08 décembre 2008

Gardiens de la pègre II

 

 

Gardiens de la pègre II

 

Réaction d'un professeur suite à l'intrusion
de la police dans sa classe en France

 

19:42 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

le pays des droits de l'homme Oui, oui, vous avez bien entendu, ça se passe en France...

Écrit par : Paula | 08 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Et l'escalade ne mène à rien, et surtout pas à la prise de conscience...

Écrit par : Moinette | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Vers des lendemains qui déchantent... Un ami m'avait transmis ce témoignage il y a peu.
Il est à craindre que ce genre d'interventions arbitraires se multiplie (voir le journaliste de Libé arrêté la semaine dernière) dans un société où le "tout" répressif" est d'actualité.(Proposition d'incarcération des mineurs de 12 ans par la ministre de la justice)
Voilà.C'est en France au début du XXIème siècle!
Gilles

Écrit par : Gilles Poulou | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Elle commence quel jour la révolution que je puisse me libérer? (c'est un grec qui m'a soufflé l'idée...)

Écrit par : Jilber | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Daniel Mermet avait mis cet enregistrement sur "Là-bas si j'y suis". La question n'est pas de faire la révolution, me semble-t-il, mais de pointer du doigt des choses inacceptables -ce qu'a fait Julos -
"La poésie n'est pas que belle, elle est rebelle"


Écrit par : Gilles Poulou | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Oui, bon, d'accord----, mais enfin toudmeme, un jeune, par essence même, c'est dangereux, non?
Et plus ça va, plus un jeune est dangereux de bonne heure!

Écrit par : jenofa | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

"un jeune, par essence même, c'est dangereux, non? "
Sans vouloir polémiquer,il est dommage de lire de pareilles choses ici!
Moustaki écrivait en 1975 un superbe texte:"Chanson cri":
"Car se sont nos enfants qu'on appelle la pègre
Gauchistes,blousons noirs,drogués et autres négres...
...Je dis que le bateau prend l'eau de tous côtés
Qu'il est temps qu'on essaye de le colmater
Victime ou criminel les deux sont concernés
Et s'il y a un coupable on est tous condamnés."

Écrit par : Gilles Poulou | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Pardon à Jenofasi j'ai pris-un peu vite- son affirmation au premier degré.
Cordialement.
Gilles

Écrit par : Gilles Poulou | 09 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

j'imagine Ces recherches de stupéfiants ont été annoncées, et ensuite appliquées. Les flics ressemblent toujours aux voyous.
Mais, sans langue de bois, je sais que certains professeurs font usage d'euphorisants illicites pour supporter la vie, le boulot, etc.
Imaginez donc, si le chien renifleur avait trouvé une boulette de shit dans le sac du prof. Imaginez les titres dans les journaux. Imaginez...
Moi, qui suis prof, je n'ose l'imaginer.
Enfin, ces contrôles inopinés devraient si le gouvernement continue d'appliquer ses promesses se multiplier dans les classes et à la sortie des classes.
Ce n'est qu'un parmi les énormes problèmes d'une profession méprisée chaque jour un peu... Et pourtant, aucun jeune, immigré ou non, ne naît intégré dans la société : ce sont l'éducation et l'école qui l'intégreront., ou le désintègreont, l'intégriseront., si l'école ne redevient pas le lieu où s'épanouir par le savoir... Pour l'heure, c'est un espace de deal, d'arrestations : on est loin de l'idéal.

Écrit par : babel | 10 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Gilles, tu es tout pardonné, mais je t'avoue que ça secoue pas mal sur le coup. M'imaginer que je pourrais écrire cela au premier degré!
Après, j'ai bien ri, tout de même.
Il y a quelques jours, je disais à mon pharmacien "Il fait tellement sec et depuis si longtemps, il est normal que les gens souffrent de rhumatismes",---, alors qu'il pleut sans discontinuer depuis deux mois, que l'on vit en permanence dans un bourbier casse-margoulette et que l'on risque de se transformer tous en champignons. Je voyais bien que le pauvre homme me regardait avec effarement et j'ai compris qu'il prenait ça au premier degré.
Il faut que j'arrête l'ironie, moi. En tous cas, merci pour ces paroles de Moustaki, que j'avais oubliées.

Écrit par : jenofa | 10 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Merci Jenofa.
J'avoue ne pas trop comprendre pourquoi j'ai réagi comme cela. Je me suis senti gros-jean comme devant et ,comme aurait dit La Fontaine ,honteux et confus,après coup.
Faute avouée...
Amicalement.
Gilles

Écrit par : Gilles Poulou | 10 décembre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.