25 mai 2008

Journée de l'obésité

 

Hier c'était la journée mondiale de l'obésité.

 

 

La danseuse japonaise obèse

La femme-sumo
Soumise
A la tyrannie du poids

Démontre jusqu’où peut aller

Jusqu’où va

L’élasticité étonnante

De la peau humaine

Cédant peu à peu

Jour après jour

Pas à pas

Heure par heure

A la pression

Impressionnante

Du colossal manger

La peau

Hypertendue

Prête à éclater

Exulte et exalte

Et consacre

Le sacre

De la surchage pondérale

Exulte et exalte le plaisir maximal

De la tripaille

Exulte et exalte le jouir

De l’encombrance totale de

La mangeaille

Dans un corps

Plein jusqu’à ras bord

Au bal éléphantesque

Baobabesque aux limites

De la tension du tambour

De la peau, la danseuse sumo

Japonaise obèse goûte le plaisir

Immense de la danse.

 

 

 

Extrait des "Chaussettes de l'Archiduchesse" paru au Seuil

20:50 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

heuuu, boum ?

Écrit par : biglodion | 25 mai 2008

Répondre à ce commentaire

peu importe peu importe, grand petit gros ou maigre.
Ce qui compte, c'est un coeur gros comme une citrouille.
Pas de souci, je ne suis pas une sumori!

Écrit par : aurelie | 26 mai 2008

Répondre à ce commentaire

La tyrannie du corps 'parfait'...On s'y perd en plus, entre deux pubs avec des mannequins devenus transparents à force de 'maigritude', on entend parler des collections "spéciale 'gros' "...Je suis pour l'idée que le regard ne doit pas se contenter d'un vague coup d’œil extérieur, prendre le temps de regarder et écouter l'autre...
Et souvent dans sa souffrance quand il a le 'malheur' d'être par trop différent.
J'ai 'testé' le regard de l'autre sur soi-même que porte les 'gens', ceux que l'on croise dans la rue sans les connaitre, mais qui dévisage parfois sans complaisance; j'ai été victime d'un accident cérébral, me laissant quelques petites séquelles (je marche avec difficulté, ma jambe gauche souffre d'hyper-tonicité, cela s'appelle le spasticité.)
Lorsque je me rendais au magasin, le seul fait d'avoir été à l'arrêt le temps du trajet faisait que lorsque je sortais de la voiture, il me fallait quelques pas avant de retrouver un semblant d'équilibre.
...REGARD des 'gens'...
La situation s'aggravant, mon médecin m'a prescrit une cane...Et depuis, ceux qui me regardaient la semaine précédente comme une femme ivre me regarde maintenant avec bienveillance...Parfois un peu trop de commisération...Mais il n'y a pas de malveillance, juste de la maladresse...
Il faut se détacher du regard de l'autre surtout si on le sens négatif...
Ne se percevoir qu'à travers sa propre 'grille' de décodage.
Accepter son apparence, ses travers anodins, ses petites choses qui parfois, mises bout à bout, finissent par lasser ceux qui partage notre quotidien...Être lucide.
Et puis d'abord le 'beau', c'est quoi?

Écrit par : alibibi | 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

allo Alibi merci pour ce commentaire je pense à vous et vous souhaitetde traverser cette période difficile quand notre machine ne répond plus .Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 22 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.