23 novembre 2008

Nirvikalpa Samadhi

Indications pour la lecture du texte qui va suivre.

Ce texte, pour qu’il atteigne les tréfonds de votre âme, doit être lu à haute et intelligible voix sinon le message terriblement subliminal qu’il contient ne traversera pas la paroi mince de votre corps physique et n’atteindra pas les frontières de votre corps éthérique or c’est l’au-delà du texte qui compte pour beaucoup ici (note du transcripteur).

  

Pas plus tard qu’hier soir, un sage qui passait par là juste au coucher du soleil s’approcha de moi et me dit à l’oreille dans un sanscrit parfait: « Lorsque vous aurez atteint l’état du Nirvikalpa Samadhi… ». « Qu’est-ce donc que l’état du « Nirvikalpa Samadhi? » « Le Nirvikalpa Samadhi, me répondit-il, c’est la cessation du pouls  et de la respiration et cela tout en restant vivant et en pleine raison et en pleine possession de toutes ses facultances ». « Il fait bon être averti ! », lui répondis-je. « Donc, reprit-il, quand vous aurez atteint l’état du Nirvikalpa Samadhi, vous pourrez virer de bord, lof pour lof dans l’autre dimension, vous en aurez la permission. Je lui demandai: « Où se trouve l’état du Nirvikalpa Samadhi...? ». « C’est juste un état extrême et doux bien au-delà de tous les états même les plus doux, me dit-il, c’est un état classé 16 sur l’échelle de la douceur: en fait, c’est un état plus qu’extra-doux qu’on atteint le dernier samedi du mois d’août, ici ou au Tamilnadou, en bref: un état d’apaisement au-delà de tout ce qu’on peut rêver - un parfait redoux où tout s’apaise, un redoux plus que parfait, un état où l’on se trouve à l’aise comme si on gisait nu sur le lit d’une humide glaise dans la fournaise d’un étouffant été".

Il ajouta: « Quand nous aurons expérimenté toutes les douceurs avec et y compris les douceurs tendres de l’âme, du corps et du coeur, quand nous serons sortis des faubourgs de l’Amercoeur alors, alors, dit-il, alors seulement  nous serons dans ce qu’on appelle l’état du Nirvikalpa Samadhi, est-ce que ça vous dit, me dit-il, de faire cette expérience-là, ici même et maintenant? ». « Pourquoi lui dis-je? » « Parce que, répondit-il, notre devenir à vous comme à moi est de ne plus être... un jour ou l’autre..... « Le plus tard possible » pensai-je, à part moi.  « Donc, reprit-il, notre devenir à vous comme à moi est de ne plus être un jour ou l’autre, mais peut-être aussi pour être, peut-être, entièrement nous-même et en même temps peut-être pour être merveilleusement le tout, c’est à dire l’immensité du créé en son entier avec et y compris, l’ivre univers qui n’a peut-être ni début ni fin et le « mégavers » et tout ce qui n’a pas encore été trouvé, tout ce qui se cache encore dans le dedans et le dehors, dans le dessus et sous les dessous de la matière » et il ajouta, toujours en sanscrit, je transcris: « Ce que j’en dis, ce que j’en sais, est juste le fruit de mon inexpérience, de mes tâtonnements et de mes errances, ne dit-on pas souvent: « Il sait assez celui qui sait, s’il sait qu’il ne sait rien ». « J’ai un souhait, renchérit-il, je voudrais vous voir en pleine jubilation, en pleine jubilance, je voudrais vous voir rire dans la certitude d’être à votre place, à la bonne place et être aussi dans la certitude de ne pas perdre votre place partout, tout le temps, parce que tout un chacun et tout le monde est à la bonne place au bon moment dans le soleil » *

 Julos Beaucarne

Nuit du dimanche 16 novembre au 17 novembre O8

 

*citation de Raoul Duguay

P1090619


Sculpture de Kanwa

Kanwa est un sculpteur de Java qui s'est installé à Nodebais près de l'étang,

ses sculptures sont visibles à l'occasion des fêtes de St Martin

ces deux dernières fins de semaines de novembre 08.

 

11:50 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

enfin Un état sans poste de douane, ni certificat de titre de séjour, ni monnaie, ni aucun elourdeur, même si c'est un état d'âme, une vue de l'esprit : je suis preneur !

Écrit par : babel | 27 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

Une nuit, il y a quelques 15 années,
un autre sage, ou le même?
est venu me voir.
Il a pris ma main,
il a planté mon doigt dans son coeur.
Son coeur était doux, doux, extra doux
comme un chamalo.
Alors, avant même la cessation de votre pouls
pénétrez dans votre maison coeur
douce, douce, extra douce,
c'est la maison du bonheur.
Parfois, cette maison receèle quelques épines de la vie.
Faites le ménage avec tendresse,
consolez les blessures comme on apaise un enfant qui pleure.
C'est le chemin de sortie des faubourgs de l'Amercoeur.

Écrit par : Djema | 28 novembre 2008

Répondre à ce commentaire

jJ'AI PLONGE AVEC DELECTATION DANS LA DOUCEUR DE CES MOTS ,DANS CE LABIRYNTE DE TENDRESSE ,DANS CET OCEAN D'AMOUR.

Écrit par : marina | 02 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

jJ'AI PLONGE AVEC DELECTATION DANS LA DOUCEUR DE CES MOTS ,DANS CE LABIRYNTE DE TENDRESSE ,DANS CET OCEAN D'AMOUR.

Écrit par : marina | 02 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.