05 février 2008

Mardi gras Carnaval

 

Textes_Carnaval

peinture de Breughel l'ancien

 

Mardi gras Carnaval


Combien y aura-t-il de masques de Sarkozy et de Carla Bruni au carnaval de Binche. Le Carnaval jadis était une mise en boite des grands de ce monde, une vengeance du peuple, une vengeance par l’imaginaire de ceux qui n’ont pas le choix. Le vieux père Breughel en 1559 et une rawette avait déjà peint le carnaval tel qu’il se présentait à ses yeux en ces temps très anciens, on y voit le combat de Carnaval et de Carême, on y voit un joueur de guitare, des comédiens sous une tente....  une auberge à l’enseigne du bateau bleu, une faiseuse de gauffres (de Liège?). Un homme avec un entonnoir en guise de chapeau, on y voit un joueur de “Rommelpot” sorte de basse primitive qui imiterait de très près le son du pet. (On peut voir une photo de “rommelpots” actuels à la page 86 du livre:”Mon terroir c’est les galaxies”). Carnaval chevauche une barrique sans doute pleine de bière, il brandit une broche et porte un pâté sur la tête, Carême, lui, brandit une pelle à four, il est assis sur un fauteuil placé sur un petit charriot à roulettes tiré par deux personnages. L’un des deux semble être un moine. Près de Carème quelqu’un tient un drapeau mais le drapeau n’a pas encore les couleurs du drapeau belge. Tous les gens tournent autour du puits central. Le personnage de Carnaval a bonne mine et aime la bonne chère, Carême, lui, est maigre comme un clou, à voir son teint pâle, on dirait qu’il a oublié de se faire enterrer, un ours noir se balade... On ne sait où poser les yeux tant il y a de détails. Le carnaval c’est le monde à l’envers, les femmes s’habillent en hommes et les hommes s’habillent en femmes, qui est sous le masque? Que de quiproquos, d’interrogations, que de doutes. Sous le masque et avec une voix de fausset, on peut dire ses 4 vérités aux gens que l’on connaît  et qui ne nous reconnaissent pas, le carnaval c’est le grand jour de vérité, le grand confessionnal public. Parfois pourtant les choses tournent au vinaigre, on  parle sabre et on sort les couteaux et… la fête s’arrête net…


Julos

Ce 5 février mardi gras, c’est la sainte Agathe, c’est la lune descendante, il n’y a plus qu’un mince filet.

09:01 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

« Le Carnaval jadis était une mise en boite des grands de ce monde, une vengeance du peuple, une vengeance par l’imaginaire de ceux qui n’ont pas le choix. » A moins que je n’aie pas tout vu, Julos,….Je n’ai pas rencontré Sarkosy ni Carla Bruni au carnaval de Binche. Le folklore de leur vie serait-il déjà usé ? Ou bien ne sont –ils pas vraiment reconnus comme des grands de ce monde ? J’en conclu qu’il n’ont probablement pas leur place dans ce qui est un patrimoine de l’humanité ! Pardon pour ce gros cou qui me vient tout droit des pavés binchois.
J’ai posté un petit reportage sur le forum. Bienvenue à tous.
Françoise.

Écrit par : Françoise | 05 février 2008

Répondre à ce commentaire

Moi, c'taprem, pour Mardi Gras, je suis retournée quelques heures dans l'école que j'ai du quitter il y a quelques jours pour cause de fin de contrat aidé. Prise dans dix-mille soucis, chagrins, révoltes et rébellions, j'ai failli être en retard au goûter. Au dernier moment, j'ai trouvé au grenier ma vieille paire de crampons, mon piolet, une grosse doudoune en plume d'oie, mes lunettes de glacier et quelques autres bricoles. Je me suis déguisée en alpiniste.
J'étais si heureuse avec les enfants!
Avant de partir, une nouvelle fois, nous nous sommes dit combien nous nous aimons.
Demain, chantier chez moi. Une équipe de copains vient essayer de m'aider à reconstituer mes deux mares qui se vident. Grave! Bientôt les premières pontes de grenouilles. Je ne veux pas les laisser tomber.
Elles pondent quand, les premières grenouilles, en Wallonie?

Écrit par : jenofa | 05 février 2008

Répondre à ce commentaire

Fouillis Qui prendra une fouille
Dans tout ce fouillis

nayan

Écrit par : nayan | 06 février 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.