24 mai 2012

La révolte au Québec

La jeunesse du Kébek est en révolte et le vieux système "au nom du pèse et du fisc" veut anéantir leur enthousiasme généreux . Nous les soutenons avec Gilles Vigneault  qui s'est mêlé à la foule des contestataires.

On veut  empêcher de vivre la jeunesse, on veut l'empêcher de grandir au nom du vieux système et du vieux monde qui veut posséder toute la terre, la polluer, l'appauvrir. Ils veulent tuer l'enthousiasme de la grande Vie avec leurs armes de mort, avec leurs pesticides et les machines à sous. 

Nous sommes tels que vous nous fîtes, ô vous grands de la terre, vous nous avez pétris bien vite à votre manière et si nous disons quelques mots de suite, il faut que l'on nous mate et nous buvons à vos tonneaux le vin amer et la matraque, nous ne sommes pour vous que gueux que matériaux que cochonnailles, vous nous aimez au fond si peu, vous faites donner la mitraille et nous restons sur le pavé, nous qui n'avons que nos pensées sans argent pour les démontrer, sans généraux ni grandes armées.

 

Julos Beaucarne  Belgik le 22 mai 2012 Tourinnes la grosse.

23:16 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

le Québec est en révolution

 À bas la loi 78 !

« Parfois, insurrection, c’est résurrection. »

 Victor Hugo

 

Lorsqu’il redresse l’échine, le Québec parvient toujours à démontrer à quel point il est résiliant, résistant, fort. Depuis plus de 100 jours maintenant, le Québec se tient droit et affronte les serviteurs de l’oligarchie mondiale, ces petits fédéralistes sans envergure qui se terrent comme des rats dans notre Assemblée nationale.

L’élément déclencheur de tout ce branle-bas de combat fut l’adoption d’une hausse des droits de scolarité complètement bête parce que profondément injuste. Mais depuis, les étudiants ont été rejoints dans la rue par le reste de la société civile, par le peuple québécois dans sa diversité. Dès lors, on peut véritablement parler d’un Printemps québécois.

Et il est le bienvenu ce Printemps québécois. Depuis trop longtemps, on se laisse manger la laine sur le dos, nous, Québécois. Le gouvernement Charest, depuis 2003, s’est avéré une véritable calamité pour le peuple que nous formons. Hausses irréfléchies des tarifs alors qu’on devait « en avoir plus dans nos poches » ; attaques frontales contre le syndicalisme et l’indépendantisme et la langue qui en est le moteur; contre les nations amérindiennes; carte blanche pour le pillage des ressources naturelles ; corruption par-dessus corruption ; bref, attaques en règle contre le Québec qui aspire à la liberté et à la justice et maintenant contre sa jeunesse qui construira son avenir.

Il fallait que quelque chose survienne, que l’espoir renaisse en nos terres, espoir nous permettant de rêver à nouveau à un monde meilleur parce que digne et libre. Nous devions arriver vraiment à ce qui commence. Et nous le sommes enfin !

Bien sûr, le système prend acte de ce qui se produit actuellement dans nos rues. Il est craintif, ébranlé dans ses convictions les plus profondes. Il a peur de nous voir briser nos chaînes, casser les barreaux dans nos têtes et ne plus pouvoir ainsi nous exploiter à sa guise. Alors il réagit et on voit son vrai visage derrière le masque. Durement. Violemment. Il mandate ses juges serviles pour briser les mandats de grève ; il nous crache au visage par le truchement de médias qui n’ont à peu près jamais été aussi peu respectables que maintenant ; il nous bat dans la rue ; il adopte des lois pour nous empêcher de nous associer, de manifester, de nous exprimer.

La loi 78 est en soi une ignominie sans nom. Jamais les citoyens ne devraient rester muets quand les autorités politiques font ne serait-ce qu’un seul pas en direction du fascisme. Et là, avec cette loi inique, un gros pas a indubitablement été franchi en cette direction. Voilà pourquoi nous ne pouvons demeurer silencieux, qu’il nous faut dénoncer avec vigueur, force et colère cette loi abominable et tous ceux qui ont voté en sa faveur. Si nous ne le faisons pas, d’autres pas en direction du fascisme risquent d’être faits. Renverser la vapeur sera dès lors de plus en plus difficile.

Parce que nous ne pouvons tolérer que des caciques à deux balles engagent le Québec dans une avenue aussi vomitive, le Réseau de Résistance du Québécois tient à dénoncer officiellement et avec véhémence la loi 78.

Aussi, le RRQ refuse vigoureusement de condamner les Québécois qui s’engagent dans la désobéissance civile face à cette loi injuste et antidémocratique.

Par ailleurs, nous invitons tous nos militants et tous nos sympathisants à participer encore plus énergiquement au mouvement de contestation québécois qui se développe présentement.

Il n’y a qu’ensemble et unis que les Québécois parviendront à mettre à bas la tyrannie et à faire naître le Québec libre.

Saluons le Printemps québécois ! Vive la Révolution québécoise !

 

RÉSEAU DE RÉSISTANCE DES QUÉBÉCOIS, relayé par Philippe Giroul. 

www.resistancequebecoise.org


10:23 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

22 mai 2012

Premier spectacle du Balbuzard Fluviatile

27 JUIN 2012

A 2Oh30

  LE BALBUZARD FLUVIATILE

           

Premier spectacle à l’occasion de la sortie du CD et de l'anniversaire de JULOS

Avec Julos, Barbara d’Alcantara et Patrick De Schuyter

 

A EMINES (près d’Eghezée- Namur) au milieu des vignobles de Philippe Grafé.

 

 DOMAINE DU CHENOY

Rue du Chenoy 1b

5080 EMINES

BELGIQUE

 

Petite restauration possible sur place, repas sur réservation

Réservations : 0032(0)10 41 73 74 – 0032(0)486 10 12 54

 

                                                                                  

18:33 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

Article de presse

Julos prend son envol avec « Le Balbuzard Fluviatile »

 

À 75 ans, le poète de Tourinnes-la-Grosse continue à semer de la poésie dans notre quotidien et revient sur le devant de la scène.

Joie de vivre, bonhomie, vivacité et esprit malicieux. À 75 ans, le cas de Julos Beaucarne épate. Cet artiste possède la simplicité d’un jeune premier et l’expérience féconde d’un vieux de la vieille. Il l’a prouvé hier encore lors de la sortie de son nouvel album fort peu communément intitulé « Le Balbuzard Fluviatile », du nom de cet oiseau dont l’envergure dépasse 1m70. Un nom aussi improbable que l’était celui du « Jaseur boréal », titre de son précédent album sorti en 2006.

« Après que se fût envolé un peu partout le fameux Jaseur boréal, je me suis souvenu du Balbuzard fluviatile. Ce nom magique pour ce 49e album me semblait tout à fait approprié. J’aimerais que nous balbuzions encore longtemps ensemble et si possible jusqu’à la fin des temps », écrit-il pour présenter son bébé.

Sur cet album, des textes de Julos bien entendu, mais aussi des poèmes de Baudelaire, d’Eluard, et même un extrait d’Apollinaire traduit en wallon. Des musiques aussi, douces ou entraînantes. Une voix enfin, celle du chantre de la Wallonie qui prouve qu’il est plutôt un chantre de la terre et de l’univers et que son horizon ne s’arrête pas aux frontières d’une région. « Je voudrais chanter tous les poètes du monde, affirme-t-il modestement. Parce que ça élargit l’audition. C’est indispensable.»

Alors, lorsqu’on lui demande si cet album est, enfin, celui de la maturité, Julos rit. « Je ne cesse d’essayer de la trouver, mais ne vous en faites pas pour moi, tout va bien », assure-t-il. Et la postérité, Julos s’en fout : « Je n’ai pas le temps de penser à ça. Je suis comme une fontaine, j’écris, c’est tout.»

Si Julos avoue regretter de ne pas susciter suffisamment d’intérêt de la part des radios qui ne le programment guère, il retient par contre un bon souvenir de son récent passage en télévision dans l’émission « Les orages de la vie », de Stéphane Pauwels, qui a fait un carton : « Le lendemain, je faisais des courses à Wavre et j’ai été accosté par des tas de gens que je ne connaissais pas. J’ai trouvé ça formidable », assure-t-il, plein de candeur.

Cette visibilité nouvelle offrira peut-être à l’artiste le vaste auditoire que mérite ce nouvel album

 

Ariane BILTERYST

Article paru le 9 mai 2012 dans  " l'Avenir "  

 

16:27 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

21 mai 2012

Flo 73

Flo73.jpg

Flo732.jpg

Flo733.jpg

Flo734.jpg

Flo735.jpg

Flo736.jpg

Flo737.jpg

Flo738 et 9.jpg

Flo7310.jpg

Flo7311.jpg

Flo7312.jpg

Flo7313.jpg

Flo7314.jpg

Flo7315.jpg

Flo7316.jpg

19:02 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

16 mai 2012

Lettre ouverte de Khaled Khalifa

Voici une lettre de Khaled Khalifa, écrivain syrien édité par Acte Sud. Elle a été écrite il y a quelques jours à peine.

La situation devient totalement horrible en Syrie et la passivité chaque jour se compte en morts

 

Chers amis, écrivains et journalistes du monde entier, notamment en Chine et en Russie, je tiens à vous informer que mon peuple est exposé à un génocide.

Depuis une semaine les forces du régime syrien intensifient les attaques contre les villes rebelles en particulier Homs, Zabadani, les banlieues de Damas, Rastan, Madaya, Wadi,Barada, Figeh, Idlib et dans les villages de la montagne de Zawiya.

Depuis une semaine et jusqu'au moment où j'écris ces lignes, plus de mille martyrs sont tombés, dont beaucoup d'enfants, et des centaines de maisons ont été détruites sur les têtes de leurs habitants.

La cécité qui a frappé le monde a encouragé le régime à tenter une élimination de la révolution pacifique en Syrie, avec une force répressive inégalée. Le soutien de la Russie, la Chine, l'Iran et le silence du monde face aux crimes commis en plein jour, a permis le meurtre de mon peuple par le régime depuis onze mois.

Mais dans la dernière semaine, du 2 février à aujourd'hui, les signes du massacre se sont clarifiés. La scène de centaines de milliers de Syriens descendus dans les rues de leurs villes et villages la nuit du massacre de Khalidiya, dans la nuit du vendredi au samedi dernier, les mains levées en prières et en larmes, brise le coeur, et place la tragédie humanitaire syrienne au centre du monde.

C'est une expression claire de notre sentiment d'être des orphelins, abandonnés par le monde et par les politiciens satisfait par les paroles vaines et les sanctions économiques, qui n'empêchent pas les assassins et ne retiennent pas les chars baignés de sang.

Mon peuple, qui a fait face à la mort le torse nu et en chansons est en ce moment même assujetti à une campagne de génocide.

Nos villes rebelles sont dans un état de siège sans précédent dans l'histoire mondiale des révolutions. Le personnel médical est empêché de secourir les blessés, les hôpitaux de campagne sont bombardés de sang-froid et détruits, l'entrée est interdite aux organisations de secours, les lignes téléphoniques sont coupées, et la nourriture et les médicaments sont bloqués, si bien que la contrebande d'un sac de sang ou d'une tablette de Setamol dans les zones touchées est considéré comme un crime digne d'emprisonnement dans des camps de détention, dont les détails vous horrifieront un jour.

Dans toute son histoire moderne, le monde n'a pas connu de tels vaillance et courage, que ceux manifestés par les révolutionnaires Syriens dans toutes nos villes et villages. Le monde n'a pas non plus connu un tel silence, et une connivence dans le silence qui est dès à présent considéré comme une complicité dans le crime et l'extermination de mon peuple.

Mon peuple est un peuple de paix, de café, de musique que j'espère vous savourerez un jour, de roses, dont j'espère qu'un jour le parfum vous parviendra, afin que vous sachiez que le coeur du monde est aujourd'hui exposé au génocide et que le monde entier est complice dans le versement de notre sang.

Je ne peux rien dire de plus dans ces moments difficiles, mais j'espère que vous agirez par solidarité avec mon peuple de la façon que vous jugerez appropriée.

Je sais que l'écriture est impuissante et nue devant les canons, les tanks et les missiles russes qui bombardent nos villes et nos civils, mais je n'ai aucune envie que votre silence aussi, soit complice du meurtre de mon peuple.

 

KHALED KHALIFA

DAMAS


16:00 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

09 mai 2012

Le Balbuzard Fluviatile

 

Depuis que je navigue sur l’océan des mots et que mes mélodies et mes parlures sont murmurées souventes fois par des gens que je ne connais pas et que je finis toujours par rencontrer au détour d’une route ou d’un sentier perdu, depuis que, tout petit, j’ai appris à parler, à zonzonner et même à écrire et même à chanter, je mesure le chemin parcouru.

Un jour que je marchais au bord d’un large fleuve, j’ai rencontré ce grand oiseau. Il faisait 1 mètre septante d’envergure, excusez du trop, son nom était aussi très long. C’était iI y a très longtemps déjà mais j’ai gardé souvenance de son majestueux vol, de sa façon de planer, de se laisser porter par le vent en pleine extase, en méditation souveraine. 

Après que se fût envolé un peu partout le fameux “jaseur boréal”, je me suis souvenu du “balbuzard fluviatile”. Cet oiseau mythique au nom magique, pour ce 49 ème disque me semblait tout à fait approprié .

J’aimerais que nous balbuzions encore longtemps ensemble  et si possible jusqu’à la fin des temps.

 

Julos 

 

BALB-couverture-24mars.jpg

 

Pour commander le CD contactez Claude Duchateau 

clduchateau@swing.be

tel 0032(0)10 41 73 74

gsm 0032(0)486 10 12 54

 Prix du CD: 20€ + frais de port

14:57 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (19)

06 mai 2012

Inquiétante journée

 

Aujourd'hui dimanche 6 mai 2012 inquiétante journée … une question se pose …  lancinante : l'empereur Ysokras premier va-t-il  persister en tant que menteur professionnel ? Il est passé maître en ubiquité puisqu'il est capable (c'est lui qui le dit) d'être en même temps à Fukushima et à Paris, de pratiquer la "mensongerie" et de polluer par son blabla et la gestuelle de celui qui fait semblant qu'il sait, la France et toute l'Europe qu'il a conduit au bord du précipice et cela toujours au nom du pèse et du fisc et du sacro-saint bénéfice.

 Si j'avais un conseil à lui donner, je lui dirais de quitter la politique, de démonter son cirque et d’aller se faire voir ailleurs. Cet habitué des voyages virtuels qui ne se passent que dans sa tête, devrait peut-être davantage se servir de son boeing personnel qui moisit hélas dans un hangar de Charles de Gaulle. Il pourrait se servir de cet avion qui sort rarement  pour se sauver et atterrir dans une république bananière. 

Ô grand St Nicolas, s'il vous plaît ne laissez pas rouiller votre avion-jouet qui vous a coûté si cher et vite, servez-vous-en pour aider les plus nécessiteux de la planète terre. Je pense aux victimes de la sécheresse en Afrique. Il est encore temps, cher Nicolas, pour gagner votre salut et le salut de toutes les françaises et des français et de tous les habitants de la planète, il est encore temps de retourner encore une fois votre veste (les vestes qu'on retourne tout le temps finissent par s'user et à avoir des trous). 

Sachez, ô vous qui savez tout sur presque tout,  que vous allez devenir pour la postérité  le clown verbal et mondial à la gestuelle ample qui ne fait penser hélas qu'au cinéma muet. Recyclez-vous  tout de suite tant qu'il est temps parce que vous commencez à avoir mauvaise presse et si vous n'agissez pas maintenant, si vous n'avouez pas vos fautes et vos manquements, vous serez obligé de pointer au chômage … adieu veaux, vaches, cochons, couvées … et vous vous  retrouverez avec celles et ceux que vous avez réduits à la portion congrue. Triste fin de règne  ne pensez-vous pas ? 

Notez bien .... ce que j'en dis, c'est en passant. Bonne chance, cher Ysokras premier. Je crains que vous n'ayez bientôt plus les liquidités nécessaires pour vous payer "le Cri" de Munch …

Julos Beaucarne

 

16:59 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

02 mai 2012

Le génocide arménien

Amies et amis qui lisez ce blog souvenez-vous du génocide arménien en 1915, un million et demi d'arméniens ont été exécutés.

"Le souvenir est fragile et allumé comme un coquelicot dans le brouillard." Paul Claudel

 

14:35 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)