16 octobre 2011

Sommes-nous l'Univers?

 

Des gens qui me disent en savoir long sur la vie et sur la mort m’affirment que l’âme ne meurt pas, qu’elle est imputrescible. Puis-je les croire ?

L’épreuve du départ, de la mort de celles et de ceux qu’on aime, est-elle indispensable aux vivants pour qu’ils avancent en sagesse? Pourquoi devons-nous passer par le trou de ces cruelles aiguilles pour continuer à vivre et à progresser sur le chemin de la grande Vie et de l’Amour? Pourquoi ces massacres dans le monde entier, pourquoi ces cris poussés, chaque jour, par celles et ceux qu’on égorge, qu’on tue froidement sans même savoir précisément pourquoi?

Le monde tourneboule-t-il? Est-ce la drogue qui serait devenue la maîtresse de l’humanité et ferait des humains des machines à tuer sans que celui qui tue ne puisse réfléchir et se retenir avant d’accomplir l’irrémédiable, comme s’il perdait le contrôle de lui-même, comme s’il était possédé? Or, être vivant, c’est justement aller au bout de la maîtrise de ses propres gestes.

Comment arrêter ce jeu cruel ? Pourquoi ces provocations, ces viols,  pourquoi ces massacres, ces pogroms , ces programmes de guerre, pourquoi ces persécutions, pourquoi cette jouissance à faire mal, pourquoi ces mosquées et ces églises qui brûlent?

Je suis effrayé et inquiet face à cette pulsion de mort qui n’en finit pas . Les hommes et les femmes sont-ils perfectibles, oui ou non?

S’il vous plaît, pouvez-vous m’expliquer ce jeu cruel, pourquoi cet engouement des journaux à parler de tout ce qui ne va pas au lieu de parler de tout ce qui va bien.

Les astrophysiciens parlent depuis peu de l’accélération de l’Univers. Nous sommes tous et toutes faits de la même matière que l’Univers et non seulement nous faisons partie de l’Univers mais plus que ça, nous sommes l’Univers lui-même! Rien que ça.

Nous ressentons, que nous le voulions ou non, dans notre chair cette accélération. Et plus nous prendrons conscience de notre place unique dans l’Univers, plus nous aurons de l’avenir … comme l’Univers.

En résumé, notre terroir c'est les galaxies.

 

Julos  Beaucarne

Tourinnes la grosse  ce samedi 15 octobre 2011 à 18h06

 

au loin.jpeg


17:36 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Oui cher Julos,

Les hommes et les femmes peuvent être perfectibles. Le regard transformé sur les choses de la vie
arrêtera la violence...oui changer de regard.
Chacun est reponsable de ses choix. Le mien n'est de tendre l'autre joue;....le mien est de tendre la main.
Oui je suis effarée par tous ces bouleversements...et d'autant que je n'ai de les changer.
Oui je voudrais arrêter "ce jeu cruel"....ne garder que le doux du vivre et du vécu.
Des temps supendus de lumière apportent un peu de paix à l'Univers...alors multiplions les!!!!!

Je t'embrasse.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 17 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos et oui Julos Anne Marie a très bien résumé, je pense comme elle, nous sommes quand meme il faut bien le dire malheureux dans ce monde qui n'est pas le notre, mais enfin restons positifs, nous sommes" 7Milliards de petits "regardants" en bas, " allez je t'embrasse bien fort Dany de Bourgogne

Écrit par : dany | 18 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos et oui Julos Anne Marie a très bien résumé, je pense comme elle, nous sommes quand meme il faut bien le dire malheureux dans ce monde qui n'est pas le notre, mais enfin restons positifs, nous sommes" 7Milliards de petits "regardants" en bas, " allez je t'embrasse bien fort Dany de Bourgogne

Écrit par : dany | 18 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos je pensais à ton texte si dieu existe il faudrait s'en débarasser hein!!!!!! Dany de Bourgogne

Écrit par : Dany | 21 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

"Chacun est responsable de ses choix"... Voilà dix-huit jours, ma tendre amie, ma complice depuis 25 ans, mon amour a choisi de passer de l'autre côté du miroir. Son sac de mauvaisetés lui était devenu trop lourd à porter. Elle a caché sa souffrance derrière des fagots de sourires et de bonne humeur, comme on cacherait des explosifs derrière des fleurs... Nous étions tous deux des "bateleurs", elle était conteuse, moi musicien, pour dire et jouer dans les mots et la musique de notre Picardie, les belles couleurs d'un terroir qui s'oublie... Je crois qu'en ce mauvais mois de novembre, l'univers a donné encore un coup d'accélérateur, laissant sur le bord du chemin ceux qui ont du mal à suivre. Oui, le monde tourneboule ! Comment freiner un peu ce tourbillon ? Nous devons nous y mettre ! Merci pour tes belles pensées, Julos.
Amitiés. François

Écrit par : PERY | 24 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

Ô François, vous qui portez le même prénom que mon fils.

Je n'ai pas de mots tendres pour vous dire mon amitié en ce moment difficile. Perdre sa "tendre amie", c'est dur.
Je peux juste vous envoyer une caresse via la toile.

Doux à vous.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 25 novembre 2011

Merci à vous, Anne-Marie. Les belles pensées font du bien...

Écrit par : François | 28 novembre 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.