08 mars 2008

Chef d'oeuvre en péril

 

Texte_JournéeFemme08mars08


 


 

Photo de sadia
Ce 8 mars : Journée internationale des femmes
 
 

Ce jour je pense intensément à Ingrid Betancourt plus que jamais en détresse. Un missile américain a tué le seul interlocuteur valable des “Farc” auprès du gouvernement français. La Colombie semble devenir l’Israël de l’Amérique du sud. Bush en fin de règne, en fin d’empire semble vouloir que tout empire, il n’a pas pardonné à Chavez de lui tirer la langue. Je pense à Shala Entasari iranienne arrêtée parce qu’elle prône l’égalité entre les hommes et les femmes, je pense à Hana Abdi iranienne également arrêtée parce qu’elle a participé à des cours d’alphabétisation pour femmes illettrées. Prêcher l’égalité entre les hommes et les femmes est une activité illégale en Iran. Je pense à Aung San Suu Kyi en Birmanie. Il faut savoir que les birmans ont besoin du tourisme pour survivre si vous y allez, n’allez pas dans les hôtels d’état, je pense aux femmes de chez nous violentées par leur mari. La barbarie est toute proche de nous. Je pense aux femmes de certains villages africains qui lorsqu’elles sont violentées soufflent dans un sifflet et à ce signal toutes les femmes du village accourent pour défendre celle qui est en péril.Je pense à ma Loulou assassinée en février 1975 ici à Tourinnes-la-Grosse. Les hommes et les femmes sont des chefs d’oeuvre en péril à Tourinnes-la-Grosse en Belgique, en Birmanie, en Colombie, en Iran, au Liban, en Colombie, au Brésil, la loi du plus fort est toujours la loi du moindre effort, je pense à Sadia de Lodelinsart tuée par son frère, il y a peu en Belgique, je pense à tant d’autres femmes dans le monde. Je ne comprends pas cet acharnement contre ces femmes d’où nous sommes tous et toutes sortis, je ne comprends pas que les femmes soient à ce point martyrisées dans ce monde bas de plafond. Le monde est une triste boutique. Nous vivons en plein Absurdisthan.

Julos  Beaucarne, ce 08 mars 08

PS: les informations sur l'Iran proviennent d'Amnesty International 

11:55 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

heuuu, salut, Julos, mon voisin d'Ecaussines. Que ton texte est beau, triste et réaliste, et criant de vérité. Je me rappelle avoir suivi, à la radio, la disparition de Loulou. Je me rappelle aussi de toi, à la télé, imitant le bruit des vagues en faisant bouger une gazette par terre, pour que les pauvres puissent aussi entendre le bruit de la mer. Tu es un génie de poésie et de tendresse. Amitiés. Un sonégien.

Écrit par : biglodion | 08 mars 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.