11 janvier 2010

O mon bel hiver

 

O mon bel hiver, c’est toute mon enfance qui remonte avec toi, mes petits doigts douloureux de froid, ma grande soeur Marie-Ange me les réchauffait avec amour. Je me souviens des glissades avec mes camarades à l’école, les descentes vertigineuses en luge, les boules de neige, les bonhommes de neige, la neige qui tombe à gros flocons. Dans la maison chaude le poêle ronflait, oui, il y avait de la neige, beaucoup de neige, c’est comme si j’y étais encore, ô neige, tu me fais me souvenir avec tendresse de toi, tu es mon enfance, tu es l’enfance de mes enfants et celle de mes petits enfants, tu me rappelles la chanson que j’avais écrite quand Manon est née un premier de janvier, sa naissance est si fraîche en ma mémoire. Ce jour là, j’avais été voir « Li naissance » au théâtre de marionnettes « Al boutroule » à Liège, à mon retour à la maison, j’ai trouvé un message de Boris, mon fils, un message écrit à la hâte sur le journal « Le Soir » qui était sur la table. Boris avait écrit: « Papa tu es grand-père » et la joie m’était montée dans le coeur et ... la tristesse aussi de penser que ma Loulou d’amour avait raté ce rendez-vous émouvant avec sa petite fille.
O Neige combien tu m’es chère en ce 9 janvier 2010. Personne ne peut échapper à la souffrance, elle vient quand tu ne t’y attends pas et tu la prends sur ton dos. Je pense à la souffrance de ceux qui se battent pour la liberté, je pense à la jeunesse de l’Iran, aux enfants de la bande de Gaza, je pense à Sarayacu et à ceux qui veulent garder leurs forêts sacrées en ces Amazonies si lointaines et si proches, leurs forêts qu’on veut raser pour le sacro-saint pétrole. Je pense aux enfants orphelins et à toutes les guerres absurdes, nous sommes en plein Absurdhistan, je pense à ma Loulou, assassinée comme tant d’autres femmes, je pense aux femmes violées du Congo et d’ailleurs. " Aurons nous point la paix " un jour?
 

Julos  9 janvier 2010 à Tourinnes-la-Grosse


jean_luc_pierret

 

peinture de Jean-Luc Pierret

 

 

19:08 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

J'allume une bougie, pour réchauffer tes yeux et ton coeur...

Écrit par : Maryvonne | 11 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Un an  déjà, une  éternité,
Le grand vide est arrivé un jour de grand froid, un froid qui glace, qui vous glace la tête.
Qu’est-ce que la vie, qu’est-ce que la mort, la mort est-elle une nouvelle vie, que de questions depuis un certain 8 janvier 2009
Quelle paix pourrons nous à jamais avoir? Comment supporter l’insupportable? Comment accepter l’inacceptable?
Nous avons pleuré des millions de larmes. Et si ces larmes devenaient des arcs en ciel. Arc en ciel, lumière entre les larmes du ciel et le sombre noir du monde.
Les arcs-en-ciel sont désormais le lien entre notre belle voyageuse et nous.
Lorsque vous en verrez un, souriez-lui, notre voyageuse s’y cache, attrapez le mettez le autour du cou Vous verrez, c’est bon , il tient chaud et en fermant les yeux, l’arc en ciel montre le chemin et ouvre la porte du non-temps.
J'ai allumé une bougie pour nos voyageuses

Écrit par : Christian | 11 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

on l'aura On aura de cette paix, comme un perce-neige, parce qu'elle est déjà en nous et ne demande qu'à sortir.
On aura de cette paix, car sans la paix, l'amour et l'amitié, il n'y aura pas de demain.
Demain sera donc un jour de paix, ou ne sera pas. Aujourd'hui déjà, la paix remue en moi, comme un enfançon qui va naître et talonne dans la matrice de sa mère.
Et toi, Julos, tu l'as déjà enfantée, avec les douleurs de son enfantement, si souvent que, confiant, je sais que tu l'enfanteras encore et encore.

Écrit par : babel | 12 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Je n'allume pas de bougie,je pense,simplement.
Je viens de verser quelques larmes: je les enfile en collier,pour l'éternité...
La Paix avec un grand P,je crois que nous ne l'aurons jamais.
La neige,je l'aime,je la sens,je la mange.
Julos,prends bien soin de toi
Bisous

Écrit par : aurelie | 12 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

DE NOTRE NORMANDIE NOUS PENSONS TRES FORT A TOI ET SOMMES HEUREUX D'ALLER BIENTOT T'ENTOURER DE NOTRE AFFECTION TRES SINCERE a paris ici aussi il y a de la neige julos prends bien soin de toi pour eclairer nos vies encore lontemps

Écrit par : gerard et patricia | 17 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

juste pour partager le froid et la douleur toujours vivace,
Merci de tant de poésie et d'humanité qui nous aident , par delà des horreurs, à être ensemble., en cette vie

Écrit par : Croukougnouche | 18 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.