24 juillet 2008

Il était une fois la Belgique?

 

Depuis qu'on a fait de nous des frères ennemis, je marche divisé dans mon propre pays, une partie de moi n'est plus à moi, je dois donc me contenter de moi et de mon pays rétréci. Pourrons nous revenir en arrière ? Mes frères du nord disent que j'ai perdu le nord, mes frères du nord perdent-ils le sud? Combien de temps avons nous marché côte à côte? On ne nous as pas demandé notre avis au moment de nous mettre ensemble, c'était avant-hier et même bien avant que nous ne soyons nés, on ne choisit pas où l'on va naître: juste… on naît… on devient conscient bien plus tard du lieu de notre atterrissage. Qui nous a séparés? L'argent, la langue, la politique? Les guerres? Les humains peuvent-ils se réconcilier? L'allergie entre les deux peuples est-elle consommée? Est-il possible de se réconcilier et pour se réconcilier que faudrait-il ? Des interprètes? Des conciliateurs conciliants pour se parler, oser se dire franchettement avant d'établir le tracé d'une frontière mais on sent confusément que ça sent le roussi. Les frontières intérieures sont pires que les frontières réelles les langues des humaines et des humains sont toutes de couleur rouge mais les uns tirent la langue pour signifier aux autres leur rejet. Ils ont raison ou ils ont tort et il semble que tout retour en arrière est impossible….. nos frères ne veulent plus qu'on les appelle «frères». Ils nous disent qu'ils en ont assez, ils disent que nous les avons exploités, ils disent qu'ils paient pour nous. Le pays est devenu un puzzle: très fort sera celui qui recollera les deux morceaux, il n' y a pas de colle assez forte disent-ils. Il n'est pas encore né celui qui trouvera la sortie du labyrinthe!

De chaque côté de la frontière linguistique des montagnes de préjugés se dressent ……

J'émets naïvement le souhait que même si les murs sont mitoyens, même s'il faut se séparer, que ce soit en douceur, sans haine et sans rejet aussi bien pour les natifs de ce pays que pour les immigrés car que nous soyons du nord ou du sud nous serons désormais tous et toutes des émigrés de l'intérieur. Un pays met longtemps à se faire mais il faut peu de temps pour le défaire. Les mythes ont détruit lentement le tissu social de la Belgique d'antan.  

 

Julos Beaucarne  Methamis le 24 juillet 08

 

 

22:54 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Quel beau texte Merci pour ce texte magnifique......que c'est difficile de s'entendre et de se comprendre. Pourvu que nos "sages" réussissent un petit quelque chose ?????
Monique qui fait des chapeaux.

Écrit par : Monique | 25 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

l'histoire...... Une bonne mère n'accorde jamais des privilèges aux fils, pour qu'ils ne se disputent pas....et pourtant il arrive très souvent
partout. Il faudrait répartir du zero, peut-etre, et s'appeler "cousin"? Bonne chance à vous et à nous, qui sommes à vostre sud.

Écrit par : lilia - italie | 27 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

julos, j'ai peur cette fois-ci, j'ai vraiment très peur. Je ne veux pas que notre pays éclate!
j'ai peur Julos, je fais des rêves affreux.
Je sais que tu vas trouver les mots qui calment.

Écrit par : aurelie | 27 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

l'argent est cause de tout peut être aussi les différences de langue. il;faudrait perler les deux dès la naissance sans doute pour saisir les nuances.
la mythe de la tour de babel vient à l'esprit
Française ,j'ai épousé il y a cinquante ans un wallon arrivé en France tout enfant il est toujours Belge.
Mon arrière grand mère était de Malines donc flamande je suppose. C'est aujourd'hui que parfois je réalise et souris un peu tristement en me disant que si j'avais pensé à le dire peut être que certains auraient parlé de mésalliance??
on m'a raconté que les flamands ont été exploités par les wallons et maintenant se révoltent.
Je l'ignore . Charbon, pétrole, industrie tout cela apporte la guerre. Rien d'autre .
Les gens sont faits pour s'aimer nous en sommes la preuve
et il y a des flamands et des wallons qui se sont mariés je suppose .Une ruptuire ferait sans doute mal à leurs enfants
Merci Julos . écrivez il en reste toujours quelque chose surtout si on est habité parla tendresse et l'intelligence

Écrit par : adeline | 03 août 2008

Répondre à ce commentaire

J'y serais ! Je viens de recevoir mon tiquet pour samedi , à Pernes les Fontaines... Le numéro 5 ...
Je me rappelle de toi Julos au téléphone !!!! un jour, que j'ai appelé son secrétariat à Tourine. Je me rappelle de ta gentillesse. Je me rappelle de Wégimont et de ton exposition d'objets improbables. Je sais à quel point tu es juste et tendre dans tes propos Julos... Et tellement lucides ! J'ai peur et pourtant je suis calme... et impatient !!!! Alors, "todi sol'vôye ?
A bientôt.
Michel

Écrit par : Michel | 07 août 2008

Répondre à ce commentaire

methamis ça alors ! Le hasard a guidé mes pas jusque Méthamis, dans le Vaucluse, hier après-midi... J'ai repensé à la chanson pour Loulou mais sans toutefois me dire qu'il s'agissait du même endroit !
Jérôme

Écrit par : jerome | 14 août 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.