18 août 2008

 

 

Sblier schuiten

 

O grand ordinateur des heures, maître de mon sablier personnel, laisse moi le temps de lire tous les livres, de connaître toutes les douceurs, d'aller au bout de toutes les connaissances, de naviguer tranquille et heureux vers l'île de la Vie avec un grand V au mitan de l'océan de l'air malgré tous ces tohu-bohu de guerre, de cruauté, de barbarie, de morts inutiles, tous ces projets de missiles sol-air destructeurs que des fous fabriquent sourdement, bornés dans leur volonté aveugle: imagine tous ces gens qu'on a jetés dehors de ce monde  et qui ont emporté leur secret. Que sont devenues toutes ces voix familières, ces visages épanouis. Et monte en nous la constat de cette immense absurdité: le fait que cette société cupide, rapide, insipide ne profite pas des leçons du passé m'effraie. "La vie de l'homme est comme un oeuf dans la main d'un enfant." Je pense à tous ces enfants qui naissent aujourd'hui de par le monde, je pense à l'enfant que je fus, à ma mère, à mon père  tous les deux disparus, je pense à mon filleul Bruno qui s'est donné mort à la fin de l'année dernière.

 

02:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

les villes de Schuiten m'ont toujours fait rêver... Lui sait dire la poésie des pierres et des lumières.

Écrit par : babel | 18 août 2008

Répondre à ce commentaire

Superbe dessin!
Amitié.
Gilles

Écrit par : Gilles Poulou | 19 août 2008

Répondre à ce commentaire

je pense aussi Je pense aussi, aujourd'hui, je pense à la petite fille pour laquelle je t'ai appelé.
Elle ne va pas bien, Julos. Donne un peu de lumière s'il te plait,je t'expliquerai.

Écrit par : aurelie | 20 août 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.