13 juin 2011

Où en sommes-nous?

 

Sur le bord du monde il y a des enfants qui marchent,

il ne faut presque rien pour qu’ils tombent dans l’abîme,

précipités hors d’eux-mêmes.

 

Au Congo la violence faite aux femmes est quotidienne, en Syrie des soldats ont massacré des enfants, de partout montent les cris des suppliciés. En Libye l’Otan fait des dégâts collatéraux, en Côte d’Ivoire rien n’est réglé, les armes automatiques crépitent dans les nuits chaudes .  

Le monde va de traviole, il y a des tensions entre la Chine et le Vietnam, la terre est aux soins intensifs à Fukushima au Japon. Un train plein de déchets radioactifs en provenance  des Pays-Bas a traversé il y a quelques jours la Belgique pour rejoindre La Hague en France, tout cela sans le moindre avertissement.

Des volcans vocifèrent dans les nords des Europes et ça fait un an que la Belgique n’a pas le moindre gouvernement. Pourtant se sont succédés à la barre un paquet d’informateurs, de préformateurs, de conciliateurs, de déboucheurs, de négociateurs, de formateurs, de déformateurs, de grugeurs, de pataugeurs, de verbiageurs, d’esbroufeurs, d’écornifleurs, d’accoucheurs et j’en passe et des meilleurs, sans oublier des défricheurs … Rien à faire ... le pays est arrêté sur l’image. 

En plus, on nous annonce que 3000 langues vont disparaître d’ici la fin du siècle. L’anglais gagne du terrain sur la toile internet. Les businessmen tiennent le haut du pavé. Les talibans du Pakistan, les pasdarans de l’Iran ont le doigt sur la gâchette, les forces de répression des gardiens de la révolution, le mollah Baradar et le mollah Omar seraient en pourparlers avec madame Clinton. Pourra-t-elle dialoguer avec toutes les factions en présence ?  Nous le saurons sans doute dans quelques jours. Si elle réussit,  pourrait-on lui demander de venir chez nous pour parler avec nos mollahs à nous. Chers lecteurs vous devinez de qui je veux parler. Welcome Madame Clinton .

Bien sûr, c’est juste une idée .... 

 

Julos Beaucarne

 

fenêtre et bataille.JPG

12:36 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Bonjour Julos,

Oui peut-être qu'une femme pourrait apaiser tous ces conflits...mais je n'en suis pas si sûre.

Lorsque sur un trottoir de grand magasin...on peut voir deux femmes s'étriper, se tirer

les cheveux pour leur amour...c'est le monde à l'envers :). OUI OUI une de mes filles

m'a raconté, devant mes yeux "stupeur" l'échange musclé!!! De mon temps les garçons

se disputaient la place pour être en le coeur d'une "dulcinée" :).

La violence montante m'attriste...je pense au monde que nous allons laisser à

nos petits-enfants, oui un monde qui pour l'instant va

de "traviolle", heureusement qu'il y a encore des personnes qui croient aux lendemains

qui chantent...sinon quel serait le sens de notre passage sur terre? Je suis sûrement très

naïve. Mais j'aime à rêver que la terre bousculée... va réveiller toutes les consciences.

Je n'ai qu'a ouvrir tous les livres d'histoires...et j'y vois étalées touts les guerres vécues

par nos ancêtres....Ils s'en sont toujous "relevés"...mais à quel prix?

Je vous embrasse.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 13 juin 2011

Répondre à ce commentaire

La violence entre les hommes ,qu'elle soit physique ,psychologique ou morale est inadmissible.C'est dans l'incompréhension de l'autre qui peut-être différent par sa culture, sa religion, etc...qu'elle prend sa source.Le langage, la parole, le dialogue ne seraient -ils pas des outils nécessaires pour arriver à ce qu'entre nous, déjà,il y ait une plus grande harmonie?
La violence nous ramène à certains comportements de l'animalité or ce qui nous distingue des animaux, c'est la parole liée à la pensée.
Alexandra de Narbonne

Écrit par : collet | 13 juin 2011

Répondre à ce commentaire

La violence entre les hommes ,qu'elle soit physique ,psychologique ou morale est inadmissible.C'est dans l'incompréhension de l'autre qui peut-être différent par sa culture, sa religion, etc...qu'elle prend sa source.Le langage, la parole, le dialogue ne seraient -ils pas des outils nécessaires pour arriver à ce qu'entre nous, déjà,il y ait une plus grande harmonie?
La violence nous ramène à certains comportements de l'animalité or ce qui nous distingue des animaux, c'est la parole liée à la pensée.
Alexandra de Narbonne

Écrit par : collet | 13 juin 2011

Répondre à ce commentaire

chut! Il vaut mieux écouter rire les étoiles...

Écrit par : aurelie | 15 juin 2011

Les commentaires sont fermés.