14 décembre 2011

Ma réponse aux évènements tragiques de Liège du 13 décembre 2011

 

Il n’y aura jamais assez

De caresses ni de doux baisers

Sur cette terre

J’aimerais ne partager que

Tendresse, joie, sérénité

Ma vie entière

 

Ni toi ni moi ne sommes faits

Pour la guerre

Nous sommes faits pour marcher

Résolument vers la lumière

 

Je ne veux plus entre toi et moi

Une quelconque intifada

Je ne veux plus te parler sabre

Je veux la grande paix sous les arbres

 

Il n’y aura jamais assez

De caresses ni de doux baisers

Sur cette terre

J’aimerais ne partager que

Tendresse, joie, sérénité

Ma vie entière

 

J’veux respirer l’air du matin

Tout frais, tout neuf qui fait du bien

Je veux remplir mes poumons d’air pur

J’veux de l’amour et pas des murs

De janvier jusqu’en décembre

Je ne veux naviguer que tendre

 

Je ne veux plus la moindre fusée

De longue ou de moyenne portée

Je veux un ciel bleu dégagé

Que le soleil puisse y jouer.

 

Il n’y aura jamais assez

De caresses ni de doux baisers

Sur cette terre

J’aimerais ne partager que

Tendresse, joie, sérénité

Ma vie entière

 

Ni toi ni moi ne sommes faits

Pour la guerre

Nous sommes faits pour marcher

Résolument vers la lumière

 

Je ne veux plus entre toi et moi

Une quelconque intifada

Je ne veux plus te parler sabre

Je veux la grande paix sous les arbres

 

 

Julos Beaucarne 

 

 

éventail.JPG

Pour toutes celles et ceux qui ont été victimes de ce carnage hier, place St Lambert à Liège. 

13:17 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (17)

Commentaires

Voici ce que j'écrivais il y a qq minutes sur le site d'un "grand" quotidien, lassé des polémiques.

En le relisant je repense à ta lettre ouverte de 1975 : tout était dit !

Serait-il possible par respect pour les familles d’arrêter de polémiquer ? Savez-vous ce qu’est la douleur d’une famille qui perd un fils, un père, une mère de façon brutale et violente ? Savez-vous de quoi la famille a besoin dans ces moments-là ? Ayant subi la perte simultanée, brutale et violente de mon père et de mon frère il y a quelques années (ils étaient jeunes, 60 et 26, moi aussi, 25) j’ai envie de vous donner ma réponse. A ce moment je n’avais besoin que de l’amour et du soutien de mes proches (et moins proches), je n’avais pas envie de polémiquer. Il en était de même pour ma mère, mes frères et sœurs, oncles, tantes, cousins et cousines. Le désir de justice, de réparation n’est venu que plus tard, lors du procès. Ici, il n’y aura même pas de procès, pas d’explications, juste un vide ! Immense ! Qui ne sera jamais comblé, jamais ! Alors gardons notre énergie pour donner de l’amour encore et encore à ceux qui restent ! Cessons cette haine qui n’apportera rien ! N’oublions pas que les familles peuvent lire tout ce qui se dit sur le net, respectons leur douleur.

Écrit par : L. | 14 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Désolé... la fin de mon commentaire s'est perdue dans les méandres du "copier/coller". La voici :

Tout ça pour dire que j'ai une fois de plus apprécié ton texte et la douce justesse des mots choisis.
Ca devrait être diffusé largement !

Cordialement.

L.

Écrit par : L. | 14 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Oui Julos,

Que de l'amour, de la tendresse à donner. Ne s'endormir le soir sans déposer en geste, écrit ou parole
toute la tendresse en nous au chaud du coeur.

Oui un grand bol d'amour lancé aux âmes enfuies, à leur famille.

Merci pour ton texte déposé sur le blog.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 14 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Les paroles de Madame Pauline Julien me touchent... que de tendresse et d'amour exprimés, à travers ces mots, je voudrais exprimer ma compassion à Tous. Comme Pauline était généreuse. Plus que jamais, l'amour et la tendresse sont necessaire pour guérir nos trop nombreuses blessures...
Pour "contrebalancer" tant de violences, il faut vraiment beaucoup, beaucoup d'amour, de tendresse, de compassion, de solidarité...

"L'ÂME À LA TENDRESSE

Ce soir j'ai l'âme à la tendresse
Tendre tendre, douce douce
Ce soir j'ai l'âme à la tendresse
Tendre tendre, douce douce

Tresser avec vous ce lien et cette délicatesse
Vous mes amis d'hier et d'aujourd'hui
Cette amitié dans la continuité
Un mot un regard un silence un sourire une lettre

Françoise Allen Claire Patrick Kim Roland Réjean Louise
Et tous les autres que je ne saurai nommer
Vous êtes mes havres des soirs de détresse
La goutte d'eau qui fait jaillir la source ma lumière

Aujourd'hui pourtant je vous attends en vain, je vous espère
Que faites-vous j'appelle je tends les bras
Nos amitiés se sont-elles évanouies?
Peut-être n'avons-nous plus rien à nous dire je chavire

Pourtant nous savons que la vie est plus forte que la mort
Le désespoir a dit son dernier mot
Permettez-moi de vous aimer toujours
Riches de nos secrets j'attendrai j'attendrai
J'attendrai j'attendrai j'attendrai j'attendrai
Les amitiés nouvelles."

(lien : http://www.youtube.com/watch?v=sS1Xr4eQtFQ )

Douce fin d'année à Toi Julos et à tous "les passants" sur Julosland (et plus particulierement à Josy) !

Écrit par : Liliane | 15 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

J'étais sûre de trouver le commentaire de Julos.
Toujours certaine d'y trouver les mots de tendresse, ceux qui rassurent et permettent d'avancer
Je rejoins Liliane quand elle écrit : Douce fin d'anné à toi, Julos et tous "les passants" sur ton site.
Jeanne

Écrit par : jeanne | 15 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

merci pour tes mots Julos qui nous font tant de bien!
merci pour cette tendresse, cet amour que tu portes comme un étendard pour triompher de la barbarie et dont nous avons tant besoin au moment de cette tuerie à Liège, au moment de ce procès à Rouen...
avec toi, répandons,l'amour et l'espérance en un monde meilleur
La Perjeanne

Écrit par : pergent | 16 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

il ne s'est rien passé dans la tête du tueur, rien que nos mots peuvent dire : c'est cela la folie. Et parfois, elle est meurtrière.
Une violence telle a grandi en lui qu'elle a hurlé jusqu'à le détruire.
Il n'a pas eu de pourquoi, juste un comment.
Il ne peut être coupable, car il n'avait plus sa raison.
Quand je pense aux victimes, je mets le tireur avec. Car si je l'exclus, je redonne à la violence un clou où s'accrocher.
Liège, Florence le même jour.
Des étoiles noires tombent sur la terre. Lorsqu'une joie nous échoit, on ne se demande pas pourquoi moi ? Mais le deuil, s'il doit arriver, serait toujours mieux plus loin. Car nul n'aime souffrir, s'il a un peu de raison.
C'est l'histoire d'un homme qui brûlait et brûlait de la folie des armes. Et quand sa folie a fait sauter la poudre aux yeux, le masque de l'homme vivant, il était déjà mort de l'intérieur, et sa violence a hurlé à l'extérieur, avant que comme un journal brûlé, il ne s'effondre dans les flammes de son brasier, au centre de l'incendie ainsi semé.
C'est l'histoire d'un homme en qui se rejoignaient les câbles de nos violences. Puis le court-circuit a tué, les verrous ont sauté, les cercueils se sont ouverts.
Nous ne pouvons qu'aimer aujourd'hui, car sans cela, il n'y aura même pas de demain…

Écrit par : le babel | 16 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Merci pour vos mots. cher Julos.. merci ...
oui ce texte demande à être amplement diffusé

Écrit par : Maria-D | 17 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Cher Monsieur Beaucarne

Je me suis permise de poser votre magnifique texte sur mon blog
http://memoiredusilenceblogspotcom.blogspot.com/
en vous citant bien sûr et référant votre site

si cela pose un problème, faite le moi savoir et je ferai le nécessaire
merci encore.

Écrit par : Maria-D Cano | 18 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Merci Maria Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 18 décembre 2011

Magnifique, RESPECT, tout simplement...
Petite demande, cher Julos : dans le cadre de mon blog qui revisite les beaux coins de notre Wallonie, je me suis arrêtée à Tourinnes. Outre mes photographies, puis-je y incorporer le lien "youtube" de votre chanson que je trouve splendide : 'Ma Jolie, ma tendre Verte'. ? Je ne ferai rien sans votre accord. Merci.

Vanillon (pour le blog : "Aux Jardins de Vanillon")

Écrit par : vanillon | 20 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Merci de donner le leine de mon texte merci Julos

Écrit par : julos.beaucarne | 22 décembre 2011

Prenez contact avec Madame Claude Duchateau tel 32 10 41 73 74 c'est chez elle aussi que vous pouvez commander le disque:Le jaseur Boréal" ou se trouve la chanson: ":Ma joilie ma tendre verte" Merci pour l'intérêt que vous portez à cette chansosn Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 21 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Prenez contact avec Madame Claude Duchateau tel 32 10 41 73 74 c'est chez elle aussi que vous pouvez commander le disque:Le jaseur Boréal" ou se trouve la chanson: ":Ma joilie ma tendre verte" Merci pour l'intérêt que vous portez à cette chansosn Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 21 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Prenez contact avec Madame Claude Duchateau tel 32 10 41 73 74 c'est chez elle aussi que vous pouvez commander le disque:Le jaseur Boréal" ou se trouve la chanson: ":Ma joilie ma tendre verte" Merci pour l'intérêt que vous portez à cette chansosn Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 21 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Mon cher Julos,
Merci pour tes paroles de paix.
Mais je ne suis pas un ange de paix, moi, et je suis révoltée, fachée. Je voudrais que la justice fasse son boulot. Une peine est une peine, elle doit être appliquée, jusqu'à sa fin.
Je sais que toi, tu as pardonné, moi pas...
Je t'embrasse.
Que Noel nous apporte un peu de paix.....mais est ce possible???

Écrit par : aurelie | 22 décembre 2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.