12 janvier 2009

Paris - Gaza

 

 

La mort est une horloge sans aiguille.

Les enfants morts de Gaza sont à l’heure zéro. Un jour les tueurs devront rendre des comptes... La justice frappera 3 coups et entrera en scène, c’est vrai qu’il sera trop tard, on ne peut pas réveiller les morts. Les vies qu’auraient eu ces enfants manifesteront devant le palais de justice et devant les casernes où les tueurs nettoient leurs armes anachroniques au sidol. Les vies qu’auraient eu ces enfants manifesteront devant la porte principale des maisons où dorment celles et ceux qui ont commandé l’assaut. Celles et ceux qui font partie de ce vieux monde pourri si peu original où depuis des siècles, on tue pour apprendre à vivre. Ils ne se sont pas encore rendus compte que la violence engendre la violence... Les chercheurs de paix ont un coup de blues encore une fois..., ils sont inquiets et tristes. "Quand vivrons nous tranquilles sous les arbres", disent-ils. L’au-delà est une immense cour de récréation mais on ne peut pas recréer des enfants, on ne peut pas ressusciter les morts. Quand les mamans et les papas ont survécu, ils deviennent fous, la peine est trop grande devant l’absurdité pourquoi élever des enfants pour qu’ils meurent. Dans Paris une jeune fille invite ses amis pour faire la fête dans l’appartement de ses parents qui sont partis ce dernier vendredi. Est-ce le fait d’avoir trop bu, est-ce la drogue? Ils mettent l’appartement à sac... Il y a du verre partout. On dirait que l’heure mondiale est à la destruction. Comment faire pour apaiser la folie du monde?

Si tu le sais toi comment il faut faire, dis-le moi.


 

Horloge_Noir

 

Julos le lundi 12 janvier o9

Tourinnes-la-Grosse

21:57 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

la folie du monde Je ne sais pas comment apaiser la folie du monde... je sais juste apaiser mes douleurs, et encore.... ça ne marche pas toujours. La vie m'apprend chaque jour que c'est du dialogue, de l'acceptation de l'autre et de son respect que dépend la paix entre les êtres. Et la vie m'apprend aussi que certains êtres ou groupes d' êtres ont des intérêts très particuliers à ce que le monde soit fou et haineux.
Ecoutons les larmes silencieuses des corps meurtris et n'oublions pas, nous sur qui ne tombe nulle bombe, nous qui souffrons d'impuissance... nous qui ne savons pas comment apaiser la folie du monde.

Écrit par : Gloria | 13 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

"La paix, c'est la guerre ailleurs" (Jacques Prévert)

Écrit par : Jilber | 13 janvier 2009

Répondre à ce commentaire


Diable, cette horloge sans aiguille...

Écrit par : unevilleunpoeme | 14 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

les usines Je croyais savoir le sens des mots "aimer ses enfants", puis j'ai lu la charte du Hamas. J'ai lu que le "rôle des femmes était d'être des usines à hommes" (de saints utérus), qu'éduquer un enfant, c'était lui "apprendre la guerre sainte et le martyr". Alors, je me suis souvenu de photos trop souvent vues : ces enfants en nombre toujours présents au milieu des miliciens, jamais mis à l'abri pendant les combats, aux écoles transformées en caches d'armes. Et depuis je ne sais plus qui des soldats tireurs ou des parents fanatiques sont des assassins... J'ai retrouvé les aiguilles de mes horloges plantées dans une poupée : ensorcèlement pitoyable, où le temps sur les jeunes années comme un blindé dans un champ fraichement semé.

Écrit par : babel | 15 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

Quand les hommes vivront d'amour "Quand les hommes vivront d'amour
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Quand les hommes vivront d'amour
Ce sera la paix sur la Terre
Les soldats seront troubadours
Mais nous, nous serons morts mon frère

Dans la grande chaîne de la vie
Où il fallait que nous passions
Où il fallait que nous soyons
Nous aurons eu la mauvaise partie..."
(...)

Raymond Lévesque

Pour écouter cette chanson:
http://fr.youtube.com/watch?v=Wb_4tQ90Muk

Écrit par : Véronique | 24 janvier 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.