06 septembre 2010

Ysokras premier

la_der_correction.jpg

 

mail-14.JPG

19:42 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Quel honneur pour La Recherche de vous compter parmi ses lecteurs, cher Julos.

Luc Allemand, rédacteur en chef

Écrit par : Luc Allemand | 06 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Louis XIV avait déjà lui aussi ouvert la chasse par un texte de loi : allez voir sur le forum... les r'Hommes ne sont pas sorti de l'auberge : ils doivent rester sur le parking...

Écrit par : le babel | 07 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Il n'y a que les hommes de puissance qui ignorent que l'univers la terre et la nature se sont construits comme une histoire d'amour qui ne devrait connaître que belle fin!
Il y aura toujours des petits despotes pour dicter des lois infâmes et violer la liberté d'autrui.
Alerter les consciences, Julos c'est comme tu le fais nous obliger à veiller au grain, à préserver nos droits et exercer au mieux nos devoirs dont le plus beau devrait être d'aimer et de vivre pour aimer!
Que sommes nous au regard des astres, face à l'infini de l'espace? Soyons des étoiles, de belles comètes heureuses d'éclairer ceux qui ont peur, ceux qui doutent... Soyons des hommes, des petits dieux capables de bousculer des gros diables!
En chaque homme il ya une part de lumière et une part d'ombre...c'est comme le jeu entre la terre la lune et le soleil...à nous de savoir faire la part...des choses!

tu es toujours sur le pont Julos et nous veillons!

thierry

Écrit par : colard | 07 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Il n'y a que les hommes de puissance qui ignorent que l'univers la terre et la nature se sont construits comme une histoire d'amour qui ne devrait connaître que belle fin!
Il y aura toujours des petits despotes pour dicter des lois infâmes et violer la liberté d'autrui.
Alerter les consciences, Julos c'est comme tu le fais nous obliger à veiller au grain, à préserver nos droits et exercer au mieux nos devoirs dont le plus beau devrait être d'aimer et de vivre pour aimer!
Que sommes nous au regard des astres, face à l'infini de l'espace? Soyons des étoiles, de belles comètes heureuses d'éclairer ceux qui ont peur, ceux qui doutent... Soyons des hommes, des petits dieux capables de bousculer des gros diables!
En chaque homme il ya une part de lumière et une part d'ombre...c'est comme le jeu entre la terre la lune et le soleil...à nous de savoir faire la part...des choses!

tu es toujours sur le pont Julos et nous veillons!

thierry

Écrit par : colard | 07 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Toute cette force et cette énergie de l'amour, que nous palpons quand il est à l'oeuvre, ne peut définitivement pas n'être qu'un phantasme. La canaliser, la diriger vers les cibles les plus improbables arrivera bien à colorer les esprits les plus noirs. Ne cédons pas un pouce sur ce chemin de lumière!

Écrit par : Ideïous | 08 septembre 2010

Rien n'est perdu, tout est à faire! Merci Julos pour ce magnifique texte! Gardons espoir et résistons, malgré les dérives actuelles dues à des gouvernants complètement malades... Merci aussi Thierry, que vos journées soient belles...

Écrit par : Iacchos | 08 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Beau texte, Julos.
Je fais suivre aux amis....
Amitié.

Écrit par : Gilles | 08 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

" Il n'y a pas d'espoir, mais c'est peut-être faux" Pete Seeger, cité par Etienne Bours dans son récent livre "Pete Seeger - Un siècle en Chansons"

Écrit par : Ideïous | 08 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

J'ai aimé votre écrit. Mais je voulais juste laisser un message sur "Jai planté des antennes" et j'ai vu que c'était terminé. Et comme je suis tenace... je persiste et je vous l'écrit maintenant... sans attendre:) Je suis persuadée que les oiseaux blancs existent...qu'ils sourient..en vivant le présent on touche une part d'infini... Je le vis quelquefois. Vous avez parfumé ma vie avec vos écrits...vos chansons..le seul spectacle que j'ai pu voir de vous fut en novembre 2009 à Hannut. Cela serait un enchantement de vous revoir su scène. A quand une rencontre en mot... en musique... toutes antennes dressées pour accueillir l'imprévisible.
Je vous embrasse. Anne Marie

Écrit par : anne marie | 18 septembre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.