04 avril 2008

Ce matin qu’en est-il du tibet ?

 

Texte_Tibet
 

 

Ce matin qu’en est-il du tibet ? Le sais-tu toi, qui épluche la dernière édition du journal qui sent encore l’encre en sirotant un café noir ? Et vous autres, qui tenez le haut du pavé, qu’alliez-vous faire dans le palais d’un dictateur à Bucarest ? Pourquoi faire sortir du placard la sinistrose ancienne, ce décor sent la naphtaline et les relents de  règne triste. Par le choix de ce sordide lieu maudit et mégalo-maniaque minable et de sinistre mémoire, vous reconnaissiez à la face du monde que vous êtes des dictateurs, des étouffeurs de société, et toute l’imagerie militaire y était, tout le pathos pathétique de vos cervelles à sens unique, vous n’étiez que des soldats de plomb, des pantins articulés, télécommandés, des robots avec rien que du plomb dans la cervelle, des acteurs sans texte, même quand vous parlez, vous êtes désespérément muets, vous êtes les promoteurs d’un monde mort qui cherche à faire mourir ce qu’il reste encore de vie sur la terre. Vous ne connaissez que le cinéma muet, vous n’avez rien à dire, vous êtes les gardiens cahotants du chaos,  vous règnez sur les cadavres de milliards d’abeilles : « Monsanto subito met la terre sur le dos ». Vos rires sonnent faux, vos embrassades sont factices, vous n’êtes que carton pâte et pur décorum, vous avez des ambitions de boutiquiers stupides, vous avez été à l’école pour être bête mais..... dans de grandes universités où vos parents payaient les professeurs pour que vous réussisiez. Il fallait sauver les apparences. Vous êtes et vous restez arrêtés sur votre image, vous êtes des hommes mécanisés.  Des robots authentiques et pathétiques, vous faisaient la haie, vous paradiez, vous gonfliez vos égos sur fond de musique militaire asexuée et exangue. Derrière vous en filigrane des millions de fantômes de celles et de ceux que vous avez déplanté de ce monde volaient autour de vous, hurlaient dans le silence mais vous n’entendiez plus rien, il y a longtemps que vous êtes sourds aux voix familières de la grande Vie. Vous êtes des abonnés de la mort. Vous ne réusissez pas à cacher le petit bout de la faucille qui sort de vos costumes amidonnés. Vos voix sonnent comme le glas. Et ce glas résonne et prend toute la place, hélas ! Et malgré tout ce qui est dit plus haut, j'affirme que rien n'est perdu, que tout est à faire, c'était juste un texte pour nous pousser à retrousser nos manches, à aller plus loin dans le total amour, car "l'amour est la totale totalité totalisant totalement le tout tout le temps".

Julos 4 avril 2008

10:17 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Mais nous, Julos, on peut encore essayer d'envoyer des pensées positives vers le Tibet et ses habitants. Eux, ce sont de tristes sires charognards, nous on peut essayer de semer l'Amour et de le propager jusqu'au Tibet...

Écrit par : Laurence | 04 avril 2008

Répondre à ce commentaire

A Julos, Luc, Brigitte, Vero, Phil, Martine, Jean-Marc, Elise, Jilber, Bernard, Aurélia, André, Marie-Louise, Dany, Moinette J’ai quitté Paula cet après-midi à l'aéroport…elle est déjà dans son foyer à Limoges. Ici, la maison est silencieuse mais combien lumineuse de souvenirs. Cette semaine a été incroyablement riche en évènements et en rencontres. Comme Paula, je voudrais tout écrire mais....il faut rassembler les souvenirs. Il me reste un si beau bouquet de fleurs jaunes et bleues au coin du living et de la cuisine, une peinture de soie, des journaux, des photos et tant de morceaux de vos musiques, de vos poésies, de vos paroles. Amis du Julosland, les arbres sont en fleurs…nous ne sommes qu’au printemps de nos rencontres….les jours à venir seront remplis de nos belles amitiés….oui Julos…. « rien n'est perdu, tout est à faire, c'était juste un texte pour nous pousser à retrousser nos manches, à aller plus loin dans le total amour, car "l'amour est la totale totalité totalisant totalement le tout tout le temps" »

C’est beau !

Écrit par : Françoise | 04 avril 2008

Répondre à ce commentaire

que faire? dis moi que faire, Julos, je le ferai
mais qu'est ce que ma petite voix?
mais une petite voix plus une autre, plus une autre....on nous entendra
alORS? DIS-MOI JULOS, que dois-je faire?

Écrit par : aurelie | 05 avril 2008

Répondre à ce commentaire

copie à Sarko Une solution: envoie une copie à Sarkozy. Il te répondra... il a réponse à tout !!!!!!!!

Écrit par : Phil "le véloce"et Marie "la douceur" | 05 avril 2008

Répondre à ce commentaire

faire Nous voulons tellement "faire", ce sont nos "affaires".
Or, le Tibet, dans son actualité est le rappel que sous le faire, il y a l'être des choses et du reste...
"Comment — dit un jour un homme plein de bons sentiments à Maître Eckhart —, comment être un homme bon, un bon chrétien ?"
" Commence par le début", lui dit Maître Eckhart.
L'autre n'a pas compris, alors il a expliqué :
"Commence par être, être cela que tu es, celui que tu es. Commence par être."

Écrit par : babel | 06 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.