19 février 2010

Autant de fois les autres sont, autant de fois je ne suis

 

 

Petit aide-mémoire à l’usage de celles et de ceux ceux qui pratiquent l’art de dire et de manier les mots.

Autant de fois les autres sont, autant de fois je ne suis et en même temps autant de fois je suis. 
Nous sommes faits, vous et moi, chacun, chacune de la même matière que l’univers;  chaque personne est l’univers lui-même, en son entier; j’ai conscience que je ne suis rien et qu’ en même temps, je suis tout; je suis très heureux d’être vous et très content d’être moi, je suis très content de faire partie du grand tout; nous avons vous et moi commencé au commencement des mondes et nous finirons à la fin des mondes à moins qu’il n’y ait point de fin. Peut-être aussi qu’il n’y a pas eu de commencement; je suis en même temps très content d’être vous et très content d’être moi; personne n’est plus grand ni plus large que l’autre ni plus petit.
Chacun n’est rien et en même temps chacun se trouve être tout et être le tout. 
Je suis fait de 500 milliards de cellules, excusez du trop; je suis très content d’être vous et d’être tous les gens de tout partout, nous faisons tous et toutes partie du grand tout.
Je voudrais vous en dire plus, mais j’ai beau penser 800 mots à la minute, je ne peux en dire que 135 à la minute; le commencement de chacun n’est pas le jour et l’heure où il est né, il est peut-être né quand le monde est né. 
Au moment où nous naissons, nous avons peut-être déjà beaucoup vécu et voyagé; notre apprentissage prend naissance  au commencement des mondes et continue juqu’au bout de l’éternité, mais comme l’éternité n’a point de fin nous ne finirons jamais. 
“L’homme est la mémoire de l’univers”. La mort physique, c’est peut-être passer dans une autre conscience et gagner la haute mer de nous-mêmes. 
Il paraît qu’on s’exprime 7 % par les mots, 37 %  par la façon dont on les dit et 56% par le corps.
Nous avons tous et toutes 211 os creux et 455 muscles; au moment où nous sourions, nous faisons travailler 17 muscles. 
Si je me présente devant vous, vous constaterez que mon altitude, le point culminant “du pays de mon corps” s’élève à 1m 54 et mon envergure est de 1m70...
Vous savez tout sur moi maintenant.  

Julos 
le 18 du 2/2010
11h et demi du soir

dyn003_original_581_800_jpeg_2582928_610a68a709014777d33ad66455d4dfad

 

 Pranayama dessin tiré d'un vieux livre de Yoga

13:02 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

je viens me réconforter ici te lire me donne la force d'accepter l'injustice qui s'est prononcée ce matin après 3 ans de procédures : résiliation de mon bail commercial; je perds donc mon outil de travail ma godasserie que j'ai créée il y a 30 ans. pourtant mon avocate disait que mon dossier était en bêton... mais mon propriétaire étant un franc -p-artisan des loges bétonnières" il a fait force à loi et je suis devenue sa loque à terre.
bisous bleus

Écrit par : patricia | 19 février 2010

Répondre à ce commentaire

quel titre ??? 17 muscles sont restés au repos.Je n'ai pas souri au message de Patricia. Son "loque à terre" est douloureux.
L'injustice provoque toujours l'impuissance mais peut-être pas la résignation.
Puisse-t-elle conserver la rage pour dépasser cette pénible décision

Écrit par : Jeanne | 20 février 2010

Répondre à ce commentaire

Julos,
Tu es un vrai savant,toi.
Bisous

Écrit par : aurelie | 20 février 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.