06 octobre 2009

Qui parle de fin... remonte son réveil

 

Qui parle de fin... remonte son réveil. Il faudra bientôt changer d’heure.

Aucune vie n’est l’antépénultième, regarde tous ces courants qui nous traversent le corps.

Chaque corps est un journal ouvert! Jette un oeil sur la carte géographique de ton continent corporel intérieur qui dérive, regarde ces chemins, ces sentiers, ces sentes qui sentent bon, qui se cachent et bruissent sous ta peau.

Regarde ce tissage particulier de chair, de sang et d’eau, regarde tes secrets canaux, regarde galoper les chevaux de la Vie dans tes vaisseaux, regarde l’architecture subtile de ton aura qui culmine au sommet de ton Fuji Jama personnel, jamais éteint, jamais mort, car le sang éternel de l’âme coule et coulera encore et encore, et même après que l’homme dévastateur se sera jeté, lui-même, dehors tandis que les vestales et les madrépores juseront dans les marais des pôles nordiques et que les glaciers auront tant fondu que la mer se mettra à tsunamiser.

On ne peut pas parler de la fin d’une âme, les âmes traversent les siècles, traversent les déserts, elles sont inoxydables, les sources de l’âme font toujours résurgence, elles sont sempiternelles, elles s’éternisent et jamais au grand jamais, ne plient, elles existent même après l’existence et reprennent gaillardement les rituelles transhumances, il parait qu’on pourrait vivre 99 fois 9 fois et mourir et revenir et renaître 99 fois 9 fois.

Que faire de tous ces avenirs qui s’offrent à nous, ne jetons pas trop vite nos bouées de sauvetage quelque soit nôtre âge, n’interrompons pas ce somptueux voyage .

Celui qui nage dans l’océan de la conscience, multiplie ses chances d’exister.

Prenez l’ascenseur pour Sirius.

Quand vous y serez, retournez-vous et vous serez changé en statue de ciel......




Julos 6 octobre 2009


mail

 

 

 Pranayama dessin tiré d'un vieux livre de Yoga

 

22:52 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Nayanorama Et c'est ainsi que nayan
Parti à la recherche
D'un roseau
Pour traverser ses déserts
En courants d'airs

Écrit par : nayan | 07 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

idem ça fait des lustres que je recherche le pole Ouest, et le pole Est...
Courage !
Il faut dire que j'ai "perdu le Nord", c'est-à-dire que je suis "dés-orienté".
C'est pour ça que mon état d'esprit est "in-occidable".
En Chine, il y a un point cardinal ajouté aux quatre que nous connaissons : le centre.
Je n'ai gardé que celui-là.
Mon centre non de gravité, mais de légèreté :
rendez-vous au coin du vent !

Écrit par : babel | 07 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Ouf !!!! mais où vas-tu chercher tout ça ?
Quand j'ai lu, je dois relire, et je ne comprends pas tout.
Et ma tête semble exploser.
Alors je me pose et je reprends plus tard.

Écrit par : Jeanne | 08 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

résurgence "les âmes traversent les siècles, les déserts, elles sont inoxydables, les sources de l'âme font toujours résurgence" nous avons planté dimanche dernier un cerisier ans le jardin "c'est la résurgence de Camille a dit le poète.


Écrit par : Christian | 10 octobre 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.