23 juin 2009

Fichu foulard

 

 

Fichu foulard



Qu’on lise n’importe quel évangile

Selon St-Marc selon St-Marx

Tout commence par de la mystique

Puis suit l’massacre politique.



Refrain :

Fichu foulard, fichu foulard,

Chérie je t’adore avec ou sans tchador (bis)



Qu’on lise n’importe quel évangile

Selon Mao ou Mahomet

Tout commence par un livre rouge

Tout finit par une place rouge.



Fichu foulard, fichu foulard,

Chérie je t’adore avec ou sans tchador (bis)



Autant de chefs autant d’églises

De religions de miradors

Chacun impose sa guise

De bonne foi croit que l’autre a tort.



Fichu foulard, fichu foulard,

Chérie je t’adore avec ou sans tchador (bis)



Qui c’est qu’est fou qui c’est qu’est sage

On ne te laisse pas le choix

L’un te dit cache ton visage

L’autre te dit montre-le moi.



Fichu foulard, fichu foulard,

Chérie je t’adore avec ou sans tchador (bis)





Julos Beaucarne  

CD "9 9 99 monde neuf"


23:37 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

tout change En Belgique, c'est peut-être un signe de liberté. Même si des députés vont faire appel au nom de la neutralité. Dans les rues où je travaille, des femmes en noir, les yeux seuls apparents, passent, fantômes vivants. Un jour, une était avec son enfant qui jouait à la balle. la balle a roulé sur la route. Elle n'a pas été la rechercher : hors de la zone permise. Je suis allé la chercher. Elle ne l'a pas prise : j'étais un "interdit". Les maîtres d'école sont embétés, la loi oblige de rendre les enfants à telle ou telle personne : comment identifier celle qui vient? Des instructeurs de religions outre passent la loi et iennet parler aux élèves e arabe : après leur passage, les maîtres se voient contestés par des marmots au nom du Coran ? En cas d'accident, toujours bête l'accident, ce sont eux les responsables pour la loi...
Ce qui est signe de liberté ici, est signe d'aliénation là-bas. Les signes, comme les mots sont des langues à traduire, et avec soin.
Une chose est sûre. dans des zones telles que celle où je travaille, l'intégration a totalement échoué, et à chaque génération, le fossé se creuse encore plus, tapissé de haine. Dans les journaux français, les avis des lecteurs, désormais, à l'annonce d'une loi anti-burqa sont à 90% "enlevez moi ça ou rentrez chez vous". je n'avais jamais lu cela si fortement et si souvent dit…

Écrit par : babel | 24 juin 2009

Répondre à ce commentaire

j'ai lu.... tout ...et je ne respire pas bien.... rien à rajouter juste à affirmer qu'ici aussi babel, la vie pas bien belle,
tu écris : "Une chose est sûre. dans des zones telles que celle où je travaille, l'intégration a totalement échoué, et à chaque génération, le fossé se creuse encore plus, tapissé de haine"....
ici à ST Chamond, jeudi soir Tom dansera avec ses camarades de l'école primaire privée catholique (privée de quoi on se le demande... de liberté ? d'Amour ? ) donc dans ce lieu de partage et d'accès à la joie d'apprendre à apprendre et bien la KERMESSE sera servie avec une paëlla Allalh comme depuis 3 année ...tentative d'intégration en voie de déperdition,les parents d'élèves ne se côtoient plus... en se regardent en chien-de -fusil...
Après la danse de tous nos enfants, sans partage du repas , nous rentrerons à la maison.
(malheureuse expérience de l'an dernier où avant la fin de la fête annuelle) , les policiers ont été "invité" par necessité ....nous rentrerons à la maison et nous écouterons du Julos, sans nous voiler la face on est devenus des sacrés Julossiens et j'aime ça... "sur le bord du monde il ya des enfants qui marchent ...Julos"
sur le bord de mon coeur qui "cheminotte" un guide cheminot contrôle ma voie... et j'aime ça..

(Babel tu corrigeras mes fautes d'ortograffffffffe ?
merci bisous)

Écrit par : patricia | 24 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Hier soir, Stephane Hessel, 92 ans, était à l’université de Mons Hainaut et nous parlait de la déclaration universelle des droits de l’homme dont il a été un des rédacteurs. Orateur impressionnant, avec une mémoire prodigieuse, cet homme à été ambassadeur de France à l’ONU puis a occupé divers postes de diplomate à Saïgon, Alger, Genève et New York. Survivant des camps de concentration, il a consacré toute sa vie à la défense des droits de l’homme.
Stephane Hessel a ému l’assemblée par son déterminisme à mettre l’espoir à l’ordre du jour malgré les conflits encore brûlants à travers le monde. Il a pointé du doigt le F.M.I. et l’O.M.C. qui, par leurs actions de dérégulation des modèles socio-économique installés après la deuxième guerre mondiale, vont à l’encontre des droits les plus élémentaires de l’homme et de l’humanité.
La déclaration universelle des droits de l’homme garde toute son actualité et s’il fallait la réécrire aujourd’hui, affirme-t-il, il suffirait d’y ajouter le respect de notre terre afin qu’elle puisse supporter le poids de l’augmentation de sa population.
Stephane Hessel nous a parlé de l’Iran et de la Palestine, d’un lien commun existant entre toutes les religions….celui de l’aspiration de l’homme à la paix. Il est convaincu que le coran renferme suffisamment d’enseignements correspondants aux droits universels de l’homme.
Il a terminé son exposé par un hommage à la poésie sans laquelle, il serait impossible de vivre et nous a récité sans aucune hésitation « la jolie rousse » de Guillaume Apollinaire. http://users.telenet.be/gaston.d.haese/apollinaire_la_jolie_rousse.html

Écrit par : Françoise | 24 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Oh grand merci Françoise pour ton intervention positive. Par "hasard" tu nous rends compte d'une intervention essentielle, ayant eu lieu la veille: "par hasard".
Ce n'est pas facile de rester centré, accroché à son mât, tout chamboulé par les évènements, merci.

Etre, être, être.
Rester concentrée.
Bousculée, malmenée,
Je perds pied.

Seule, seule, toute seule
J'entendrais ma voix.
Au milieu des autres ,
Je ne suis plus moi.

Comme un buvard , je bois.
Je bois les autres,
Je bois.
Au milieu des autres,
Je ne suis plus moi,
Je suis les autres
Et je ne m'entends pas.

Centrée comme un fil
De la tête aux pieds,
Tendue comme une corde
De musique à jouer,
Je rêve de faire vibrer
Mon corps, mon coeur, ma tête
Sur une mélodie qui serait mienne
Et ferait enfin à vous,
Partager mes pensées.

il faut tenir le coup quoi qu'il arrive, rester dans l'ouverture, l'amour, l'intelligence du coeur, c'est un effort de chaque instant, d'où l'intérêt de vivre l'instant présent avec ces notions.
C'est en faisant passer le message qu'on se renforce, et on en a toujours besoin.
Car nous sommes tous des êtres faillibles et imparfaits dans l'espoir (et sutout pas l'exigence, ça risque de rendre intolérent) de devenir meilleurs et être en paix.

Écrit par : Djema | 25 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Une chanson sur le tchador, c'est inouï.
"Avec au sans tchador, je t'adore", c'est très joli.
Julos réconcilie tout.
Qu'arrive ce 9.9.9.

Écrit par : jeanne | 26 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Stéphane Hessel a donné son nom au centre d'Accueil des Mineurs Isolés Demandeurs d'Asile ( CAOMIDA) à Boissy-Saint Léger en france dont j'ai assisté à l' inauguration. Le discours était à l'image de l'homme...
Un poème de François Rousse trouvé le week- end dernier au marché de la Poésie pour rester au Zénith :
Le monde est fait absurdement on pleure sous le firmament, Le fort sur le faible se vautre où sont les paisibles apôtres?
L'espérance assassinée gît sous un linceul de sang rougi.
Partout rôdent d'étranges pestes ouvrant leurs mâchoires funestes : Les dictateurs sont applaudis Satan trouve des érudits qui félicitent son audace.
L'essieu du char d'Isis se casse.
Pourquoi rester encore ici au fond d'un cachot rétréci ?
Tu dois répercuter, Prophète, la clarté des superbes fêtes
Pour enseigner à l'homme errant par delà Bibles et Corans
L'hymne des zéniths transparents. F Brousse ( Le baiser de l'archange, éd. la Licorne)

Écrit par : sboujeant@voila.fr | 27 juin 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.