02 mai 2012

Le génocide arménien

Amies et amis qui lisez ce blog souvenez-vous du génocide arménien en 1915, un million et demi d'arméniens ont été exécutés.

"Le souvenir est fragile et allumé comme un coquelicot dans le brouillard." Paul Claudel

 

14:35 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

C'est vrai qu'on en parle peu, et j'en connais-même assez haut placés- qui le nient. C'est pourtant à cause de cette tragédie que je me suis pendant d'heureuses années appelée madame Dichlian

Écrit par : Moinette | 02 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Comme dans les films romantiques, joli....joëlle

Écrit par : joelle poste | 04 mai 2012

Il faudrait davantage informer les personnes sur ce qui ce passe dans le monde... Marie

Écrit par : allocation logement | 03 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Certains, certainement les mêmes ont même essayé de nier la shoah...Joëlle

Écrit par : joelle poste | 04 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Il y a un temps pour le souvenir, ces traces très personnelles qui ont buriné un visage, une vie.
Passer du souvenir à la mémoire, la mémoire collective, inscrite dans l'écheveau des jours, c'est autre choses.
Chaque monument aux morts cache une question : est-ce pour dire "plus jamais ça", ou bien "ils nous le paieront" ? Aragon a soupesé avec tant de soin ce problème. C'était en 1940.
Par peur du second, certains préfèrent oublier.
Hitler a dit :"Ils n'ont rien dit pour les Arméniens, ils ne diront rien pour les juifs".
Oublier ? C'est le plus court chemin vers la répétition, et vers un monument aux morts encore plus massif, dressant de plus en plus une ombre encore plus grande, ombre de vengeance sur les tombes fleuries.
la vie est tellement plus belle quand les fleurs parfument nos matins en serinant : "plus jamais de ciseaux ni de faux".
http://www.herodote.net/Dossier/genocide_armenien.php

Écrit par : le babel | 05 mai 2012

Répondre à ce commentaire

Bravo,jaime bien vos articles

Écrit par : Dave | 16 août 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.