07 avril 2008

Histoire d'elle

 

Textes_HistoiredElle_Illustration

Textes_HistoiredElle_1
Textes_HistoiredElle_2

09:29 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Le ciel est bleu, Julos, j’entends les oiseaux de mon jardin….il me semble les entendre me dire de les suivre…. je pars à l’écoute de la voix.

Écrit par : Françoise | 07 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les fleurs odorantes étaient-elles des pavots pour franchir ainsi la porte du paradis dont on ne sait s'il était artificiel...

Écrit par : Jilber | 07 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Mais dans son paradis perdu aux milles couleurs et odeurs parfois elle s’ennuyait car si elle était tout et rien poussière du monde, oiseau de paradis… il lui manquait.
Son corps de femme se souvenait de la tendresse de ses doigts, du rire de sa gorge, de leur complicité belle et forte, de sa poésie.
Alors elle décida de rouvrir la porte, elle avait la connaissance maintenant, elle enfourcha un oiseau magique et vola jusque la planète terre.
Elle se déposa tout en parfum sur les femmes du monde, un parfum spécial que lui seul reconnaissait. Ce parfum unique se déclinait en mille variantes comme les couleurs de l’arc-en ciel. Sur une femme, elle déposa son sourire, sur l’autre l’inclinaison de sa tête, sur l’autre encore sa capacité de tendresse et encore et encore l’amour… Elle avait été son unique, elle devenait la femme universelle. Lui se rappelait ... et chaque rencontre le ramenait à elle, rencontre amitié rencontre tendresse, rencontre érotique.
On les croyait séparés mais elle avait trouvé le moyen d’être à lui jusqu'à la fin des temps, jusqu'à la fin de sa vie
Elle n’était rien, elle était tout…parcelle d’éternité


Écrit par : Christine Debois | 07 avril 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.