15 avril 2008

Que de prosternances en cette St Jules

 

Julos_StJules

 

Que de prosternances en cette St Jules ce 13 d’avril de l’an huitième, en cette bastide de la converserie où nous croisions Breughel et une foultitude de têtes de cerfs accrochées aux murs en guise de parure. A certains de ceux-ci on avait vissé une croix, quel supplice ce fut pour ces cerfs antiques de promener dans les forêts anciennes en plus de leurs bois la croix du supplicié Jésus car il faut vous dire que les cerfs de la forêt de St Hubert portent tous une  croix visée sur leur chef et celui qui ne me croit pas n’a tout simplement pas, la foi. En plus accrochés aux murs il n’y avait pas que des cerfs, de ces vieux cerfs qui gardaient dans leurs poils la souvenance de la vie dans les  forêts de jadis, il y avait des têtes de biches, de mouflons d’orignaux du Québec, de bisons taiseux qui nous regardaient passer avec leur regard fixe et leurs yeux arrêtés sur notre image. Trophées vous n’avez pas tout dit et votre  silence nous parle haut et fort. C’est dans ce cadre étrange que vinrent témoigner 12 passionnés par l’écriture et la belle personne que fût et reste en nos mémoires Christiane Singer celle qui avait du panache, dans ses écrits, et dans sa voix et dans son style et qui bien que disparue à nos yeux persiste et signe dans le nid de nos mémoires fidèles.

 

Marie Milis, celle qui conduisait ces voyageurs arrêtés sur l’image de Christiane Singer, invita chacun, chacune personnellement à écrire une maniere d’auto-éloge à la lueur de l’oeuvre de celle qui avait eu l’audace de nous quitter en apparence pour ne plus disparaître jamais le 4 avril 2007. 

 

Julos 12 avril 08 St Jules



 

Auto-éloge de Julos Beaucarne écrite le 13 avril 2008 à la converserie près de St Hubert

 

Je suis celui que rien n’arrête ni la guerre, ni la folie ni la mort. Je suis l’isolé du grand pic solitaire et multiple, nombreux et unique. Je suis le conquérant, l’escaladeur des plus hautes montagnes, je suis celui qui connais par coeur tous les poèmes du monde et peut les redire à la cantonnade avec la voix forte des montreurs de voie. Je suis le voyant qui voit d’un seul coup d’oeil dans la pierre ramassée sur le sol son cheminement “abracadabrantesque” de A à Z, depuis le commencement du monde minéral. J’étais là quand les montagnes se sont levées du levant au ponant. J’ai vu tous les volcans de la terre éructer leurs laves purifiantes en même temps pour le grand concert minéral universel. Je suis celui qui se prosterne devant la belle, le bel et le beau, devant celui ou celle qui fût qui est ou qui n’est plus car même celui qui n’est plus est. Je suis le géant du jour qui tient par la main le soleil joyeux de célébrer la clarté qui ouvre toutes les consciences et fait s’évaporer le brouillard épais de la barbarie. Je suis le voyant qui voit d’un coup d’oeil se dérouler le film de l’âme universelle et sauvage des femmes et des hommes. Je suis celui qui n’a pas d’armes et dont la force est dans les larmes  qui mettent en fuite le chaos, le chaotique et le cataclysme primal des détourneurs et des faux  falsificateurs de la pure mystique des coeurs des purs et des enfantelets pour qui tout, tout partout est et restera le vrai je suis celui qui voyage à la vitesse de la lumière, l’ubiquitaire qui est ici et la-bas en même temps, la portance de ma voix est plus forte que toutes les radios du monde. Je suis le télépathe épatant le plus puissant du monde actuel et des mondes à venir. Je corresponds avec tous les vivants ceux de cette galaxie-ci et ceux des autres mondes projetés plic ploc à la ronde. Je parle aux habitants galactiques en direct, je parle le langage des astres, des astéroïdes, des planètes habitées par l’amour lui-même. Je suis le commandeur des incroyants fidèle à la première des vérités premières celle qui jaillit  comme l’eau d’un geyser  des sources de moi-même. Je suis l’incipit et je suis le dernier celui qui ferme la marche, le feu rouge qui clignote au bout de la file des vaisseaux spacieux de l’infinie spatialité. Je suis le voyageur immobile qui embrasse d’un seul regard laser la réalité entière en son entier d’un seul coup d’oeil, je suis celui qui sait qu’il est plus le + que le moins. Je suis l’homme aux paroles désaltérantes à la voix d’or à la mémoire universelle qui enregistre comme un sismographe les secousses sismiques et cycliques des univers qui se donnent la réplique. Je suis celui qui rend visite chaque jour à l’étoile polaire qui est trois fois plus grosse que notre soleil familier, je la salue chaque nuit et elle me donne tout ce que je pensais n’avoir pas. Et ce que je n’ai pas je l’ai plus que 7 fois 7 fois.

 

Julos 

08:09 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

superbe Julos! c'est superbe ton auto éloge.
il me fait du bien.
Parle aux galaxies, et n'oublie pas l'astéroïde B612, tu sais, celle où il y a le Petit Prince et où je me réfugie si souvent en pensée.
je te remercie, Julos.
Excuse moi, j'ai oublié de te souhaiter une bonne fête.
bisous
majo

Écrit par : aurelie | 15 avril 2008

Répondre à ce commentaire

bellissimo! Quelle belle inspiration! Cela redonnerait du courage à qui n'en a plus. Moi non plus, je ne savais pas que c'était ta fête. Je te souhaite alors chaque jour ta non-fête, que je souhaite être une grande fête, avec l'avantage que c'est au minimum 364 fois plus souvent!
Bisous

Moinette

Écrit par : Moinette | 15 avril 2008

Répondre à ce commentaire

comment t'as fait Julos pour poser ta signature autour du soleil?
j'ai vu la même chose aujourd'hui chez moi
http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7346133.stm

Écrit par : Djema | 16 avril 2008

Répondre à ce commentaire

auto éloge qui nous réconcile avec nous même..."merci" Avec du retard néanmoins avec sincérité bonne fête à toi Ô Julos !
J’aime beaucoup ton auto éloge, je la trouve humble…
Combien d’amitiés sincères as-tu fais naître ? Et nous pauvres humains faillibles, nous oublions te souhaiter ta fête :-( . Le fil de l’amitié tu as tissé entre nous cousu de mots à l’unisson. Des myriades d’amitiés telles les étoiles…
murielle dt

Écrit par : murielle dt | 16 avril 2008

Répondre à ce commentaire

bonne fête !!!!! ben oui, quoi...

Écrit par : babel | 19 avril 2008

Répondre à ce commentaire

J'ai découvert l'auto éloge hier grâce à l'émission "Rencontres". Gérard Grosjean recevait Marie Milis. Un soleil, une étoile, un cadeau

Écrit par : IGLESIAS Consuelo | 16 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.