07 décembre 2008

Un vélo roule dan le ciel

 

un vélo roule dans le ciel

Photo de Ben Goffart

 

Rouler en vélo au dessus dans l'immense espace, se dégager du poids des choses, tel est le travail des chercheurs de rêves. Le tapis volant des mots et des images nous emmène bien plus loin que nous en un lieu où tout serait possible..... même l'impossible. Le monde aujourd'hui s'écrit souvent, hélas, en négatif! Comment faire pour retourner la peau des forces déployées pour détruire?

Un être qui meurt sous les balles, c'est bien plus qu'un livre qu'on ne lira jamais, c'est une partie de nous qui s'échappe en fumée. Au départ, nous étions chacun, chacune l'univers en son entier, mais voilà que des forces obscures nous grignotent peu à peu l'âme et le corps et aussi la terre sur laquelle nous marchons qui ne peut plus nous donner des fruits purs pour nous donner force et joie, les chevaliers de l'Apocalypse ricanent dans leur rictus devant l'innocence des fleurs. Comment garder l'espoir devant ce démontage organisé de la Vie avec un grand V?

Des bûcherons maussades déplantent les arbres humains et déboisent d'immenses forêts, à chaque arbre qu'on coupe, on me coupe en dedans, un vaisseau, une veine, c'est un peu de mon sang, chaque arbre humain qui tombe nous laisse incomplet. Comment souffler sur les braises de notre devenir quand les faiseurs de bombes, de fusils et de balles envoient leurs messagers de mort aux 4 coins des mondes?

"Garder le roseau vert entre les dents?"... oui.... mais comment? A ce jour, il ne nous reste que notre "petit lopin de peau" dont nous sommes momentanément les princes et les princesses stagiaires, "notre petit lopin de peau" c'est vrai que c'est juste ce qu'il nous reste pour nous occuper de nous et nous pousser vers la lumière au milieu de ce déferlement mondial de balles, de bombes, de bazookas, de missiles sol-air, de bêtises formatées et industrialisées, d'insecticides et de fongicides qui sont des armes de destruction totale et massive de notre planète "Terre".

Toute arme aussi perfectionnée soit-elle est anachronique. L'intelligence de l'homme sert de plus en plus souvent à le détruire à le pourrir.

"Notre petit lopin de peau", c'est juste ce qu'il nous reste pour nous occuper de nous, pour nous conduire vers la lumière, pour réussir à nous mettre en joie. "Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là" à remonter le courant sous les huées des gens bien en place, des suiveurs et des enfonceurs de portes ouvertes, je voudrais être ce derviche tourneur qui crée sa protection en tournant sur lui même. Je voudrais aller au bout de moi, je voudrais aller au bout de ce que j'ai à faire et je suis persuadé que tous et toutes nous avons quelque chose de particulier à faire et si chacun, chacune allait au bout de ce qu'il a à faire...... le plan général serait un succès, je nous souhaite à tous et à toutes d'aller au bout de notre propre chemin.  

 

Julos Beaucarne

le 6 décembre 08 jour de St Nicolas.........

 

11:10 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Coucou Moi mon anniversaire c' est le 9 décembre =D

Écrit par : Druet Laura | 07 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Bisous

Écrit par : Druet Laura | 07 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

vélune Mais sais-tu la nuit est une prune
la terre, en fait, ce n'est qu'un noyau
Tu vois le phare jaune du vélo
les autres disent que c'est la lune

(début su sonnet "In alba")

Écrit par : babel | 08 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il est donné à peu de pouvoir exprimer ses propres singularités - c'est l'aboutissement d'un long labeur de vies successives -

Bien à tous,

Écrit par : Lucie | 08 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

"La seule chance offerte à l'humanité serait de reconnaître que, devenue sa propre victime, cette condition la met sur un pied d'égalité avec toutes les autres formes de vie qu'elle s'est employée et continue de s'employer à détruire" Claude Lévi-Strauss. Tout plein de bises mon Julos Tym

Écrit par : Tym | 10 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.