26 octobre 2008

La nouvelle échelle de Jacob

 

Samyn

 

Une fois notre corps huilé, peut-on monter 4 à 4 ces escaliers qu'a inventé Philippe Samyn et toucher le ciel en moins de temps qu'il ne faut pour le dire? Ces escaliers sont-ils une nouvelle échelle de Jacob? Cet escalier somptueux est-il fait pour sortir du carcan d'une vie insipide, perfide et cupide? Cet escalier a-t-il été créé pour échapper au syndrome de la cage d'escalier et au syndrome de toutes les cages, de toutes les prisons avec et y compris la prison que nous nous sommes parfois construit nous-même en nous même à notre insu soit par masochisme, soit par habitude car il peut arriver que nous devenions les matons et les gardiens et les geôliers de notre propre prison, il peut arriver hélas que nous nous  emprisonnions nous-même, que nous nous arrêtions sur notre propre image? En tout cas s'il vous prend l'envie de monter tout en haut de cet escalier, n'oubliez pas de vous munir de votre burette pour vous huiler quand vous en sentirez le besoin car il importe de ne point vous rouiller afin d'arriver au sommet sain et sauf et entier et en entière possession de toutes vos facultés.



Julos 24 Octobre 08

 

22:20 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

L'escalier un poème d'Ossiane Depuis ma naissance, je gravis l'escalier. L'escalier de la vie me menant vers la mort .
Ma mort physique mais non celle de mon âme,
mon âme noire ou blanche en note de musique sur les portées de la rampe.
Escalier qui m'élève vers les cieux, vers l'ange avec lequel je lutte.
Depuis mon ascencion, dans la cage de l'escalier,escalier que j'aborde en lente ascencion vers le savoir, en douce ascencion vers la connaissance.
Une transfiguration, une élévation vers le monde.
Escalier blanc de la haute science, Escalier noir de la magie noire, Escalier rouge de la souffrance, Escalier vert de l'espérance, Escalier jaune et lumineux, Escalier bleu des jours heureux, Escalier gris des jours aigris.
Voie qui monte et qui descend de l'exotérique à l'ésotérique .
Escalier gai et dramatique. Escalier plein de l'appel au vide.
Escalier vient que je t'attrappe, escalier plein de hautes trappes.
Escalier gorgé de surprises, fou en labyrinthe, énigmatique de la vie. Escalier menant au grand mystère, Escalier du levant menant au couchant. Au coeur de la vie. Vers le monde...
Et puis un autre d'Amichel: Rendez-vous
Jadis je suis allé en paradis
Non par l'échelle de Jacob, mais par un escalier de bois gris.
De marche en marche je volais, sans les compter.
A la main un joli bouquet, des fleurs qu'elle aimait.
Je volais, sans prendre le temps de respirer.
Je savais qu'elle m'attendait, dans la chambrette sous les toits.
Je volais alors,comme mon coeur cognait.
Et arrivé sur le palier tout doucement je murmurai en entrouvrant sa porte.
C'est moi. Vois ce que je t'apporte.
Fougueusement on s'embrassait. Avant même de refermer.
Jadis je suis allé en paradis par un escalier de bois gris.

En hommage à tous les escaliers du plus modeste au plus somptueux, que nous montons avec plus ou moins d'envie, de motivations.Dédale raisonné ou colimaçon méthodique notre âme s'esquive. A tous ceux que j'ai redescendu avec émotion... Sylviane

Écrit par : sylviane | 27 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

L'escalier Je suis dans un escalier
Lié par toutes les marches
Du temps

J'adore les escales
Dans le non-temps
Où j'escalade avec le vent

Lorsque je suis essoufflé
Je me laisse planer
Me laisse dériver
Sans escaliers

Sans lesse
Je deviens cerveau-lent
Et je remonte mon dedans

nayan

Écrit par : nayan | 27 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

pas de souci pas de souci dans cet oeil digne de celui du Tipi
bleu, l'oeil, bleu, iris, comme le tien regardant Wahenge
pas de souci dans cette échelle des cieux bleus
cette ligne bleue d'une vosge bouclée comme crinière
pas de souci nous avons l'habitude de la vue
côté intime, côté interne, in petto, de la tour de Babel
dont le concierge est quelque part dans l'escalier...

Écrit par : babel | 27 octobre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.