13 juin 2010

Julos au Théâtre de la Vie - 21 juin

 

TeteEtoilee

 

Atelier Théâtre de la Vie 

Témoins de notre temps 

Inauguré lors de la saison 2006-2007,
le cycle "Témoins de notre temps" accueille:
Julos Beaucarne et Sophie Creuz 
pour un dialogue avec le public le
21 juin 2010 à 20h15
 

Tél : 02 219 60 06

Mesdames et messieurs je m'appelle Julos, toute ressemblance avec des personnages ayant déjà vécu est purement fortuite. Je vis en  compagnie de 6 milliards et demi de femmes et d'hommes, j'espère que je n'ai oublié personne, à bord du vaisseau spatial "Terre" à Tourinnes-la-Grosse, longitude 4° 44' 55'', latitude 50 ° 46' 45" en brabant Wallonie, Belgique. Les rayons du soleil (quand il y en a) mettent 8 minutes pour me parvenir... Voilà, vous savez presque tout sur moi maintenant.

Je pense qu'autant de fois les autres sont, autant de fois je ne suis et en même temps, autant de fois je suis. Nous sommes faits, vous et moi, chacun, chacune, de la même matière que l'univers. Chaque personne est l'univers lui-même, en son entier, aussi mon histoire est-elle aussi l'histoire de l'univers en son entier, avec et y compris l'alpha du centaure, le  "W" du Cassiopée : la constellation des wallons  et la grande et la petite Ourse et la constellation d'Orion et la pléiade et tous les astres et les astéroïdes qui traversent  allègrement le ciel, l'univers et le mégavers au-delà même de l'univers. J'ai conscience que je ne suis rien et qu' en même temps, je suis tout.

Je suis très heureux d'être vous et très content d'être moi. Je suis très content de faire partie du grand tout. Nous avons vous et moi commencé au commencement des mondes et nous finirons à la fin des mondes, à moins qu'il n'y ait point de fin. Peut-être aussi qu'il n'y a pas eu de commencement, voyez-vous... Je suis en même temps très content d'être vous et très content d'être moi, je crois que plus vous serez "vous-même", plus je serai moi.

Chaque personne par sa présence sur terre nous apprend un fragment du grand univers, personne n'est plus grand ni plus large que l'autre, ni plus petit. Nous sommes nés chacun, chacune d'une femme et à notre naissance nous avons reçu une feuille de route particulière à suivre. Cette route  est unique, c'est notre route personnelle, c'est  notre tâche unique, celle dans laquelle nous allons nous réaliser totalement et qui est ancrée en nous depuis notre naissance, ancrée en nous peut-être depuis le commencement des mondes...

Si nous ne suivons pas notre propre route, nous sentons que nous manquons notre vie, que nous sommes à côté de ce que nous devons faire,   nous devenons faibles, malades, nous sentons bien que nous ne nous accomplissons pas car en plus le monde autour de nous essaie perpétuellement de nous distraire de notre propre route. Si chacun révélait aux autres ce pourquoi il est né, le plan général serait un succès. La création de chacun pourrait aider tout le monde. Mais en général, on essaie de détourner chaque personne d'elle-même afin qu'elle achète ceci ou cela. Chacun n'est rien et en même temps chacun se trouve être tout et être le tout. 

Je suis fait de 500 milliards de cellules, excusez du trop... J'essaie chaque matin de saluer  chacune de mes 500 milliards de cellules mais ce n'est pas de tout repos, il faut se lever tôt. Je suis très content d'être vous et d'être tous les gens de tout partout, nous faisons tous et toutes partie du grand tout.

Si l'on fait du mal à une seule personne du monde, si on l'humilie, si on la frappe, si on la tue, on tue toute l'humanité : tout est répercuté.

Je voudrais vous en dire plus mais j'ai beau penser 800 mots à la minute, je ne peux en dire physiquement que 135 à la minute. Le commencement de chacun n'est pas le jour et l'heure où il est né, il est peut-être né quand l' univers est né. Au moment où nous naissons, nous avons peut-être déjà beaucoup vécu et voyagé dans l'espace. Contrairement à ce que l'on croit, Gagarine n'est peut-être pas le premier homme de l'espace... Notre apprentissage prend naissance au commencement des mondes et continue jusqu'au bout de l'éternité, mais comme l'éternité n'a point de bout ni de fin nous ne finirons jamais. "L'homme est la mémoire de l'univers". La mort physique, c'est peut-être passer dans une autre état de conscience et qui sait, ainsi, gagner la haute mer de nous-mêmes... connaître un autre état de conscience - à moins que les guerres et les conflits nous empêchent d'aller au bout de notre propre trajectoire, comme ces étoiles filantes qui sont lancées à la vitesse grand V dans le ciel et éclairent subitement la nuit et disparaissent dans l'obscurité. 

Il paraît qu'on s'exprime 7 % par les mots, 37 %  par la façon dont on les dit et 56% par le corps.

Nous avons tous et toutes 211 os creux et mon vélo MBK est fait de 1500 pièces. Je suis équipé de 455 muscles ; lorsque je souris, je fais  travailler 17 muscles. Le sourire est un remède à beaucoup de maladies et à beaucoup de conflits.

Je me présente devant vous ce soir et vous constaterez que mon altitude, le point culminant "du pays de mon corps" s'élève à 1m54 et mon envergure est de 1m70. Je fais de la musique avec 6 notes et pour écrire, je dispose  d'un alphabet de 26 lettres.

Je crois que la vie de chacun est un roman qu'il  ne doit même pas de se donner la peine d'écrire. A chaque seconde nous jouons notre rôle dans une pièce de théâtre, cette pièce dont nous sommes l'auteur ou l'auteure, à notre corps défendant.

Pour la pièce que je joue depuis plus de septante ans (je vais en effet sur mes septante quatre ans, excusez du trop), pour mon entrée en scène, vous saurez qu'on a frappé les 3 coups à Bruxelles, au square Marie-Louise le 27 juin 1936, à 9 heures du matin. Ma mère s'appelait Angèle Varlet, elle était originaire de  7090 Steenkerque, près de Braine-le-Comte. Je suis le seul enfant à être sorti d'elle ce jour-là mais ma sœur et mon frère avaient préparé le chemin avant moi. Je ne sais quand ma pièce se terminera, ni s'il y aura des prolongations, si c'est demain, après-demain ou dans 100 ans que je prendrai le chemin des étoiles filantes, qu'en sais-je? Qu'en sait-on ? En attendant j'aimerais être heureux jusqu'au bout de mes cheveux qui sont les dernières ramifications de mon arbre circulatoire. J'ai appris récemment que le diamètre de chacun de mes cheveux était de 50.000 nanomètres (un nanomètre ou bien "MN", c'est un milliardième de mètre - vous ne le saviez pas, j'en étais sûr, il faut vraiment tout vous dire !). Je crois qu'il faut sortir voir du monde... A ce propos, merci d'être venu au Théâtre de la Vie ce soir.

Julos Beaucarne

07:46 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Théâtre de la vie
Nous y sommes dans ce théâtre et il est superbe quand tu l'animes et nous en montre les côtés jolis. Je me bouge pour aller te voir à l'Atomium, Quand on sait que je n'ai jamais voyagé, .... quelle prouesse ! J'arrive à m'en étonner.
Partout où tu passes tu donnes de bonnes ondes. et là en plein ciel ce sera l'apothéose.
Mille mercis par avance

Écrit par : Jeanne | 13 juin 2010

Répondre à ce commentaire

coucou
le soleil met huit minutes pour arriver jusqu'à Tourinnes?
Alors,il met aussi huit minutes pour arriver à Huy.
Je viens d'aller voter.......Ah! si j'avais pu voter pour toi!.....
Bisous

Écrit par : aurelie | 13 juin 2010

Répondre à ce commentaire

et en plus Ton sang est rouge, comme le sang sous toutes les couleurs de peau, ta lymphe est couleur sève, comme toutes les sèves…

Écrit par : babel | 15 juin 2010

Répondre à ce commentaire

QUEL BONHEUR JULOS de tentendre CHANTER avec BARBARA Dalcantara.

MERCI à vous.
Lucienne BONSIN

Écrit par : LERUSSE | 17 juin 2010

Répondre à ce commentaire

Mme Quel bonheur JULOS de vous entendre chanter avec BARBARA Dalcantara.

MERCI
Lucienne. Bonsin

Écrit par : LERUSSE | 17 juin 2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous les Julocellulaires, atomiques, atypiques et ioniques, à tous les Juloglobules, à toutes les extraterritorialités, interterriblement territorialisatrices, aux internes territoires, aux Indiens de prairies intra-Julossiennes, aux étoiles qu'ils regardent, aux jour qu'il nous reste pour sourire, et aux nuits qu'il nous reste pour rêver et dire merci.

Écrit par : Bernard | 18 juin 2010

Répondre à ce commentaire

TU DIS NOUS AVONS 211 OS CREUX MOI J'EN CONNAIS QUI ONT LE CERVEAU CREUX!!!!! PAR CONTRE JULOS SON CERVEAU EST BIEN REMPLI:)

Écrit par : dany | 09 août 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.