27 septembre 2007

Si vous prenez une assurance vie

 

Images_PagodeTLG

Photo Ben Goffart

Cette pagode était le décor de mon spectacle
"Le navigateur solitaire sur la mer des mots".
Je commençais ce spectacle debout "à l’coupette" (tout en haut)
et disais le texte sur les assurances:



Si vous prenez une assurance vie, vous êtes foutus parce que ça veut dire que vous avez des doutes sur votre longévité. Si vous avez des doutes sur votre longévité il est bien évident que vous ne vivrez pas longtemps. Les compagnies d’assurance ont étés créées uniquement pour semer le doute pour vous faire perdre confiance en vous , si vous perdez confiance en vous vous êtes foutus, vous faites un faux pas et ce faux pas peut vous être fatal. Suivez les conseils d’un véritable assureur conseil: fuyez les assureurs et ne laissez rentrer dans votre maison que les assureurs qui vous assurent contre les assurances et soyiez assuré de ma parfaite considération.

Julos

11:39 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

J’ai en moi bien le chaleureux souvenir d’un dimanche du dimanche 28 janvier 2006, l’air vif
dehors… Le froid nous piquait le nez. Je te revois montant sur cette Pagode sur le seuil de ta maison, le sourire aux lèvres afin de montrer ta prestation sur scène.
Moment magique, ton plaisir ressenti se diffusait en nous et réchauffait bien plus que notre enveloppe charnelle.
C’est dans des moments intenses comme celui-ci que tu nous offres à profusion que j’en oublie que j’ai des doutes sur la longévité de ma vie. Le cancer se tient à distance, il ne pas faire résistance à toute cette sève de vie que tu voues. Le meilleur remède pour corps et âmes malades et blessés, faisant fuir les vendeurs d’assurance vie.
Murielle

Écrit par : murielle | 30 septembre 2007

Répondre à ce commentaire

assûrément les assurances sentent le rance
et la désespérance!
assur-aimant c'est en aimant qu'on est Vivant!
Françoise

Écrit par : lemonnier françoise | 08 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

Equilibriste Comme un N° de cirque tu commençais ton spectacle.
Comme tu m'as fait peur là-haut, je tremblais pour toi Julos ; c'était à Mouscron il y a plus de 7 ans au moins. Quand j'y pense . . . tu n'as pas changé !

Écrit par : Anouk | 17 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.