10 mai 2009

Petites fermes campagnardes

Bonjour! Saviez-vous que tout indique qu’il y aurait des liens entre l’apparition de la grippe porcine et les fermes industrielles? Les organisations sanitaires internationales sont de plus en plus persuadées que ces méga-porcheries constituent depuis plusieurs années un terreau fertile pour plusieurs maladies.

Je viens tout juste de signer une pétition demandant à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (en anglais FAO) d’enquêter et d'imposer des réglementations face à ces menaces à notre santé pour les élever à un niveau sanitaire acceptable.

Si nous recueillons 200 000 signatures, la pétition sera remise aux autorités à Genève avec une horde de petits cochons en carton.

Signez la pétition ci-dessous et passez le mot à vos amis. Un petit cochon sera ajouté par tranche de 1000 signatures!

http://www.avaaz.org/fr/swine_flu_pandemic/96.php?CLICK_TF_TRACK

 

 

 

Petites fermes campagnardes avec vos gros lapins et vos gros cochons, nourris de l'herbe des prés, petites poules, poulettes pondant à votre gré, vous êtes presque passées dans la légende.

Les cochons aujourd'hui sont enfermés les uns sur les autres dans des buildings clapiers de campagne, ils reçoivent des aliments prémâchés, soigneusement préparés par les chimistes de service et on a mis les poules et les poulettes au travail à la chaîne, elles pondent comme des mitrailleuses.

Rien de ce qui fait l'aliénation humaine ne sera épargné aux animaux de basse-cour.

 

Julos Beaucarne

CD « Front de libération des arbres fruitiers » 1974

21:51 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Signons C'est fait, j'ai signé. Signons, signons, l'union fait la force !

Écrit par : paula | 10 mai 2009

Répondre à ce commentaire

Que pouvons-nous faire d'autre?

Écrit par : Gilles Poulou | 10 mai 2009

Répondre à ce commentaire

Nous sommes ce que nous mangeons Ce soir ma secrétaire me disait justement qu'elle avait acheté un beau roti de porc en promotion dans un supermarché bien enballé dans sa barde et sa ficelle et ô surprise quand elle l'a défait pour accomoder un morceau restant il était rempli de nodules d'origine suspecte dont elle n'aurait pas découvert l'existence si elle l'avait simplement mis au four... Un autre livre à découvrir : " Nous sommes ce que nous mangeons" de Jane Goodall Ed Actes Sud 2008
A 74 ans, Jane Goodall qui a dédié sa vie à la protection des grands singes, continue à lutter pour la sauvegarde de la biodiversité. Elle nous fait prendre conscience de la nécessité de faire évoluer notre comportement. Elle dénonce "l'agrobusiness", c'est à dire les absurdités de l'industrie alimentaire qui ont profondément perturbé l'équilibre du milieu naturel. Mais" il faut être optimiste ", dit-elle. Pour preuve, un changement considérable aux USA : en 1990, les consommateurs achetaient pour 1 milliard de dollars d'aliments et boissons issus de l'agriculture biolgique. En 2002, le chiffre était de 11 milliards. De plus en plus de fermiers choisissent de se convertir aujourd'hui à l'agriculture biologique. Le monde est donc peut-être en train de changer. C'est aussi une réalité tout le monde n'a pas les moyens de manger Bio, mangeons au moins simple...

Écrit par : sboujeant@voila.fr | 11 mai 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.