21 octobre 2011

Donner la mort ne résoud rien

Pourquoi ont-ils tué Ben Laden? Il fallait le juger tout d'abord.
Pourquoi ont-ils tué Kadhafi? Il fallait le juger, lui aussi.
On ne peut répondre à la barbarie par la barbarie .... sinon l'humanité fait du sur-place. 

 

Julos Beaucarne le 21/10/2011 



22:46 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Oui, il fallait un vrai procès pour ces dictateurs ... Aujourd'hui on entend qu'enfin le pays va retrouver la paix, que le peuple va enfin vivre LIBRE ... Et pourtant, nous avons accueilli ces dictateurs royalement, fermant les yeux sur ce qu'ils faisaient subir à leur peuple... On ne peut se réjouir de la mort d'un homme, quel qu'il soit. J'ai peur de toute cette haine, de cette joie malsaine qui s'exprime chez nous... Qu'avons nous fait hier, que ferons nous demain ? Je rêve de douceur, de paix, d'amour entre les peuples... On me dit autour de moi "mais réveille toi, ce n'est pas possible et c'est de la pure utopie" et j'ai envie de dormir, dormir et de crier "laissez moi finir mon rêve "... Là au moins, je suis bien !

Écrit par : Josy | 22 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Oui Julos,

"Donner la mort ne résoud rien".....Ce peuple en liesse...en euphorie...mais la suite sera t'elle à la hauteur de l'espérance de chacun?
Le monde tourne...tourneboule...Où allons-nous ?
Oui j'accueille Josy dans son ressenti.

Je t'embrasse.

Écrit par : Anne Marie | 22 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Les rêves sont l'engrais du monde, ils chauffent la terre jusqu'au sortir des mauvais jours : alors elle fleurit. Si pas de rêve, pas de sève. Ne venez donc pas me dire que les rêveurs, les utopistes, les artistes sont des fonds perdus, des bouches inutiles ! Ils sont l'unique possibilité de sortir des hivers ailleurs que dans des déserts.
Sans les rêveurs, nous serions bien bloqués : nous lyncherions les tyrans, nous appliquerions la toi du talion et de nos émotions, nous hurlerions en meute selon le goût du jour, pour sauver le toro nous demanderions la peau du toréro, nous serions dominés par le profit immédiat, nous saurions ce que nous savons en ayant bien raison de penser ce que nous pensons, le paraître nous emporterait jusqu'à détailler notre vie privée sur des pages publiques…
Nous serions de ceux qui luttent contre Khadaffi et non pour la liberté, car si la révolution n'est que la mort du tyran, elle prépare la prochaine tyrannie.
Mais bien sûr, en nos modernités, parvenus à la fine pointe du progrès, au sommet de l'évolution, nous avons dépassé ces blocages. Rien de tout cela en notre siècle admirable.
Nous avons de la chance que les rêveurs soient ainsi protégés et respectés.
Car je ne crois pas rêver : ce monde cajole bien ses rêveurs ?

Écrit par : le babel | 23 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

ô Babel, comme vos mots sont à la fois empreints de réalisme mais dans le même temps nous laissent dans l'espérance de l'humain... Un grand MERCI pour exprimer si clairement avec une belle intensité ce qui fait écho si fort en nous. Belle journée à vous Amis de Julos, Babel, Anne-Marie, Liliane,Jeanne,Christian et toutes celles et ceux qui font partie de cette grande chaine d'amitié, d'amour, de tendresse autour de Julos, grand "rassembleur" qui nous montre le chemin "où rien n'est impossible" ...

Écrit par : Josy | 23 octobre 2011

Josy, je te confirme que je crois en l'être humain... que serait la vie sans cette croyance en l’humain ?
Bien sûr, il arrive que l’espoir et la croyance en l’être humain, en son humanité soit mis à mal… que faire ???
Dénoncer les innombrables dérives que nous voyons me semble essentiel et merci à Julos pour qui cela semble être le fil conducteur.
Il est vrai que dans le sillage de Julos il y a d’innombrables « pépiniéristes » qui cultivent l’humanité et je suis sûre que notre belle planète héberge quantité d’artisans d’humanité..
Les pépiniéristes ont bien besoin d’engrais (de rêves) pour faire grandir l’humanité… Tu vois Josy comme tes rêves sont utiles et nécessaires : merci à Toi.
Les médias nous montrent trop souvent les « briseurs d’humanité » et pas assez souvent les « artisans d’humanité » : c’est pourtant essentiel pour que les enfants se construisent positivement.
Croire, aimer, dénoncer, s’indigner et persévérer… toujours et encore……….

Écrit par : Liliane | 24 octobre 2011

Bonjour
Il fait si lumineux ce matin...et pour avoir relu "Les Justes" de Camus et la première page de "La Condition humaine" de Malraux, deux idées me viennent, en analogie avec cette question... D'abord, les USA avaient déjà repéré le repaire de Ben Laden, et Clinton n'avait pas voulu y envoyer de bombe ou de missile, les Américains ayant repéré quelques enfants à ses côtés. Nous voici en face de Dora et Kaliayev dans "Les Justes", qui ne veulent pas jeter la bombe vers la calèche du grand-duc Serge, lors de la Révolution russe...Les Deux Tours ont pourtant occasionné la mort de centaines d'enfants, de tout-petits blottis dans les étages des Tours... Dans le livre de Malraux, dès les premières pages, Tchen se demande si on peut tuer un homme qui dort, juste là, à portée de main, paisiblement, derrière un moustiquaire... La vraie question est là : sans doute il ne fallait pas tuer AINSI Ben Laden; pas de cette façon-là. Un lit, un matelas à même le sol, c'est TROP humain. Mais un homme qui fomente et prévoit la mort d'autres hommes, où qu'ils soient, quel que soit leur âge, est-il encore un homme? Je crois que la question la plus importante est celle-là : où s'arrête l'humanité?Que peut la poésie devant le mal? rêver, jouer avec les mots, est-ce toujours suffisant?

et pourtant, comme l'écrit Bobin : "Et l'enchanteur, maître des mots et des fleurs, naquit, enfant sage au milieu des tumultes."
Merci Julos, d'avoir été notre poète lundi passé!

D'avoir éclairé le ciel de notre galaxie d'élèves et de professeur!

Martine

Écrit par : martine | 23 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour amis du site et OUI Martine, ce n'ont sont plus des hommes mais des machines à tuer!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Votre texte et très juste, une machine à tuer faut bien l'arreter pour toutes les victimes massacrées, pensons à eux un peu!!!! et les tortures infligées, Belle journée à vous, Martine et Belle journée à toi Julos Dany

Écrit par : Dany | 23 octobre 2011

Bonjour amis du site et OUI Martine, ce n'ont sont plus des hommes mais des machines à tuer!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Votre texte et très juste, une machine à tuer faut bien l'arreter pour toutes les victimes massacrées, pensons à eux un peu!!!! et les tortures infligées, Belle journée à vous, Martine et Belle journée à toi Julos Dany

Écrit par : Dany | 23 octobre 2011

Il y a quelques années, l'armée française avait encerclé Monsieur Oussama Ben Laden (tout homme est un Monsieur) : il manquait l'ordre d'assaut. Mais il n'est jamais venu : il fallait que le bras vengeur soit les USA… Les journaux s'en firent l'écho quelques jours, puis passèrent à autre chose… Tuer ne suffisait pas : il fallait communiquer au monde entier le nom du Maître du Monde. Je dois mal entendre : le maître du monde, ai-je entendu, est une chimère. Ce pourrait être l'amour, mais il a abdiqué de toute volonté de puissance sur autrui, par amour d'autrui…

Écrit par : le babel | 28 octobre 2011

Les Maures ne parlent pas.

Écrit par : Acide | 24 octobre 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.