29 août 2008

Une merveilleuse tournée au Québec

  

Barbara, Patrick et moi, nous avons fait une merveilleuse tournée au Québec. C'était quand on fêtait les 400 ans de la ville de Québec. Nous avons présenté 2 spectacles: "Le jaseur Boréal" et "Chansons d'amour", toutes nos allées et venues étaient soigneusement préparées par mon ami Philippe Giroul, c'est lui le premier qui m'a fait venir au Québec au temps où il était professeur de gym à la "Polyvalente" de Nicolet. C'était dans les années 70 au siècle dernier..... Loulou était du voyage. Cette année, c'est Yolande Berteyac qui avait organisé mon anniversaire chez elle et chez son ami John-Peter à North Thatley. 72 ans, ça se fête. Raoul Duguay était présent, il a présentement une exposition de peinture à Montréal. Ce furent de chaudes retrouvailles, il y avait Yves Langlois qui a présenté récemment au Québec son dernier film: "Le dernier envol", un film émouvant et très fort, on en reparlera dans le prochain Flo, il y avait mes amis Michel et Geneviève Claes qui vivent depuis longtemps à Montréal (Ils avaient déjà organisé chez eux une soirée pour fêter notre retour au Québec. Chez eux il y avait mon amie depuis des lustres: Danielle Beaucage qui nous a Beaucoup soutenu pour cette tournée).
Chez Yolande il y avait Nadine Stasse et Pierre Javaux qui travaille à Radio Québec. Nadine et lui avaient jadis créé un restaurant wallon dans la région qui s'appelait "La petite gayole". Au "Petit Moulinsart" dans le vieux Montréal, nous avons retrouvé Léo Kalinda qui vient d'écrire le scénario d'un film où il est question du Rwanda, son pays d'origine, nous avons retrouvé aussi Annick Van Craenen qui nous a secondé et Daniel Lambert qui nous a rejoints très tôt à notre arrivée à Montréal et qui nous a conduits jusque Saint Jean-Port Joli, nous avons revu Riquet qui dirige l'établissement et son alliée Josée, le "Moulinsart" est une île belge dans le vieux Montréal. Sur l'île d'Orléans nous avons retrouvé Nathalie Leclerc, la fille de notre cher Félix et le public chaleureux de l'espace Félix Leclerc. A l'atelier "A l'écart" à Longueuil chez Bernard Daoust, Barbara et moi, nous avons chanté en souvenir de Lise l'épouse en allée de Bernard. Il y avait à cette soirée mon amie Elisabeth Gagnon et Margot Dor, la femme de mon ami Georges Dor disparu. J'ai retrouvé Gilles Vigneault à Radio Canada dans l'émission de Joël le Bigot pour fêter ses 80 ans et j'ai été invité souventes fois par mon amie Monique Giroux. Le disque: "Ils chantent Julos" sortira en novembre en France et au Québec. Nous avons retrouvé avec bonheur le "Petit Bonheur" de St Camille avec Renée et Mumu qui avec quelques autres personnes avaient monté une très belle exposition sur les sacoches et nous avons eu la visite de Bertrand Gosselin et de Anne-Marie Corbisier une belge immigrée dans ce merveilleux coin et ce fut bonheur de retouver Lysan au Crapo à St Jean de Matha, la ville de la force et tous nos amis avec et y compris celle qu'on appelle communément "L'outreméreuse". Bonheur aussi à l'Assomption de retrouver toute la famille de Frantz et le gros Pierre de la sucrerie de la montagne.

Un soir sur le chemin du retour de Québec où nous avait accueilli Pierre Cochaux, le savantissime expert en insectes et autres vers luisants nous sommes passés chez mon ami le poète Normand Génois à St Raymond, la nuit était faite et toute la prairie autour de sa maison était pleine de milliards de lucioles, nous marchions au milieu des étoiles, je n'ai jamais ressenti si fort le bonheur de vivre devant ces étincelles qui sautaient deci-delà, comme pour nous fêter, c'était le plus beau gâteau d'anniversaire que j'ai eu de ma vie. J'étais en pleine émerveillance. Barbara a attrapé une de ces lucioles mais en fait elles étaient deux, dos sur dos elles copulaient de plus belle, je me disais que la nature était forte et belle, c'était un feu d¹artifice perpétuel et naturel. Les lucioles émettent une lumière froide nous a expliqué Pierre Cochaux. Je me demandais quels effets ces lucioles faisant l'amour pouvaient avoir sur notre psychisme humain. Il me semblait que ce champ n'était qu'un gisement d'énergie... comme l'expression naturelle d'une joie sacrée, ce fut un grand moment de notre voyage.
 

Julos             

 

16:06 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

ah les lucioles Ah les lucioles
Moi j'en connais une
Qui voudrait prolonger
L'été en hiver

Imagine les lucioles
Parmi les cristaux de neige
Entrain de voleter

nayan

Écrit par : nayan | 29 août 2008

Répondre à ce commentaire

les joies les joies, c'est comme la haute couture : ça tombe toujours bien.
les joies, c'est pas comme la haute couture :on n'y défile pas.
heureux de te savoir heureux

Écrit par : babel | 29 août 2008

Répondre à ce commentaire

Mon ami Joan Pau Verdier a écrit, il y a bien longtemps un beau texte :
Le bonheur mon amour ne s'écrit qu'au pluriel
Nous dirons "les bonheurs" commme "les pas perdus."..
Quels beaux moments tu as dû vivre là, Julos dans ce pays au "patois XVIIéme"
Avec une pensée pour Pauline Julien qui n'était pas du voyage et qui reste une grande figure de "ces gens du pays".

Gilles.

Écrit par : Gilles Poulou | 30 août 2008

Répondre à ce commentaire

moi aussi, je suis heureuse de te savoir heureux.
Heureuse de tes sourires et de tes mots
heureuse de tes chansons
merci Julos, merci pour tout.
aurélie

Écrit par : aurelie | 30 août 2008

Répondre à ce commentaire

Le monde est bien petit Justement, Julos, le bon ami de Bernard, Daniel Hamelin, me disait il y a à peine une semaine à quel point il avait été touché par la lettre que tu as écrite pour Lise et qui a été lue lors de ses funérailles. Daniel habite Saint-Roch des Aulnais et c'était un grand bonheur de le retrouver sur le chemin du retour, à placoter sur son toit devant le fleuve Saint-Laurent.

Écrit par : Louise | 31 août 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.