02 février 2008

Chandeleur 75


Texte_OvaleLoulou3

 

Lettre ouverte ou Amis bien aimés

 


Ma Loulou est partie pour le pays de l’envers du décor, un homme lui a donné 9 coups de poignard dans sa peau douce. C’est la société qui est malade, il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre par l’amour et la persuasion. C’est l’histoire de mon petit amour à moi arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage ni vous ni moi. Je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et nos deux chéris qui lui ressemblent. Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches; le monde est une triste boutique, les coeurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage.
A travers mes dires, vous retrouverez ma bien aimée; il n’est de vrai que l’amitié et l’amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses. On doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller au paradis. Ah! Comme j’aimerais qu’il y ait un paradis! Comme ce serait doux les retrouvailles. En attendant, à vous autres, mes amis d’ici-bas, face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui. Je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers.

 

Julos Beaucarne

Nuit du 2 au 3 février 1975


 

Pour écouter la chanson pour Loulou
suivez la libellule


Libellule_noir_5cm

01:29 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (16)

Commentaires





Écrit par : babel | 02 février 2008

Répondre à ce commentaire

oui, Julos, ta Loulou est partout sur la terre ronde...et toi aussi.

Écrit par : paula | 02 février 2008

Répondre à ce commentaire

Ô mon bon Julos, En ce 2 février, je t’envoie une oblongue pensée à pas d’homme. Je dépose mes songes sur les mouvements de la lumière. Qu’ils te parviennent. Qu’ils viennent te réchauffer le cœur et les yeux et la vie. Cet après-midi, à la maison, nous allons, en famille, demander à la lumière de venir près de toi en ce jour de souvenir. Et ce sera l’occasion, avec la petite Julie que tu connais, d’adresser une prière nouvelle, sans cesse renouvelée, à l’humanité, selon les vœux de ta « Lettre Ouverte », si tant fondatrice de tout. Ô, mon bon Julos, je pense à toi. Je pense à Loulou qui est dans la lumière. Je pense à vos deux petits chéris devenus grands. Nous n’avons pas le cœur assez grand pour embrasser certains vides. Mais l’on peut essayer. Tendre les bras, en tous cas. De toutes nos forces humaines. Et nous rejoindre là. Au cœur à cœur. Je t’embrasse du plus fort que je puis.
Benoît le fidèle

Écrit par : Benoît Coppée | 02 février 2008

Répondre à ce commentaire

Ta Loulou, elle est avec Le Petit Prince, elle veille sur toi, elle veille sur nous.
Julos, une larme de cristal s'en va vers elle portée par un oiseau.
Bien à toi
aurélie

Écrit par : aurelie | 02 février 2008

Répondre à ce commentaire

chant-douleur tes vieux amis te disent de bien belles choses!
33ans ont passé et c'est comme si c'était hier, n'est-ce pas?
Quand j'ai écouté ton CD j'ai pleuré comme une enfant, au volant de ma voiture et je me suis sentie soeur avec toi!
mais la lumière sculpte dans ta vie des chemins de réconfort!

Écrit par : lemonnier françoise | 02 février 2008

Répondre à ce commentaire

C'est ce soir précisément que j'ai commencé à vouloir transférer mes vinyles sur CD. Depuis au moins 10 ans ils m'attendent. C'est ce soir précisément que j'ai choisi "Chandeleur septante cinq' comme premier disque .
C'est ce soir précisément que j'ai retrouvé intacte l'émotion cachée au fond des sillons de ma mémoire. C'est ce soir précisément que j'ai réalisé que nous étions le 2 février. C'est ce soir précisément que je me permets d'adresser ce signe d'amitié. Le hasard n'est décidément que l'univers d' émotions-météorites qui font leur révolution permanente.

Écrit par : claude bignon | 03 février 2008

Répondre à ce commentaire

Ta libellule Jet de lumière
Source de flamme
Rivière nue

Absence noire
Battement d’aile
Voici la nuit

Regarde l’homme
Cheveux d’argent
Voici la vie

Les enfants chantent
Les femmes pleurent
Les hommes rient

Jet de lumière
Source de flamme
Vient de la terre

La libellule
Ce soir est là
Rien que pour toi.

Écrit par : aurelie | 03 février 2008

Répondre à ce commentaire

loulou libellule Elle sera présente tant que nous, nous serons là pour parler d'elle , et TOUJOURS présente grâce aux artistes éternels comme Julos Beaucarne qui ont la grâce de savoir mettre en musique et poèmes les souffrances de l'âme avec tendresse et sincérité
Michèle de Saint Pée sur Nivelle

Écrit par : becker michèle | 03 février 2008

Répondre à ce commentaire

Loulou astrale Que de tristesse j'éprouve en te sentant si loin de la chère Loulou. Francine et moi t'envoyons tout notre amour pour te réchauffer le coeur. Ayant lu les récits d'un voyageur de l'astral (Daniel Meurois & Anne Givaudan, ISBN 2-290-33896-6) je ne puis que confirmer ce que mon coeur pensait avant ce livre: seul l'amour réchauffera ce monde matérialiste et égoiste. Pour cela il faudra que tous subissent une méthamorphose, suite à une expérience profonde. Le grand mystère de la vie ne s'explique que par la réincarnation: lente spirale éternelle, qui nous fait monter vers le haut et la bonté. Leur livre: les neuf marches (ISBN 2-290-35265-9), est un vibrant témoignage de cela, mais au dedans d'une réincarnation d'une petite fille pendant les neufs mois de la grossesse. Merveilleux récit, qui témoigne que l'on n' est jamais vraiment seul: toute personne réincarnée est guidée par deux très grands êtres, pleins d'amour.
Nul doute que tu es déja sur terre pour nous un de ces grands êtres. Nous t'aimons.
Ce petit mot c'est moi Vincent qui te l'offre...

Écrit par : Francine | 03 février 2008

Répondre à ce commentaire

Chandelove Ce jour là
Une louve hurla
Un chandelove

All you need is love
Love is all you need

nayan

Écrit par : nayan | 04 février 2008

Répondre à ce commentaire

Plein d'étoiles dans le ciel, mais UNE brille plus que toutes les autres, je t'embrasse Julos,
Anouk,

Écrit par : Anouk | 04 février 2008

Répondre à ce commentaire

Merci monsieur Beaucarne. Merci pour la tendresse, et pour l'Amour. Merci pour vous.

Écrit par : H | 05 février 2008

Répondre à ce commentaire

chandeleur 08 que ma petite fille soit née le jour de la Chandeleur, vie 33 ans après la mort de Loulou et qu'elle s'appelle Rose(!) me confirme une fois de plus que le hasard n'existe pas, que l'amour et la poésie triomphent...et la douleur, le chagrin qui m'étreignent tous les ans à la Chandeleur se sont teintés de bonheur, d'arc-en-ciel et j'ai écrit un texte inspiré tes chansons mon doux Julos, je vais essayer de le joindre ici.
je t'embrasse très fort avec toute ma tendresse

CHANDELEUR 2008

Ça commence il était une fois
Cela nous met tous en émoi
Voici le Bébé de Clémence,
Réjouissons-nous de sa naissance,
Accueillons sa jeune existence :
Bonjour la vie !
La terre s’était poudrée de neige ;
Tu vas remplir nos vies de miel
Inspirée par l’ami Julos
Je veux t’offrir un arc-en-ciel
En écrivant ce florilège
Sur ta jeune vie

T’es arrivée sul’coup d’sept heures
En février à la Chandeleur
Et l’printemps a pris vigueur Au fond d’nos cœurs
Et l’printemps a pris vigueur Au fond d’nos cœurs…

Petite fleur en Chandeleur,
En Chandelouze par bonheur,
Nous te berçons dans nos cœurs ;
Et pour toi, nous vaincrons nos peurs,
Peurs du monde et de ses laideurs,
Bienvenue, Petite Rose…

On voit tous la vie en rose :
Rose a pointé l’bout d’son nez
Petite fleur à peine éclose
Fêtons tous son arrivée :
Elle est belle comme le jour
Elle est fraîche comme un bouton
Elle est fruit de tant d’amour
Que sans cesse nous admirons…

Le petit bout du petit ongle rose
Du petit doigt de sa petite main
Le petit bout du petit ongle rose
Du petit doigt de sa petite main

A la Chandeleur septante cinq, Julos avait écrit un texte qui reste toujours d’actualité :
«… Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine… »
C’est le vœu que je formule pour l’arrivée de Rose…

Inspirations :Ça commence il était une fois ; Chanson pour Loulou ; Je ne songeais pas à Rose ; Le petit bout du petit ongle rose…

Écrit par : la perjeanne | 10 février 2008

Répondre à ce commentaire

Dans le chagrin et la détresse, nous sommes bercés par les êtres aimés devenus étoile de lumière.

Je pense à vous Julos, à votre Loulou et vos enfants.

Écrit par : Florent | 12 février 2008

Répondre à ce commentaire

Cadeaux textuels en retour aux votres... Cœur apprendre...

Pas de faute d'orthographe
Dans ce titre qui n'est tache
Simplement entête d'aveux
Détaillés par vers aux dieux

Voilà un temps que je simule
Vrai état d'être je dissimule
Je fais mime de relativisme
Et n'ose exposer anévrisme

Anévrisme prêt à s'exposer
Pensées prêtes à m'emporter
Je mets en doute mon vécu
Parce que je suis de moi déçu

Cœur apprendre j'ai oublié
Mes enfants j'ai délégués
Pas étonnant évidemment
Qu'ils en vont vers maman

J'aurais du être plus présent
Les apprendre intensément
Mais non de travail obnubilé
J'ai omis cette flagrante priorité

Vérité que de cœur apprendre
Est de cette vie le seul charme
On ne m'a appris cette couleur
Résultat, j'ai vécu dans l'erreur

Offrir culpabilité seul à femme
Serait lâcheté qui serait terne
Il faut se remettre en question
Quand enfants agissent de raison

Alors oui je simule souvent rires
Qui ne sont que pelures à offrir
En moi est un anévrisme géant
Gonflé de tous mes errements

Comment arriver à relativiser acte
Quand moi-même j'ai ignoré pacte
Pacte premier de la vie que de partager
Est seule manière par l'autre d'exister

Miteux de déceler dans la quarantaine
Défaut d'être de quarante ans à peine
Le corriger ? À oui c'est une certitude
En attendant je me retrouve en solitude

Et je peux en vouloir à mes fragiles parents
D'avoir cru si bien faire en m'éduquant
Avec principes issus d'un autre temps
Cœur apprendre je sais enfin maintenant....

Samuel. http://icare001.skyrock.com/

Écrit par : Samuel | 20 mai 2008

Répondre à ce commentaire

merci pour cette huile précieuse qui offre un soulag'aimant à cert'haine douleurs... inconsolables ..

Écrit par : emmanuel | 14 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.