02 octobre 2007

Je me suis rendu souvent sur la tombe de moi

 

Photo 025 copie[1]

photo: Pascou et Marie Moreau
moreau.p@scarlet.be

 

Je me suis rendu souvent sur la tombe de moi du temps que j’étais mort, paisible et sans menace aucune en amour total avec le cosmos. Je me suis rendu souvent sur la tombe de moi et je me suis parlé comme on parle aux vivants dans la candeur d’un langage pur. Je me suis rendu souvent sur la tombe de moi du temps que j’étais mort dans la lumière mauve, il y avait des jeunes gens morts dans des accidents de voiture, des jeunes filles nouvelles qui ressemblaient à des jonquilles sauvages de printemps. Il y avait des bébés qui venaient de naître et de beaux regards adolescents. J’ai pris par la main ce peuple disparu et nous avons couru comme des fous à la recherche de rien, à la recherche de tout, riant, pleurant heureux et intarissables, infinis. Nous n’étions plus ces êtres périssables qui avaient peur, nous avions bel et bien péri, elle était finie l’angoisse incoercible du néant. Quand tu iras sur la tombe de toi du temps que tu seras mort, quand tu iras dans le jardin joli de la taciturne et tant bavarde mort si tant ancienne, quand tu auras franchi la dernière barrière et quand les fleurs et les oiseaux de la nuit t’accompagneront en cortège, pense au regard de la lune et à l’adolescence du soleil. Quand l’ici et le maintenant seront partis, quand ils auront fait le saut par la fenêtre, quand les portes de tes beaux yeux seront closes quand tu naîtras ailleurs, te souviendras-tu du temps où nous étions toi et moi si tant vivants, enroulés l’un dans l’autre comme des amants dans la parfaite joie du vivre.

Julos Beaucarne

12:01 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Bonjour Que voilà un beau texte!!! J'ai souvent dit que je suis plus sensible aux mots qu'aux images et sur ce blog, je suis gâtée.
Evidemment ce n'est pas un scoop, ni une découverte, il y a longtemps que je connais votre grand talent. Mais c'est bien de pouvoir vous rencontrer dans la blogosphère.
Bien cordialement,

Écrit par : Victoire | 04 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

Hello Julos Superbe texte comme toutes tes chansons d'ailleurs. Très heureux de faire ta connaissance sur skynetblogs. Il y a si longtemps que je n'avais plus de nouvelles.
Amitiés sincères
Freddy

Écrit par : Freddy le montois | 04 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

je me suis souvent rendu sur la tombe de moi ce texte est terrible et réconfortant à la fois ,il nous parle de mort et de joie de vivre ! Il me parle beaucoup à moi en cette période de ma vie ,période de souffrance et d'angoisse;sur le tranchant de ma vie ;par peur de tomber dans le néant jê rêve d'absolu ! Merci Julos ,bisous de Fifi

Écrit par : Gillotay Yvette | 05 octobre 2007

Répondre à ce commentaire

Très beau texte, tout y est dit, un grand espoir de retrouver ce qui a été.

Écrit par : Olivette | 02 novembre 2007

Répondre à ce commentaire

quand les mots rencontrent les hommes, quand les hommes leur font fête Dans le printemps tout juste naissant,
J'ai planté mille bulbes.
Versé l'eau de mes larmes
Et le fiel de mon coeur.
Et ce matin, j'ai vu éclore
La plus belle des fleurs
Elle regarde le ciel et implore les Hommes
avril 2006

Écrit par : Gloria | 02 novembre 2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.