22 septembre 2007

La révolution passera par le vélo, camarade

 

Images_RevolutionVeloMusique

La  révolution passera par le vélo et la musique
Fanfare cycliste à Zolder

Photo Dominique Baecke




La révolution passera par le vélo, camarade.
Ah la bicyclette !
Elle te permet d'aller
Cinq fois plus vite que le piéton,
Tu dépenses cinq fois moins d'énergie,
Et tu vas cinq fois plus loin,
En vérité je te le dis camarade,
La révolution passera par le vélo.

S'coup ci ça va daller
El vi monde va squetter,
Tertous tertous inchenne
No Dallons l’fait petter. * 

Julos Beaucarne


* Cette fois-ci ça va aller,
le vieux monde va se briser,
Tout le monde, tout le monde ensemble
Nous allons le faire changer

 

08:10 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

MANIFESTE DES SANS-VOIE « IRRESPONSABLES » Tiens justement puisque tu nous parles de Vélorution, Julos, j'ai reçu hier un petit manifeste, une pétition "tinternautique" de nos amis "Vélorutionaires" farançais. D'habitude ces pétitions faciles où il suffit de faire un "clic" pour changer le monde, bof... mais là, je me sens concerné, en tant que cycliste quotidien (j'utilise beaucoup moins ma voiture qu'avant, et vous ?), et je n'ai pas hésité, et ce texte je le mettrais bien en poche au cas où je devrais faire un jour profession de foi de ma désobéissance civile devant la maréchausée :

"Des centaines de milliers de cyclistes roulent au quotidien dans les rues des villes françaises. Ils et elles le font dans des conditions dangereuses parce que les véhicules motorisés se sont accaparé la rue, avec le soutien des pouvoirs publics et au mépris des usagers de la voirie les plus vulnérables.

Alors oui, pour essayer de devancer la meute motorisée (son bruit, ses odeurs...), il arrive aux cyclistes de passer au rouge, comme le fait n'importe quel piéton ; et alors oui, il leur arrive aussi de prendre un sens interdit, parce qu'il est moins dangereux de croiser une voiture ou une moto que de se faire doubler par elles. Mais, au nom d'un code de la route qui n'a été conçu que pour les véhicules motorisés, l'autorité publique ne trouve rien de mieux que de sanctionner ces cyclistes, au prix fort.

Je déclare que je suis l'un-e de ces cyclistes : légitime, mais illégal-e (du moins en France). Je déclare avoir brûlé un feu, avoir pris un sens interdit. Je déclare que, pour ma sécurité, je continuerai à le faire, dans le respect absolu des piétons et sans gêner les autres usagers, tant que n’aura pas été mis en place le code de la rue que nous réclamons."

Écrit par : Bernard F. | 22 septembre 2007

Répondre à ce commentaire

Bruxelleois et cycliste depuis septembre, je déclare frauder et être décidé à continuer même si je dois être soumis au insultes des polueurs. J'ai une voiture, et ne l'utilise que lorsque vraiment j'ai une excuse valable. Je fais en moyenne 2h de vélo par jour, et il n'y a pas un jour ou je ne brule pas des feux en toute sécurité.

Je soutiens toute manifestations contre les véhicules motorisés poluant ainsi que contre les publicités pour ces derniers mentionnant la phrase "roulez plus propre!"

A tous les cyclistes, merci et à bientot sur les routes !

Écrit par : van der Straten Edouard | 26 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

Dimanche 22 avril 2012 à 2h, il y aura un printemps dynamique à Montréal. J'y serai avec mes amis Solidaire et avec mon vélorutionnaire. J'afficherai LA RÉVOLUTION PASSERA PAR LE VÉLO.
Le 14 mai, nous aurons une soirée poésie pour financer la candidature de Françoise David. J'y lirai fièrement cette même poésie révolutionnaire.

Écrit par : Catherine Rixhon | 20 avril 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.