05 octobre 2010

le café Demaret

 

Hier le café Demaret s’est rouvert pas loin de chez moi près de la pharmacie à Tourinnes-la-Grosse, il était fermé depuis très longtemps, il y avait un monde fou, autant de monde que de poils sur un chat et même, il y avait un géant bienveillant qui faisait de l’oeil à tous ceux qui retrouvaient, joyeux, leur bistrot d’antan et ce samedi, il fait pluvieux, il pleut à boire debout, partout les moteurs des autos terriblement mobiles pétaradent éperdument, ils font de la pop musique et sur les routes pleines de trous les voitures slaloment.
Quelle aventure que le vivre dans ce Belgium quotidien !!!!!!
Les adorateurs du soleil ont allumé dans leur maison la cheminée et quand le soleil apparaîtra, je sortirai et me planterai devant lui, j’ouvrirai la bouche pour que ses rayons aillent jusqu’au fond de ma gorge.
Qu’en est-il de nous en ces temps agités? Quand le soleil n’est plus là, il ne nous reste plus qu’à rallumer notre soleil intérieur ...... l’avenir est-il dans le bleu ou dans le rouge, nous attendons un nouveau gouvernement, impatiemment....
En Equateur, le président Correa a des difficultés, les marchands d’armes mettent le paquet. La paix a pris le chemin de l’exil.
113 maisons de pompes funèbres s’ouvrent demain dimanche 3 octobre en Wallonie et à Bruxelles s’occupe-t-on davantage des morts que des vivants?

 



Julos Beaucarne 2 octobre 2010

 

 

11:36 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

merci julos de ce beau texte, je pense qu'effectivement que l'attention humaine et la chaleur humaine nous manque , mais justement avec des cafés comme celui on va ptêtre s'e prêter attention aux uns et aux autres
amitiés
joelle

Écrit par : joelle | 05 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les pompes funèbres sont ouvertes ce dimanche en Belgique, pour mieux accueillir le fils de mon amie, décédé dans un accident de voiture. 22 ans c'est trop jeune....c'est toujours trop jeune pour ceux qui restent !

Écrit par : Anouk | 05 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

J'ai reçu un message venu d'Ombrie, cette terre de soleil : un ami franciscain me souhaitait selon l'usage de son Ordre, une belle Saint-François, le 4 octobre. Message unique de cet Ombrien lumineux, haut de 1 m 66 (on a mesuré ses os) : quel grand homme. 1 m 66 ce doit être ce qu'il faut pour être à la hauteur. Il parlait aux oiseaux et au feu, même à sa mort, il parlait aux lépreux et aux rois : tous étaient ses frères, toutes étaient ses soeurs. Tous et toutes écoutaient. Il est mort le 4 octobre 1226, et une nuée d'oiseaux s'est envolée à son dernier souffle, dit-on. Le 2 octobre 1944, après des jours de mort et de bombes, les ruines de Varsovie ont cessé d'être une bataille. Combien d'oiseaux se sont envolés ces jours-là dans la fureur et les pierres hurlantes sous les éclats ? Autant que le 2 octobre 1187 quand Saladin a planté son drapeau sur Jérusalem : et ça saigne encore. En 1985, l'acteur Rock Hudson meurt en nous révélant une nouvelle maladie, le SIDA. Combien de noms barrés dans combien de carnets d'adresses ?
[b] Pourtant, le 2 octobre est la journée mondiale de la non-violence.[/b].
Et au café Demaret, vous l'avez fêtée mieux que les longues listes des historiens, liste d'un passé trop mort, parce que le bonheur dit-on, n'a pas d'histoire.
Puisque 113 maisons de pompes funèbres, sont 113 pauses pour aider les demeurant face à l'absence, puisque le bonheur n'a pas encore d'histoire : on va l'écrire l'histoire du bonheur. Toi, et d'autres du même vent avez déjà commencé. On arrive avec nos mots antimaux. L'avenir n'à qu'à venir, et bien se tenir, à présent, on va retirer l’échelle sous les pieds des maraudeurs qui nous délestent des fruits de la tendresse, mûris cet été qui a été fait de joie !C'est l'heure d'écrire le fil du bonheur, « pour qu'il reste avec nous, le plus longtemps possible »....Alors, je te lis.

Écrit par : le babel | 06 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton texte Julos
mais si c'était pas toi qui dirait que 113 pompes funèbres vont ouvrir je le crois pas dis c'est une blague???? Je t'embrasse Dany

Écrit par : dany | 06 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Coucou Julos,
On ira boire une bonne mousse au Café Desmaret,histoire de ne pas trop penser à quelle sauce nous allons être mangés!
Bisous

Écrit par : aurelie | 06 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Bel écrit qui me touche au plus profond.

Oh oui Julos que j'aimerais qu'il y aie un café" Demaret" dans mon village. Mon père me disait que de "son temps" il y en avait au moins quatre pour une population tenant dans un mouchoir...de poche :).
Oui notre Belgique attend...nous attendons tous l'inouï!!
La flamme intérieure m'habite en plein, et l'espérence lumineuse qui en découle me réveille chaque matin avec l'envie d'aller plus loin. La vie est un cadeau que nous pouvons protéger... et l'agrandir dans le partage. Votre blog est un bel échange.
Je vous embrasse. Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 07 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Oh oui Julos, que j'aimerais qu'il y aie un café "Demaret" dans mon petit village. Mon père me disait que de "son temps" il y
en avait au moins quatre pour une population qui tenait en un mouchoir..de poche.

Oui notre Belgique passe un moment chaotique? J'ai cette flame intérieure qui ne me quitte pas et l'espérence lumineuse qui en découle pour bien vivre l'imprévisible. La vie mérite d'être respectée chaque jour, surtout dans tous ces moments qui nous bousculent. Vive le partage... votre blog en est un. Je vous embrasse. Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 07 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Oh oui Julos, que j'aimerais qu'il y aie un café "Demaret" dans mon petit village. Mon père me disait que de "son temps" il y
en avait au moins quatre pour une population qui tenait en un mouchoir..de poche.

Oui notre Belgique passe un moment chaotique? J'ai cette flame intérieure qui ne me quitte pas et l'espérence lumineuse qui en découle pour bien vivre l'imprévisible. La vie mérite d'être respectée chaque jour, surtout dans tous ces moments qui nous bousculent. Vive le partage... votre blog en est un. Je vous embrasse. Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 07 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

I hope it is good

http://essaywritingservices.org/writing-service.php

Écrit par : Milama | 11 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Il y en aurait donc partout ! Milana, pourquoi ce commentaire à l'allure d'un lien commercial ? Julos n'a pas besoin d'apprendre à écrire, et beaucoup de ses amis l'apprennent auprès de lui, et pour ce qui y est d'apprendre à lire en anglais : mais Julos le maitrise mieux que la plupart : écoutez donc son Folquesongue !

Écrit par : le babel | 11 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Julos, j'étais dans mon jardin à le préparer à son hiver, un soleil du tonnerre, comme pour me démentir auprès des asters, j'embrasse mon petit châtaigner qui m'a laissé 6 châtaignes impressionnantes, je ramasse les noisettes, je passe la tondeuse en évitant de passer sur les feuilles mortes que j'aime bien sur l'herbe... et je me mets à chantonner (ah! cette mémoire involontaire...) "si je partais pour oublier qu'il est des feuilles (fleurs?) dans le silence, qui voudraient bien ne pas tomber à l'automne de ma conscience...". Alors naturellement, et immédiatement, j'ai cherché de tes nouvelles sur le net. Combien de fois suis-je allée t'entendre? Je me souviens d'un concert à Créteil à la fin duquel je t'ai attendu pour te remercier. Embrassade chaleureuse. Tu es un ami qu'il est bon de retrouver, Julos. Et je cherche où je vais pouvoir encore aller t'écouter chanter l'hélianthe et la maurelle (ce sont des fleurs pour ma belle, on ne fait le bleu, le bleu de ses yeux, la jolie fleur que voilà () et Max Elskamp. Pourquoi pas à Châteaulin, en Bretagne, où mes élèves méritent de te connaître (rêve!)...Je t'embrasse fort.

Écrit par : catherine Malbranque | 13 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.