05 juin 2009

La dame qui voulait se marier avec le printemps

 

Il était une fois une dame qui voulait se marier avec le printemps. O la belle idée!.... mais aucun maire, aucun bourgmestre, aucun pontife pontifiant et mitré, aucun président blablateur, aucun chef de gouvernement ne voulait officialiser ni consacrer cette union, ce mariage hors du commun, il y eut juste un scribouilleur, un scribe, un écriveur, un magicien qui accepta de bénir mystiquement l'union de la dame enchantée avec le
printemps lui-même, excusez du trop, celui-ci portait un habit de fleurs et laissait derrière lui un sillage, un parfum fort de lavande fraîche à moins que ce ne soit une forte odeur de menthe, cette mystérieuse plante qui dissipe les menteries, les mensonges et autres inconvénients qui brouillent les élans généreux de l'âme.
Il y eut un grand cortège sous les arbres centenaires d'une allée verte pleine de la souvenance d'anciennes fêtes.
Ce matin-là était plus clair que les autres. La mariée avait un sourire radieux et marchait avec une douce lenteur et une grande certitude intérieure sous les arbres qui se penchaient pour l'admirer.
A son bras s'accrochait amoureusement le printemps espiègle, il était escorté d'une
foule d'oiseaux aux ailes battantes qui grimpaient allègrement au zénith du ciel en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et se laissaient descendre en planant, en pleine extase existentielle, ces sourires volants jouaient avec les jouets que sont l'air et le vent et tout cela avec une telle grâce qu'on les regardait béatement en se disant qu'ils avaient bien
de la chance d'être aussi libres et d'embrasser l'air sur la bouche à tout moment, les uns venaient du sud, les autres du septentrion, les autres du ponant (qu'est-ce qui est plus libre que l'oiseau? L'esprit peut-être? Quand il n'est pas engourdi par l'alcool, la bêtise, la cruauté et la convoitise humaine). Les volatiles étaient mille ou des millions, ils plongeaient sur les amoureux par surprise provoquant peurs et rires.
A la fin du cortège, l'hiver, tout enrhumé, marchait, il tâchait de faire bonne figure. Un choeur de femmes et d'hommes entonnait la marche nuptiale d'un certain Mendelssohn. La mariée ressemblait à une vestale, à une prêtresse elle souriait, c'était une manière de Joconde sortie de quelque musée du Louvre, elle saluait tous les arbres de l'allée et souhaitait la bienvenue à toutes les nouvelles feuilles vertes qui musiquaient dans la
brise légère de ce matinet d'exception et envoyaient aux 4 points cardinaux leur verdeur primordiale.
Les oiseaux frôlaient la longue chevelure de la mariée et lui donnaient généreusement des baisers, des becs avec leur bec et accordaient leurs chants à l¹harmonie universelle. Les passants se retournaient et croyaient rêver, ils posaient des questions aux gens de la
suite qui leurs répondaient: « Mais vous ne voyez-vous donc point que c'est le printemps lui-même qui se marie avec une belle du jour? » et ils retournaient chez eux avec des éclairs dans les yeux.
Des infantes et des enfants et des infantelettes jetaient des pétales de fleurs fraîches à intervalle régulier sur les époux, l'air était embaumé et subtil.
Et le printemps amoureux jouait du pipeau, puis il prenait sa belle par la main, l'enlaçait, improvisait un menuet et à compter de ce moment-là, tout ne fut que danse.

Julos Beaucarne  lundi 1 juin 2009

 

P1080661

11:49 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Toutes les dames voudraient se marier avec le printemps, ce ne serait que légèreté, parfums, éclosions, nouveautés.
Merci, Julos, pour ce joli texte.

Écrit par : jeanne | 05 juin 2009

Répondre à ce commentaire

et ils eurent Et ils eurent beaucoup d'enfants. On les appelle ici les petits plaisirs de la vie, là les amourettes … Ils ont leur nom en Letton, en Teuton, en Nippon, en jupon aussi... Et ils vécurent heureux, car il était temps.

Écrit par : babel | 06 juin 2009

Répondre à ce commentaire

merci pour cette belle histoire , on la croirait sortie d'une BD de JC SERVAIS , un bijou ...En fermant les yeux je m'y vois figurant .

Écrit par : Guy Dubar | 07 juin 2009

Répondre à ce commentaire

mariage avec le printemps Merci Julos pour ces magnifiques paroles! J'étais le témoin de cette belle dame qui s'est mariée avec le printemps! Elle était radieuse et le printemps était à l'heure pour cette union merveilleuse revêtit de ces plus beaux atouts. Merci pour le livre et le cd nous avons regretté votre absence remettez mon bonjour à boris j'étais en classe avec lui pendant plusieurs années. Bien à vous et continuez à nous émerveillez et nous ramenez à la réalité avec tous vos textes

Écrit par : Fabienne Xhignesse | 15 juin 2009

Répondre à ce commentaire

une histoire de fleurs j'iame bien car cela est une histoire de fleur

Écrit par : evadzik | 22 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.