28 mai 2008

 

 

JaseurOiseaux

 

L'inspiration est fragile comme nos vies, à la moindre distraction,  elle s'enfuit et les mots ne se rattrapent plus .... heureusement tant qu'on est vivant l'inspiration persiste et son souffle chaud nous porte loin, nous sommes des planeurs, des voiliers que le vent du dire et de la disance dense porte vers le haut.

O poésie,  ô poétesses, prêtresses des mots sortis de vos bouches rouges, ô poètes, vous qui rejoignez les mystiques de tous les temps, vous qui rejoignez tous les voyageurs et toutes les voyageuses jetés sur cette terre pour un court laps de temps avant la retournance au cosmos primordial. Vos enfantelets et vos enfantelettes prendront votre relais dans la luxuriance des mots qui n'ont pas encore étés dits, à vous toutes et tous,j 'adresse mon fraternel et souriant salut.

Julos en 28 de mai où je me permets d'écrire ce qu'il me plaît.   

19:13 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

et merci .. Et merci à Monique de nous y avoir enmenés!

Écrit par : Claude Rousseau | 28 mai 2008

Répondre à ce commentaire

De jolies retrouvailles... CCher Julos, cela fait huit ans que j'habite le Québec, moi le petit Belge d'Auvelais (Sambreville) j'ai décidé un jour de franchir le grand océan pour y retrouver ma femme. Mes souvenirs avec vous sont nombreux. Je les dois à ma professeure de primaire qui nous faisait réciter vos poèmes par coeur. D'ailleurs, sur les murs de la classe, il y avait votre affiche avec votre pull arc-en-ciel, qui a marqué toute notre génération. Au hasard d'une radio, chez Monique Girard, je vous ai réentendu et plein de souvenirs me sont remontés en moi. Aujourd'hui, je gagne ma vie en étant journaliste et auteur de roman et ceci est grâce à vous, car vous m'avez fait connaître et apprécier les mots.
Julos n'est pas Belge, mais universellement citoyen du monde.
À bientôt...
Jean-Luc

Écrit par : Doumont Jean-Luc | 28 mai 2008

Répondre à ce commentaire

Permets-moi... ... de te faire un petit coucou virtuel en passant par ce blog...

Bises, la cousine Monique

Écrit par : Monique | 30 mai 2008

Répondre à ce commentaire

"ose encore et encore...." Alors permets toi au tant que tu veux Ô Julos ; écris ce tout ce que désire. Tes mots sont libérateurs de nos âmes parfois engluées dans la misère ou la détresse des aléas de la vie. Puis, tu prends ton stylo et d’un coup de plume tu nous conduis aux choses les plus essentielles de la vie, ce qui en fait sa saveur et que nous humains avons souvent tendance à oublier. Alors « ose » car même sous cet embrun de liberté c’est la notre que nous offre encore et encore….
Amicalement,
murielle dt

Écrit par : murielle dt | 30 mai 2008

Répondre à ce commentaire

Très beau texte, fluide comme le ruisseau

Écrit par : jerome | 02 juin 2008

Répondre à ce commentaire

C'est un jour pâle dans la cuisine. les doigts dans le papier qu'on décole. Un air de neuf à faire surgir la croute du mur, ses aspérités et sa douceur. Je vous écoute. Chantier-poéme.. Me reviens une phrase sans doute de vous: j'aime broyer du noir pour mieux voir la lumière derrière l'ombre... je vous glisse un non-commentaire avant de reprendre la route. Merci à vous.
Muriel



Écrit par : Muriel Fanderl | 25 juin 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.