27 février 2009

Le mur de Berlin

Le mur de Berlin

(CD "Tours temples et pagodes') 

 

Depuis que le mur de Berlin

En morceaux se vend très bien

Dans toutes les brocantes

Depuis que l’U.R.S.S. a éclaté

Que ses débris sont dispersés

Partout, au hasard la chance

A l’écoute en observation

J’entends du haut de mon balcon

Tonner quelques coups de canon

Maussades

Quoi t’est-ce qu’il se passe encore

Au loin là-bas dans le Nord

Grotesque monde

C’est la rengaine de la mort

Des bras levés du corps à corps

Des révoltes de toutes sortes grondent.

 

Depuis qu’en l’ex-Allemagne de l’Est

Quelques-uns parmi la jeunesse

Rivés sur le rétroviseur

Boutent le feu, molestent, agressent

Enfants ouvriers voyageurs

N’ayant pas la même couleur

A l’écoute en observation

J’entends du haut de mon balcon

Les sirènes d’alarme, les pinpons

Maussades

Pourquoi donc est-ce qu’on proteste

Au loin là-bas au nord-est

Malaisé monde

C’est la rengaine de la mort

Des bras levés du corps à corps

Des révoltes de toutes sortes grondent.

 

A Los Angeles un enfant

4 ans, la télé par devant

On ne sait pourquoi, se lève

Prend le révolver de son père

Tue son petit cousin pour faire

Comme dans le film qui s’achève

Là-bas les jeunes de 16 ans

A force de stationner tout le temps

Devant ce petit écran

Inerte

Vont chaque jour à l’école du meurtre

De la violence qui heurte

Grotesque monde

Où l’on ne propose que mort

Que bras levés que corps à corps

Sur toutes les chaînes du monde.

 

Depuis qu’en Afrique du Sud

300 ans de turpitude

Vont prendre fin, vivat

Par des élections générales

Où démocratiquement égal

Le Noir comme le Blanc votera.

A l’écoute en observation

J’entends grincer les vieux boulons

De l’arrière-garde et des factions

Extrêmes

Il faudra maintenir le cap

De la Bonne Espérance intact

Ne pas confondre

La rengaine de la mort

Des bras levés, du corps à corps

Avec la fusion de deux mondes.

 

Depuis que voyageur II

Dans l’espace silencieux

Imperturbable suit sa course

Depuis que l’homme peut inventer

Tout ce qui pourrait le sauver

En exploitant toutes ses ressources

A l’écoute en admiration

Devant tout ce que nous pourrions

Réaliser comme invention

Sur cette terre

Quoi t’est-ce que nous attendons

Pour activer la création

D’un autre monde

Mettre à la mode le bonheur

Les bras ouverts, le coeur à coeur

La grande communication ronde.

 

Julos Beaucarne   Juin 1993

 

                                                        
 

fragment

 
Certificat d'authenticité
 
La chanson est passée sur France Inter le samedi 7 février dans l'émission de Philippe Meyer "La prochaine fois je vous le chanterai".

16:20 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

ce 28 février 2009 Rien n'a changé depuis Juin 1993........

Écrit par : jeanne | 28 février 2009

Répondre à ce commentaire

La liberté ne connait pas de mur Lorsque j'ai commencé ma formation de travaileur (se) social(e), il nous a été demandé d'inscrire anonymement les trois valeurs essentielles à nos yeux pour faire une sorte de constellation de notre promotion de cette année là. Je ne me rappelle plus en quelle position j'avais mis l'amour...mais je me souviens d'avoir écrit la liberté en premier comme valeur fondamentale. Il fallait en plus y inscrire son contraire , ce qui m'avait laissé dubitative car pour moi le contraire de la liberté n'était même pas la prison. J'avais donc laissé un blanc ce qui avait donné à conclure au formateur que" dans cette promo, il y avait une personne tellement éprise de liberté qu'elle n'y avait pas trouvé son contraire." J'y repense souvent.

Il y a 33 ans j'étais jeunette et j'ai visité Berlin avant de me rendre en Pologne. J'ai vu le mur, je me suis même fait photographier devant comme une touriste. Je me souviens de cette pancarte et de cette interjection "Archtung, sie verlassen yetz Berlin west". Je me souviens de ce petit batiment musée le "Scheck Point Charly" que nous avions visité, j'avais pris à l'époque quelques notes dans un carnet que j'ai toujours gardé, les voici telles que je les ai écrites en 76 :
Le mur est la violation du droit, la complicité à l'évasion est le rétablissement du droit".
Le pire est que l'on pourrait s'accoutumer au mur, la mousse et les araignées y croissent bien.
Le 10ème attentat ; la bombe contre le mur 28 12 1962 : Un étudiant en droit disait " J'avais parlé avec plusieurs hommes politiques et leur avait demandé ce que l'on pouvait faire contre le mur. Aucun ne donnait une réponse satisfaisante. Je suis contre la violence. Notre attentat était un acte désespéré pour créer un fanal."
Depuis le 13 août en 14 ans , 2700 menbres de l'armée populaire se sont réfugiés dont 2000 pendant les quatre premières années, ils donnèrent comme motif principal de leur évasion " la limitation de leur liberté personnelle."
La liberté ne connait pas de mur.
Un mur, c'est peut-être cela le contraire de la liberté... Sylviane.

Écrit par : sboujeant@voila.fr | 15 mars 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.