09 décembre 2009

Max van der Linden dit "Miqui"

 

L'homme qui faisait des étoiles avec de la boue est parti sur la pointe des pieds un soir, comme du lait qui se sauve de la bouilloire.

Celui qui était né dans un château à la « Walt Disney » en Nodebais en ce Brabant terriblement wallon était, dès sa naissance, une légende.

C'est avec de la terre aux pieds et aux mains qu'il a modelé son monde de saintes et de saints, de pauvres et de riches, de jeunes et de vieux. Il a transfiguré  avec ses doigts la terre familière des fermiers et des fermières de son pays de beurre frais, de vaches, de veaux et de pommes. « Le souvenir est fragile et allumé comme un coquelicot dans le brouillard » écrivait Paul Claudel. Max dit « Miqui » a côtoyé tous les mondes, il marche encore dans nos mémoires à la lisière de souvenirs impérissables dans l'odeur du lisier et des fumiers fumants des fermes si tant brabançonnes. Dire ce qu'il a fait prendrait quelques volumes, l'étincelle de ses petits yeux rieurs est toujours là éclairant nos songes de voyageurs impénitents et sa voix résonne encore comme une radio lointaine captée en ondes courtes un soir à minuit quand tout dort. 


Julos Beaucarne

Tourinnes-la-Grosse, le 25 septembre 2009

 



mail-2

Tourinnes-la-Grosse

22:33 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Julos,
J'aimais beaucoup Max Vanderlinden et j'aime toute son oeuvre,naïve et simple,belle et naturelle.
Bisous à toi

Écrit par : aurelie | 10 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Magnifique comme œuvreEE!

Écrit par : Jonathan | 10 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

J'ai eu la chance de voir quelques unes de ses oeuvres à Tourinnes . Elles étaient exposées pour les fêtes de la Saint-Martin . J'avais ressenti beaucoup d'émotion en les découvrant.

Écrit par : Paula | 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Comme Vous Comme vous Paula, j'ai découvert, aimé et apprécié les oeuvres, les céramiques de Mr Vanderlinden aux fêtes de la StMartin,

Écrit par : anouk | 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.