30 janvier 2012

Il a plu sur le grand paysage

Le vendredi 27 janvier 2012 a eu lieu la projection au cinéma le Parc à Liège du film de Jean-Jacques Andrien « Il a plu sur le grand paysage ».

C’est un film très beau, très fort et émouvant.

Le monde agricole y est présenté dans son désarroi actuel . On y parle de la difficulté d’être fermière et fermier à l’heure actuelle. On y parle de l’insécurité des agriculteurs qui se sentent de plus en plus contrôlés.

« Dans mon pays il y a de plus en plus de contrôleurs et pour contrôler les contrôleurs d’autres contrôleurs qui à leur tour devront être contrôlés par d’autres contrôleurs. Il n’y a que dans le contrôle qu’il n’y a pas de chômage. Il n’y aura bientôt plus de travailleurs. Il en restera peut-être un, contrôlé par tout un peuple, par un pays de contrôleurs. »

Dans ce film les femmes parlent ouvertement avec émotion et disent leur tristesse et leurs angoisses face à l’avenir.

On y voit le fameux épisode du lait répandu sur la terre en forme de protestation.

Le monde agricole n’en peut plus. Il est temps d’écouter ces fermières et fermiers qui luttent pour leur survie.

Un film à voir dès que possible.

 

Julos Beaucarne

 

 

il a plu sur.jpg

 

 

 

18:17 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Vétérinaire depuis 1979,fils d'agriculteur et n'ayant jamais laissé tomber l'exploitation familliale, la disparition et l'endettement des exploitations m'interpelle nuits et jours.63% des exploitations sont tombées sur les 30 dernières années alors que les agriculteurs aiment leur métier ,leurs animaux et travaillent bien mais ils vieillissent et le torrent économique les emporte...
Je n'ai malheureusement pas de solutions toutes faites.Les difficultés sont les mêmes dans le traditionnel que dans le bio...
Les contrôles et les normes de toutes sortes ne ferront pas revenir des agriculteurs...Chaque année lors de la semaine du commerce équitable,je pense que ce devait être aussi chez nous que les produits soient payés à leur juste valeur...
Il faut quand même garder le cap.
Merci à toi,Julos d'avoir évoqué ce problème.
Camille.

Écrit par : Willème Camille | 30 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Je suis une ex arrière- petite-fille d'un arrière- grand-père qui avait seulement quelques bêtes et un cheval de trait.
j'ai souvenance de le vie d'autrefois, rude et belle dans le labeur...lui n'avait aucune machine...oui une charrue...qu'il
fallait tenir d'un bout à l'autre de quatre mains courageuses pour passer la route et rejoindre le champs d'en face.
Pas facile la vie d'alors, mais eux bâtis comme des rocs...et il fallait suivre...Je ne sais s'il y avait contrôleurs
vérificateurs et autres personnes pour superviser le tout. J'ai juste gardé en mémoire le doux des moissons,
du café, pain et autres victuailles en partage au midi de l'angélus.
Même si je vis à la campagne, je ne connais pas tout sur la vie des agriculteurs de ce jour, certains ont cette pudeur
de ne trop se dire. Oui ils vivent mal les contrôles et toute la pression exercée, surtout les anciens qui voient leur progéniture
reprendre le flambeau avec le courage de l'espérance. Ils sont inquiets du futur.

Merci pour le partage Julos

Je t'embrasse.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 30 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

et que dire de l'image que les citadins ont d'eux… En fait, je vois de plus en plus de métiers dont l'image est dégradée parce que les médias font leurs choux gras de leurs malheurs et dérives, et excitent la jalousie en étalant les avantages et bonheurs de faire ce métier. Dans la presse purée, que reste-t-il du simple bel ouvrage ? En plus, les agriculteurs sont en crise économique depuis le début du XXe siècle, mais cela qui le dit ?

Écrit par : le babel | 31 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Cher Julos,

Je suis Marie, l'attachée de presse de Jean-Jacques Andrien et parcourant Internet pour vérifier mes "googles alertes" ... sur qui je tombe ???? VOUS ! Quelle belle surprise vraiment. Merci mille fois pour votre commentaire qui sera certainement lu par nombre de vos amis. Oui, ce film est bouleversant d'humanité. Je suis si fière d'être de la partie aux côtés de tous ces agriculteurs, qui nous sont si précieux. Comme le dit si bien Jean-Jacques "Aucun dossier, aucun discours ne peut parvenir à transmettre pareille émotion qu'un film". Faisons tous en sorte qu'il soit vu par le plus grand nombre car il peut être déclencheur d'un réveil citoyen. A tous les agriculteurs : je me sens très proches de vous, même si j'en connais plus un en particulier : mon ami Gustave. ;-)
Bonne continuation à vous tous !!!!

Écrit par : marie detaille | 13 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Merci Chère Marie commment le film de Jean Jacques a-t-il été pris je l'ai trouvé magnifique je vous embrasse Julos

Écrit par : Julos Beaucarne | 14 septembre 2012

Cher Julos,

Je suis Marie, l'attachée de presse de Jean-Jacques Andrien et parcourant Internet pour vérifier mes "googles alertes" ... sur qui je tombe ???? VOUS ! Quelle belle surprise vraiment. Merci mille fois pour votre commentaire qui sera certainement lu par nombre de vos amis. Oui, ce film est bouleversant d'humanité. Je suis si fière d'être de la partie aux côtés de tous ces agriculteurs, qui nous sont si précieux. Comme le dit si bien Jean-Jacques "Aucun dossier, aucun discours ne peut parvenir à transmettre pareille émotion qu'un film". Faisons tous en sorte qu'il soit vu par le plus grand nombre car il peut être déclencheur d'un réveil citoyen. A tous les agriculteurs : je me sens très proches de vous, même si j'en connais plus un en particulier : mon ami Gustave. ;-)
Bonne continuation à vous tous !!!!

Écrit par : marie detaille | 13 septembre 2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Ce film m'interpelle beaucoup et fait remonter énormément d'émotion (trop ?). En effet, mes parents étaient fermiers dans le pays de Herve (ils sont "heureusement" à la retraire maintenant). Pendant 30 ans, j'ai vécu au rythme des saisons (foins, vellages, ...). Même si tout n'était pas rose tous les jours, j'y ai passé les 30 plus belles années de ma vie. Mais au fil des années, la situation s'est aggravée : entre des normes stupides de plus en plus stricte, contrôle de l'AFSCA de plus en plus intense, ...
Il y a 10 ans, mon père me disait déjà qu'il continuait la ferme pour ne pas perdre d'argent sur sa retraite mais que l'exploitation ne rapportait plus rien.
Aujourd'hui, de plus en plus d'exploitation sont soit vendues à des étrangers, soit transformées en gite ou chambre d'hôte, soit ... Qu'en sera t'il dans 10 ans (ou même moins) ? Mes enfants et petits enfants auront ils encore la chance de connaitre cela ?
Merci d'évoquer ce problème !

Écrit par : Vincent Brandt | 05 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Il faudrait privilégier les cultures vivrières (bio autant que possible) sinon on va droit dans le mur...merci Julos le constat est consternant...bisous à vous, je vous ai envoyé des courriels pour votre anniversaire en retard...

Écrit par : joëlle poste | 07 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Il faudrait privilégier les cultures vivrières (bio autant que possible) sinon on va droit dans le mur...merci Julos le constat est consternant...bisous à vous, je vous ai envoyé des courriels pour votre anniversaire en retard...

Écrit par : joëlle poste | 07 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.