26 mars 2008

Message de Matthieu Ricard

Actualites_MathieuRicard
 

Voici un message de Matthieu Ricard, interprète du Dalai Lama, reçu par l’intermédiaire de Genevieve Charbonneau femme de l’ex ambassadeur de Grande Bretagne à Kathmandou.

Le 10 Mars au matin, un homme de l’Amdo, de grand taille, s’est promené dans le Barkhor avec un drapeau Tibétain en criant " Tibet Libre ! ". Il a échappé tout d’abord à 2 policiers, puis a été plus tard arrété par un plus grand nombre. Puis des moines de Drépoung (200 dit-on) se seraient mis en route vers Lhassa. La rumeur à couru qu’ils avaient été interceptés et que 4 avaient été tués. Vraie ou fausse cette rumeur aurait en tout cas incité la population civile à se soulever les 14 et 15.

La plupart des gens qui ont appelé par téléphone parlent bien de 100 morts environ.

Lundi 16 : lorsque les tanks et l’armée ont pris place, les gens ne pouvaient plus sortir du tout même pour faire leurs courses. Une centaine de personnes auraient été interpellées dans les maisons, un peu au hasard et emmenées vers une destination inconnue. Les jours suivant les arrestations semblent avoir été plus ciblées. Vendredi 21 Mars, vingt-cinq jeunes hommes enchaînés ont été paradés dans les rues de Lhassa et présentés comme des criminels ennemis de la nation.

Outre Labrang ou il y a eu des milliers de manifestants les 14 et 15, il y eu aussi des manifestations dans le Kham à Nyarong, Gantzé, Dergué et Lithang. 4 personnes auraient été tuées à Amdo Ngawa.

Dimanche 23 Mars après-midi : nous venons de recevoir un coup de téléphone de Lhassa disant que de très nombreuses arrestations avaient eu lieu toute la journée dans le quartier du Bhanaskhol.

Dimanche 23 Labrang. Jusqu’au 22, les policiers ramassaient les gens chez eux “discrètement” en arrivant seulement très tard le soir ou très tôt le matin. Depuis aujourd’hui, ils ne se cachent plus et les ramassent toutes la journée. Des notices ont été déposées dans les restaurants et boutiques pour inciter ceux qui ont participé aux manifs à venir se présenter aux autorités. Ce dimanche, les militaires se sont montrés beaucoup plus agressifs que les jours précédents où ils faisaient encore un vague effort de politesse...

D’après tous ceux qui connaissent bien la situation ici, outre la proximité des JO, trois autres facteurs ont contribué au soulèvement.

1 - Beaucoup de tibétains ont perdu leur travail à Lhassa en raison de l’afflux de travailleurs chinois lié au train, travailleurs qui déplacent souvent les tibétains dans leur emploi.

2 - L’intensification de la sédentarisation forcée des nomades : le gouvernement fait construire des files de maisons par des travailleurs chinois, et forcent les nomades à les acheter à crédit (en devant rembourser avec leur produit sur 7 ou 10 ans) et a les habiter.

3 - Intensification des exploitations minières, avec les travailleurs chinois toujours. On parle aussi d’un renouveau de la rééducation patriotique dans les monastères au TAR. Une chose qu’à mon sens on ne met absolument pas assez en évidence, c’est l’habitude que le monde a pris de travailler à peu prés normalement avec la Chine sur le plan commercial (en dépit de certaines difficultés, le système commercial chinois s’est maintenant relativement adapté au système mondial) et d’accepter comme un état de fait les mensonges les plus aberrants qui passent comme une lettre à la poste. Si un ministre français proclamait que pas un coup de feu n’a été tiré alors que 100 personnes sont mortes, il devrait démissionner dans l’heure !

Les médias, en dépit d’excellentes informations par ailleurs, continuent à dire, que le bilan des morts ne peut être vérifié en raison des versions contradictoires, comme si on avait affaire à deux versions de propagandes. Hors il s’agit d’un coté de familles éplorées qui téléphonent en disant que tel ou tel de leur parent a été tué par balle, et de l’autre coté d’une négation absurde des faits.

Récemment sur une émission BFM, à laquelle je participais de maniére anonyme, le présentateur interrogeait par téléphone un représentant du gouvernement chinois à Pékin sur la nature (écoute téléphonique, documents interceptés etc.) des " preuves formelles " que le président Hu Jin Tao a déclaré posséder lorsqu’il proclamait que le Dalaï-lama aurait été l’organisateur des manifestations et des violences. Ce représentant à répondu : " Bien sur nous avons des preuves et les voici : les manifestations et violences ont eu lieu en même temps dans diverses régions du Tibet, et étaient toutes de même nature ".

Six millions de tibétains savent que le 10 Mars est l’anniversaire du soulèvement de Lhassa de 1959 et n’ont pas besoin du Dalaï-lama pour leur rappeler cela. Les chinois le savent tout aussi bien, puisque dés début Mars chaque année ils commencent à restreinte le nombre de visiteurs étrangers.

L’inanité de cette " preuve " touche donc au grotesque.
Un représentant de l’ambassade de Chine à Paris, présent sur le plateau de l’émission, a rajouté que le fait que des personnes avaient manifesté devant diverses ambassades de Chine dans beaucoup de pays étrangers démontrait également que le Dalaï-lama avait orchestré tout cela.

Dimanche 23, il est annoncé dans la presse Népalaise que non seulement la Chine interdit toute expédition sur l’Everest du coté nord, mais qu’elle a obtenu des Népalais qu’ils interdisent également toute expédition du coté Népalais pendant que la flamme olympique est censée être emmenée au sommet de l’Everest.

Il me semble qu’une action qui ait une petite chance de se réaliser serait la suivante : Le Dalai Lama a demandé à rencontrer le président Hu Jin Tao pour discuter de la question du Tibet. Les chinois ne cessent de dire à la presse que la "porte est ouverte" au dialogue. Il me semble qu’il y reste une possibilité qui exige une certaine volonté politique mais n’est pas irréalisable. La communauté européenne pourrait en effet demander au président Chinois de recevoir le Dalai Lama pour discuter de la situation au Tibet et pourrait mettre ce point comme condition pour leur participation à la cérémonie d’ouverture des JO.

20:43 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

que pouvons nous faire? en pratique, que pouvons nous faire, qu'avons nous comme moyen d'action par rapport aux JO? Quelqu'un a-t-il une piste?

Écrit par : Véronique | 26 mars 2008

Répondre à ce commentaire

hu JIn Tao Il y a 10 façons d'écrire en français le nom e l'actuel président chinois. Mais il n'y a qu'une façon d'écrire le surnom qui luia été donné en 1989 quand il dirigeait le Tibet :"le Boucher de Lhassa". Tien an Men a éclipsé dans les médias son zèle sanguinaire, pourtant réel.
Qu'attendre des débats entre le veau et le boucher ?

Écrit par : babel | 27 mars 2008

Répondre à ce commentaire

comment agir? une première réponse: via Amnesty International. Il est très aisé et rapide d'envoyer un mail via cette adresse, cela prend à peine quelques minutes:
http://www.isavelives.be/fr/node/1143

Écrit par : Véronique | 28 mars 2008

Répondre à ce commentaire

Nous vivons a l'ecart de tout, la société, les médias la publicité nous garde bien de nous faire tout connaitre, de nous faire tout savoir. La seule force qu'il nous reste est l'ouverture et le voyage.
Essayons. L'echec est la force de l'Homme.

Écrit par : dlo | 04 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Nous vivons a l'ecart de tout, la société, les médias la publicité nous garde bien de nous faire tout connaitre, de nous faire tout savoir. La seule force qu'il nous reste est l'ouverture et le voyage.
Essayons. L'echec est la force de l'Homme.

Écrit par : flo | 04 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.