16 février 2009

Raoul Duguay

La libération de l'homme et de la femme se fera le jour où tous les hommes et toutes les femmes marcheront le front dans le front comme une armée de roses qui embaume l'espace un jour, tout de suite, icitte.Je ne marche plus sur les épines de la violence et  je passe à travers les bancs de neige et la poudrerie de bombes et de balles pour aller construire ma maison dans l'Amour, car l'Amour est la totale totalité totalisant totalement le tout tout le temps.

Raoul Duguay


RDuguay

 

Raoul Duguay a eu 70 ans ce 13 février 2009.

http://chanteur.raoulduguay.net

17:18 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

La libération La libération de l'homme et de la femme se fera lorsque tous les deux riront ensemble en écoutant leur écho écologique
planer vers des découvertes qu'ils n'avaient pas planifier.
Car l'amour passera dans un passage pacifié pacifiquement

Écrit par : nayan | 17 février 2009

Répondre à ce commentaire

Bon anniversaire à Raoul Duguay,
Fêter chaque jour, qui est l'anniversaire de quelqu'un, et qui nous rapproche du nôtre.

Écrit par : jeanne | 17 février 2009

Répondre à ce commentaire

Cher Raôul comme tu le veux,
Félicitations pour l`ensemble de ton oeuvre tout d`abord comme il se doit.Il me souvient de ton père Tailleur à Val-D`Or et de votre nombreuse famille : Rita avec qui j`ai fréqenté l`Académie St-Sauveur en 1942 par là; ta soeur Laurette ,la plus belle femme du coin et d`ailleurs , j`en suis certain.Puis Fernand en 1952, au Séminaire d`Amos excellent artiste lui aussi.( il fréquentait alors les Arts et Métiers.)J`ai en mémoire aussi la Fanfare où le maître d`école Robert Cotnoir faisait office de directeur musical dans laquelle tu jouais de la trompette.Bref, souvenirs, souvenirs vous êtes si doux à ma mémoire.Un vieux de la vieille, arrivé à Val-dOr en mars 1938 par 40 degrés sous zéro.Brabo! encore une fois, grâce à toi, l`Abitibi est à jamais sur la "map".
Roland A. Larocque, né en 1933 à Haileybury,ON.

Écrit par : roland A. Larocque | 18 février 2009

Répondre à ce commentaire

Monsieur Toi je te vous soupçonne Raoul Monsieur Duguay de pas tant aimer les ronds de jambe que le galbe des mollets, mais on ne se connaît que par demi-ouie-dire, ce qui vaut mieux qu'un quart de non-dire. C'est Julos Sire Beaucarne qui te vous m'a fait connaître. Moi je te vous lis et récite par coeur, sans m'étonner que tu vous ne puisses (puissiez) répèter ce que je n'ai pas dit : tu vous l'avez si bien dit, Monsieur, enfin Raoul Duguay.
c'est cela le demi-ouïe-dire !
Et quand je te vous lis, j'ai envie de te vous dire "Monsieur, avec un grand sourire, "Raoul-Duguay.".
Y'en a des qui dénichent le oiseaux des bois, et d'autres qui dénichent le talent des oiseaux rares; Julos Chevalier Beaucarne je te vous le dis, est des seconds; depuis lui je te vous traque, avec trop peu de succès, dans l'ombre des catalogues de bibliothèques...

Écrit par : babel | 20 février 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.