02 août 2010

Herbert Rolland

 

" Avoir su! "
Loulou et moi, nous avons vécu avec Nicole et toi les débuts du théâtre de la Vie que vous aviez inventé tous les deux.
" Avoir su! " comme on dit chez nous.
A toi seul tu as vécu beaucoup de vies dans le réel et .... dans la fiction du théâtre.
Avoir su que tu allais partir dans les ailleurs si vite, cher Herbert..... avoir su!
Si on avait su, on t’aurait remercié, on t’aurait dit tout ce qu’on pensait de toi dans notre for intérieur, ô mon frère du théâtre de la Vie avec un grand V, la Vie a glissé de toi, pas loin de chez moi à Wavre et je n’ai pas su que tu virais de bord dans l’infinitude, je serais venu te dire au revoir, cher Herbert.
 
La mort, c’était une expérience que tu n’avais pas encore vécue dans ta propre peau, toi l’expérimentateur, toi le chercheur perpétuel du théâtre, de la parole juste et de la justice, on te doit des remerciances, des remerciements, combien de fois tu nous as invités à jouer dans ton somptueux théâtre de la rue Traversière, là se trouvait ton laboratoire du dire, du jouer, tu m’as mis en scène dans “Le navigateur solitaire sur la mer des mots”.
Souventes fois j’ai chanté chez toi avec Barbara d’Alacantara et Patrick De Schuyter dans la rue Traversière et maintenant cette rue Traversière tu l’as traversée pour l’autre bord.
Le bateau s’éloigne maintenant.
Sur le quai restent Nicole, Anik, Isabelle, Claudia et tes fils Alain et Vincent, tu as traversé la rue du temps.
Il y a un grand silence dans l’air, des larmes, des regrets, bon voyage, très cher Herbert, merci de nous avoir pris dans ton bateau. 

Julos
le 2 août 2010 à Tourinnes-la-Grosse
 
 

17:17 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

le texte je l'ai lu trois fois tellement c'est infiniment beau et infiniment triste les larmes mouillent les yeux sans s'en rendre compte pourtant je ne connais pas ce Cher Herbert quel Bel hommage Julos je t'embrasse et Bon courage

Écrit par : dany | 02 août 2010

Répondre à ce commentaire

Par un soir de février, j'ai traversé la rue Traversière (où j'habite depuis bientôt 18 ans), car j'avais vu l'affiche du Navigateur, avec dessus la photo d'un monsieur que j'aimais bien depuis longtemps mais que je n'avais jamais vu en scène. Et voilà comment Herbert m'a fait connaître Julos, et bien d'autres. Qu'il en soit remercié. Il demeure en très bonne compagnie dans mon coeur
Moinette

Écrit par : Moinette | 02 août 2010

Répondre à ce commentaire

Grâce à Herbert, j'ai connu Julos et grâce à Julos, j'ai connu Herbert. Cette combinaison s'est heureusement multipliée depuis : que de bonheurs partagés, merci !

Écrit par : Fabienne | 04 août 2010

Répondre à ce commentaire

Faut-il que l'amitié soit puissante pour susciter un tel hommage.

Écrit par : Jeanne | 07 août 2010

Répondre à ce commentaire

OUI vous avez tout à fait raison Jeanne Dany de France

Écrit par : dany | 07 août 2010

Tous les moment vécus avec Herbert furent des moments de grâce! Herbert n'était que charme et intelligence, on le croyait immortel. Hélas il a fallu lui dire aurevoir, dans le petit cimetière juif de Dilbeek ce matin d'août ensoleillé. Envie de s'assoir près de lui encore, et de rester. Rester pour lui dire merci, rester parce qu'en s'en allant, on sait qu'il nous manque déjà et qu'il va nous manquer toujours...
Une soirée en particulier, parmi tant d'autres!: après le spectacle de Philippe Avron, nous avons bavardé ensemble: Herbert, Philippe et Julos, venu voir le spectacle de Philippe.

Merci Julos pour le texte, "avoir su"...c'est bien là ce que nous ressentons.

Écrit par : Chantal Borlée | 16 août 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.