28 décembre 2007

Le dernier rouge à lèvres de Benhazir Bhutto

La libération de l’homme et de la femme se fera le jour où tous les hommes et toutes les femmes marcheront le front dans le front comme une armée de roses  qui embaument l’espace. Un jour, tout de suite, icitte.
Je ne marche plus sur les épines de la violence  et je passe à travers les bancs de neige et la poudrerie de bombes et de balles pour aller construire ma maison dans l’amour. Car l’Amour est la totale totalité, totalisant totalement le tout, tout le temps.

Texte de Raoul Duguay
 


 Benhazir Bhutto à 18 ans avec à sa droite son père Zulficar Ali Bhutto

J'ai tenté à distance de pacifier le lieu où fut déplantée de ce monde Benhazir Bhutto ce jeudi 27/12/07 à Rawalpindi dans la banlieue d'Islamabad au Pakistan. Comment était le visage de celui qui s'est fait bombe, quel âge avait-il? Comment a réagi sa mère quand elle l'a su? Savait-elle déjà qu'il allait se faire sauter. Pourquoi l'a-t-il fait? Pourquoi ne l’a-t-elle pas empêché? Quelle détermination occulte l’a conduit à agir dans le sens de la mort plutôt que dans le sens de la Vie. Quel est le visage de son instructeur: celui qui lui a appris comment il fallait faire, comment déclencher le détonateur? Quel est le visage du précheur qui l'a persuadé? Quels arguments a-t-il developpé pour le convaincre? Que signifie cette épidémie de gens très jeunes, souvent, qui s'envoient en l'air pour qui, pour quoi? Tuer pour apprendre à vivre est-ce cela l'argument massue en cet absurdisthan. J'ai vu une photo où Benhazir Bhutto se met du rouge à lèvres avant de parler à la foule. C'est à la sortie du lieu où elle avait parlé que le jeune homme s'est approché..... tout a été très vite... l'explosion 21 22 23 vies fauchées... on a roulé Benhazir dans un linceul blanc ensuite, on l'a mise dans un cercueil avec une petite fenêtre pour qu’on puisse l’apercevoir et le corbillard a roulé vers son village natal: Larkana où repose déjà son père alors Musharraf s'est mouché et c'est du sang qui a coulé de son nez et Bush aussi s'est mouché à des milliers de kilomètres de là et ce fut pareil, c'est du sang qu'il a mouché, un sang rouge comme le dernier rouge à lèvres de Benhazir Bhutto, les Etats-Unis sont les alliés-clef de Musharaff. 20 cercueils, peut-être plus, ont quitté aujourd'hui Rawalpindi, ce sont les cercueils de ceux qui accompagnèrent Benhazir sur le chemin de l'ailleurs, il s'est fait un grand silence après le Chaos. Les mères, les soeurs, les frères, les pères, les enfants après ce désastre, après ce massacre, après ce séisme marchaient en titubant, ils se tâtaient pour vérifier qu'ils étaient encore vivants. C'était le 27 décembre de l'an 07.
Souviens-t-en.

Julos

18:20 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Visionnaire Un jour un militaire
Qui avait le mal de mer
Décida de militer
Pour l'eau la terre et l'air

Il se disait en lui-même
Si je cesse d'être militaire
Ainsi je soulagerai
Mon mal de guerre

Je n'irai plus dans les tranchées
À tout bout d'champ
Je ne ferai plus
Du mauvais sang

Je deviendrai visionnaire
Mais il pensait en soi
Est'on payé pour être visionnaire

Ce qui est certain
C'est qu'il ne veut plus
Se camouffler dans la boue

Il veut être heureux debout
C'est tout

nayan
1 12 2005

Écrit par : nayan | 29 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos j'ai été attirée par ton blog aujourd'hui, je ne le connaissais pas j'ai tapé Beaucarne dans Google, je suis contente de l'avoir fait car je suis tombée sur un texte qui confirme l'écrit que j'ai laissé sur un blog ami, j'ai écrit qu'un mec avait encore un peu plus de sang sur les mains. J'ai parlé aussi de Musharraf et de Bush l'allié de Ben Laden, je vois qu'une grande majorité de pensées nous réunit. Encore une fois je suis heureuse d'être venue te lire, je te glisse dans mes liens. Je reviendrai

Écrit par : amitiés de Jaly | 29 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Superbe texte.
Tant de questions qui demandent des réponses...
Réponses que nous n'aurons que s'il y a remise en question et ... dialogue.

Écrit par : FolkyFireKitten | 29 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Merci Merci d'avoir déposé ce beau texte en commentaire sur mon blog. Cordialement
Malaïka

Écrit par : Malaïka | 30 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

ce n'est plus bonjour mais bonne nuit Julos Je suis venue à nouveau relire ton texte, la période de fêtes se termine, je vais à nouveau pouvoir être moi, avec mes idées, mes photos, parfois mes écrits, je souhaiterais te demander quelquechose, m'autoriserais-tu à diffuser sur mon blog ce texte dédié à Benhazir, il mérite d'être lu il ne sera peut-être pas compris par tous mes visiteurs mais quelques-uns seront touchés par ce texte, cet hommage. Je te souhaite un bon dimanche. Excuse-moi pour le tu mais je t'ai tellement déjà vu que j'ai l'impression d'être proche.

Écrit par : amitiés de Jaly | 30 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Adieu Tu dis tellement mieux les choses que moi...
http://giovani.artblog.fr/118235/Adieu/

Écrit par : Jean Marie GUIEN | 30 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Ce texte mérite effectivement d'être diffusé, non seulement par son message mais aussi en hommage à un être particulièrement courageux, en plus du fait qu'il pourrait peut-être amoindrir cette colère pour faire place à la réflexion...

Écrit par : FolkyFireKitten | 30 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

un petit pas de plus Comment se tenir droit ,s’ancrer dans cette terre quand l’absurde frappe à tous les tournants
C’est qu’il en faut du courage pour vivre
Où le trouver ?
Faut-il aller au bout de sa désespèrrance personnelle, toucher le fond du fond
Au Pakistan on fait exploser des vies, en Belgique aussi des âmes explosent à force de tourner en rond dans le néant de leur existence
Transcender, avancer coûte que coûte, un pas puis un autre, cela en vaut la joie
En reliance avec toutes les Benazir décider de faire un petit pas de plus aujourd’hui .
Christine

Écrit par : Christine | 30 décembre 2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.