26 février 2011

Jamais plus de fusils à répétition et à lunette

Nous sommes tels que vous nous fîtes

Ô vous grands de la terre

Vous nous avez pétris bien vite

A votre manière

 

Et si nous disons quelques mots

De suite il faut que l’on nous mate

Et nous buvons à vos tonneaux

Le vin amer et la matraque

Nous ne sommes pour vous que gueux

Que matériaux, que cochonailles

 

Vous nous aimez au fond si peu

Vous faites donner la mitraille

Et nous restons sur le pavé

Nous qui n’avons que nos pensées

Sans argent pour les démontrer

Sans généraux ni grande armée

 

Julos Beaucarne 

 

 

Kadhafi le massacreur, le tyran, le nombriliste, le malade mental s’est attaqué à son propre peuple.

Je pense à celles et à ceux qu’il a déplantés de ce monde par pur caprice.

Le drame pour moi c’est que ce sont peut-être des fusils fabriqués chez nous qui ont servi à tuer le pauvre monde.

Je suis de plus en plus persuadé que toute arme aussi perfectionnée soit-elle est anachronique.

Je crois qu’il serait utile de sortir au plus vite de toutes ces associations de tueurs, de snippers, d’assassins au nom du pez et du fisc et du saint bénéfice.

 

Julos Beaucarne le 26 février 2011

 

 

Ils supprimeront les fusils à répétition et à lunette.

Ils instaureront le règne et la fête.

Et toi tu seras tout petit avec ton fusil cassé à tes pieds, et tu mettras en joue ton ami avec l’amitié.

Tu donneras des coups de pieds au cul du chagrin.

Tu auras toute la vie devant toi pour dérouler ta vie comme un tapis volant.

Moi je serai comme un prêtre qui présente Dieu à califourchon sur un ostensoir, dans l’encens avec du grégorien derrière, chanté par des moines qui respirent ensemble comme des amoureux au zénith de l’amour.

Et toi mon tout petit, mon frère, mon fils, tu regarderas le monde dans la féerie lumineuse du coeur.

 

Julos Beaucarne 

 

 

 

22:46 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Cher Julos, tu avis écrit dans un Flo en 1994 ces phrases : "... je pense que chacune, chacun si nous étions en paix à l'intérieur de nous, la guerre et les génocides n'existeraient plus. J'envoie des pensées d'amour aux quatre coins du ciel, je veux être la paix elle-même du sommet de mon chef jusqu'au bout de mes orteils..."
Soit nous n'avons pas été assez efficace en pensées d'amour pour quand nous voyons le nombre de guerres, de génocides et le nombre de fous de la gachette sur terre, soit il y a encore du boulot à faire à l'intérieur de nous.
" vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde "disait Gandhi
Le chemin est long très long mais garder l'espoir dans la joie malgré les événements. Merci Julos c'est ce que tu m'as appris.

Écrit par : Christian Verdebout | 27 février 2011

Répondre à ce commentaire

Tu as raison!
Tu devrais envoyer ce texte magnifique à nos politicards!
Merci Julos.........j'ai la larme qui se pointe...
Bisous

Écrit par : aurelie | 27 février 2011

Répondre à ce commentaire

Tu as raison!
Tu devrais envoyer ce texte magnifique à nos politicards!
Merci Julos.........j'ai la larme qui se pointe...
Bisous

Écrit par : aurelie | 27 février 2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos,

Je pense que le changement doit venir de chacun de nous tous sur cette terre..Quel travail de pouvoir réunir
toutes les sensibilités,de les accorder. J'aime à garder au fond de moi la joie de l'inespéré même... si des médias nous arrivent des nouvelles désolantes. Toujours garder l'espoir...y contribuer avec nos proches, un passant
dans la rue,des personnes isolées...et lancer aux bras du ciel une prière vibrante pour tout cet amour à éclater
d'un coeur offert en partage.
Un sourire, c'est gratuit...il peut s'offrir à chaque personne rencontrée au feu d'une fête...dans la rue au passant
étonné..et si savons le recevoir...nous sommes agrandis, si nous savons le donner...c'est tout notre être qui est soleil. Oui....je crois encore en cela, après toutes les épreuves de la vie. Je vous embrasse bien fort. Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 27 février 2011

Répondre à ce commentaire

Les plaisirs de voir des hommes de bien, des gentils hommes récompensés en leur savoir-faire, qui parfois jaillit d'un savoir être, recevant une statue en or pour un film appelant à la tolérance en terre Arabe, ces plaisirs-là sont ce qui nous permet de tenir debout face à tant de stupidité. Merci Mickael Lonsdale d'avoir mérité ce César dans un film qui chante l'espoir d'autres suds que ceux des fous de dieu, que ceux des fous d'eux-mêmes.
(Et Christophe Beaucarne aussi a premis de voir un autre rêve, un autre moment de joie)

Écrit par : le babel | 01 mars 2011

Répondre à ce commentaire

Comme on aimerait que tes envolées soient nourries de belles choses mais comme tu le dis, cher Julos, notre monde se gave de non-sens....
certains politiciens qui accordent des permis de vente d'armes seraient prêts à plaindre les victimes de ceux qui les utilisent mal ( comme si on pouvait les utiliser bien!!!)

Pauvre monde où on s'étonne que des loups garous comme Kadhafi se réveillent en plein jour et se révèlent être plus monstrueux que d'autres monstres...

Oui tu as raison mon Julos: le poète doit dénoncer les erreurs du monde et porter haut le drapeau de l'amour!

Je devine aussi que tout cela va nourrir ta création pour le cadeau que tu nous prépares!

Pensées pour toi! Et doux rêves loin des cauchemars pour les autres!

A tout bientôt

thierry

Écrit par : thierry | 01 mars 2011

Répondre à ce commentaire

"le poète a toujours raison" disait un autre sage.

continue Julos, on t'aime!

Écrit par : Michel Sautron | 02 mars 2011

Répondre à ce commentaire

"le poète a toujours raison" disait un autre sage.

continue Julos, on t'aime!

Écrit par : Michel Sautron | 02 mars 2011

Répondre à ce commentaire

"le poète a toujours raison" disait un autre sage.

continue Julos, on t'aime!

Écrit par : Michel Sautron | 02 mars 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.