épargne

L'homme jaloux de ma force tranquille

Peur de moi mais moi aussi peur de lui

Peur qu'il m'enlève ma vie

Tanpis

A l'automne je me parent de couleurs

Mon ramage équivaux celui des oiseaux des iles

J'enchante l'homme de ma beauté

Il m'épargnera de nouveaux

Egoïste il profite

Il profite de ma force

Il profite de mon ombre

Il profite de mon réconfort

Deux cents ans

Question de temps

Printemps, été, hivers, automne

Deux cents ans

Huit cents saisons

Hommes reprends raisons

Je suis un hêtre

Tu es un être

Respectons


Végétal, Minéral, animal

Rien de théâtral

Juste la vie

moralité hêtre ou ne pas être

a toi de choisir

toi l'homme

être suprême

mais moi je suis un hêtre et je le sais

et toi et tu un être ?

Pas sur !!!!!

Écrit par : vandenberghe daniel | 17 novembre 2007

Répondre à ce commentaire

Quels beaux arbres, vraiment ! ô arbres, accueillez-nous et pardonnez-nous les atrocités commises par nous sur Terre...et pourtant nous sommes si semblales à vous...ce sang qui circule comme votre sève, de bas en haut, de haut en bas...notre désir d'ascension et notre nécessaire ancrage à Terre...senraciner pour monter haut dans les cieux...ô frères arbres, accueilez-nous...

Je découvre votre site et il m'enchante...

Écrit par : Sonhaya | 20 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.