24 mai 2013

Georges Moustaki s'en est allé

Moustaki 79 ans.jpeg

"Le regard lointain / Le sourire éteint / L'inconsolable se tait..."

 

Georges avait 79 ans. C'est Marc Legras  qui l'a photographié chez lui sur l'île St Louis à Paris.

Bon voyage  cher Georges

esquisse Moustaki.jpeg

Esquisse de Gilles Poulou.

 

 

20:45 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

Quelle belle vie a eu Georges.Homme séduisant et talentueux.J'ai eu l'occasion de le croiser lors de ses spectacles en Picardie.On le disait paresseux mais il n'en était rien.Continuons à le faire vivre en écoutant ses chansons et à vous autres artistes en interprétant son oeuvre.Merci Julos

Écrit par : carré | 24 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Pas de la paresse, je pencherais pour de la pudeur...se cacher pour travailler...

Écrit par : joëlle poste | 07 juillet 2013

J'ai en mon coeur, un bleu de ciel pleurant un soleil qui se meurt.
Là tout autour où son âme danse dans la lumière,
j'entends encore chanter sa liberté au bord de ses lèvres.

Merci à toi Julos de rendre éternel Georges sur ton blog.
Je'embrasse tout fort

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 24 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Il me semble que c' était le deuxième 33 tours que nous avions eu avec ma frangine !!! le tepaz a vu et entendu tourner la magnifique disque "le météque" ! quel bonheur c ' était sur scène ! festif, poétique, libre et sous le charme de la belle voix de Maria CONTRERAS !

Un personnage qui m' apaisait ! et toujours bravo à ce cher Gilles POULOU !

Écrit par : MARC EN CIEL | 26 mai 2013

Répondre à ce commentaire

"Il n'ira plus sur les chemins
Fleuris de roses et de jasmins
Qui mènent jusqu'à ta maison
L'amour ne peut plus voyager
Il a perdu son messager
Et mon coeur est comme en prison"
..........
Extrait de "Le facteur"

Écrit par : carré | 27 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Pas facile de faire un marbre.
Je ne l’ai jamais vu. Mon ami André m’a raconté un des premiers concerts de B. Fontaine, où il est venu à scooter, son instrument sous le bras, donner un coup de main au concert, sans prévenir, pour les 20 personnes, qui, il y a tant d’ans, avaient repéré celle qui se présente comme étant Folle.
Mais que désormais, la Camarde, que les excès ont avancée, lorgne aussi.
Ce n’est pas que le Métèque qui meurt.
C’est Saint-Germain-des-Près (Mais il n’y pas d’après à Saint-Germain-des-Près) ? Et Saint Louis en l’Île. Et quelques vinyles tout aussi asthmatiques.
C’est la folle croyance des années du baby-boom en un avenir que, déjà, nous nommons hier, et qui nous a déçus : la façon des beaux Serge, George et Cie leur conserve de la beauté. Certes, l’apprêt, la consolation qu’on a quand même essayé de rêver. Avec notre double amertume : être nés trop tard, ne pas avoir vu l’horizon s’enflammer de leurs espoirs. Pourtant, des choses me disent que d’autres aujourd’hui chantent d’autres chants qui demain feront date.

On meurt et voilà, le rideau tombe.
Paupière.
Puisque les paupières sont tombées sur vous, les gens aux cheveux si blancs que la virginité vous a rejoint vers la fin, alors, permettez que je vous rêve.
Ce que vous avez été, l’odeur de votre sueur, vos côtés secrets, je n’en sais rien et n’en veux rien savoir.
Vos avez eu une une vie pour être lourds de vous, vous avez une mort pour que nos légendes soient légères de vous.
Qu’importe les souvenirs : voici le temps de la mémoire.
Le costume de bois dort désormais, près d’autres tombeaux, sa cellulose déjà se dégrade, et votre corps en dedans retourne à sa chimie primale.

Voici, Monsieur Moustaki, comme d’autres avant vous, votre dernier concert.
Vous ne serez pas en scène.
Vous ne réglerez rien de liste de chants.

Désormais, votre dernier concert, ce ne peut être que nous, et avec un peu de chance, nos enfants.

Écrit par : le babel | 28 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Ô le Babel,
vous avez fait fort pour nous envoyez les fleurs de Georges par-delà la mort.
Merci à vos mots, je ne pourrais rien dire d'aussi loin, d'aussi beau que votre fleuri couché sur la toile de nos écrits.
Celà me sera toujours nostalgie de n'avoir pu rencontrer Moustaki sous un balcon.
Je garde toujours au coeur sa nostalgie, ses yeux délavés, sa langueur,ses mélodies
et... le mai 68 de mes seize ans....et demi.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 28 mai 2013

de beaux hommages à travers les blogs

Écrit par : les cafards | 28 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Oh là en répondant aux mots fleuris du Babel, je me suis vieillie de trois ans....
Oui en cette année de 68 j'avais 19 ans et demi...et non seize et la demi...
Oh que mes enfants qui lisent chaque fois les commentaires de leur mère sur le blog de Julos, ne pensent que la prière de mes mots ne délave mon cerveau:-).

Oui les hommages à Georges fleurent beau.

Anne Marie

Écrit par : Anne Marie | 28 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Merci Julos,
Ce dessin est le dernier que j'ai envoyé à Jo, le 3 mai, date de son anniversaire.
" Quand tout est consommé
Sous un soleil de mai
Quand le coeur ne bat plus
Pour avoir trop battu
Laisser derrière soi
Comme un éclat de joie
Pour dernier souvenir
Au moment de partir"

Écrit par : Gilles | 31 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Un autre ange part ...

Écrit par : Anne-Ge | 23 juin 2013

Répondre à ce commentaire

Beaux posts dans ce blog, superbes portraits de Georges Moustaki

Écrit par : Louisette | 02 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les arts créatifs sont souvent divisés en catégories plus spécifiques, chacune étant liée à sa technique, ou moyenne, comme les arts décoratifs, arts plastiques, arts du spectacle, ou la littérature. Contrairement aux champs scientifiques, l'art est l'un des rares sujets qui sont académiquement organisées selon technique.

Écrit par : research paper writers | 17 avril 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.