08 janvier 2015

Je suis Charlie

 

charlie-hebdo.jpg

Face à la barbarie une seule réponse s'impose : l'amour

amis bien aimés.jpg

20:56 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (13)

Commentaires

merci ami Julos, merci.

Écrit par : Luc | 08 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Quelle réponse à la barbarie ? Quelle réponse à la folie ? On descend dans la rue, on allume des bougies, on brandit des pancartes, on essaye de ne pas céder à la peur.
Tout cela ne ramènera pas les femmes et les hommes morts au champ d'honneur, mais cela réchauffe le coeur de voir s'organiser la solidarité et de toucher du doigt l'émotion.
Merci à toi, mon ami, de relayer ce drame.

Écrit par : Nadine | 08 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Immédiatement après l'attentat contre Charlie Hebdo, ce sont vos mots "il faut s'aimer à tort et à travers" qui me sont venus en tête. Depuis 40 ans qu'ils ont été écrits, ils sont souvent présents en moi.
François Morel vient de les reprendre sur France Inter dans une chronique bouleversante. Il sait si bien dire les choses.
Plus que jamais je suis infiniment convaincu que c'est en s'aimant à tort et à travers, en parvenant tant bien que mal à aimer, ou au moins à ne pas haïr ceux qui veulent nous détruire - sans pour autant être naïf- que nous parviendrons à sauver notre monde.
Merci à vous d'avoir eu le courage de partager ces mots, il y a si longtemps, dans des circonstances si tragiques.

Écrit par : Vincent | 09 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Je suis venue chercher un message de paix, d'espoir et de tolérance auprès de vous, Julos, et je l'ai trouvé. Merci d'être là et de nous prêter vos mots pour que nous puissions contribuer à la "grande communication ronde".
Merci d'avoir écrit ces mots d'amour que François Morel a donné à entendre parce qu'ils sont d'hier, d'aujourd'hui, de demain : universels.

Écrit par : Annie - Délivreurs de Mots | 09 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour Julos,
Deant cette tragédie qui décapite l'humour, j'ai repensé à cette lettre, à "il faut s'aimer à tort et à travers". Je me suis souvenu de nos rencontres dans les années 70 chez Roger et Marie Igoulem à Carpentras, puis chez moi avec ton fils Boris, quand vous courriez autour de la ferme avec des cotillons en hélice dans les cheveux. Je dois retrouver les photos. Oui tu avais raison, il faut nous aimer à tort et à raison. Nous l'avions oublié...Amitiés.

Écrit par : Bernard Renoux | 09 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Il y a 40 ans, je pleurai sur ce texte. Je ne pensais pas, aujourd'hui retrouver les mêmes larmes.
Merci à toit pour ces quelques vers que je bois en triquant à la liberté et à la fraternité
Anne

Écrit par : bertotto | 09 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

François Morel dans sa chronique radio vient de rappeler les paroles de la lettre de Julos Beaucarne écrites le lendemain de l'assassinat de sa jeune femme. Julos est un poète belge, un chanteur, un doux : sa femme fut tuée par un jeune déséquilibré d'origine nord-africaine. Le soir même les médias avaient appuyé sur ces origines pour essayer d'entraîner Julos à prendre une position de colère, voire de haine raciste.
A ce moment-là (tout comme Patrick Pelloux le médecin urgentiste et chroniqueur de Charlie Hebdo à qui François s'adresse), Julos a trouvé une force plus grande que sa douleur : il a trouvé au fond de lui-même son ancrage, le sens de sa vie, de leur vie en commun avec sa femme. Qu'est-ce qui était plus grand que la douleur, la colère, la peine immense ? " Je pense, de toutes mes forces, qu'il faut s'aimer à tort et à travers"
....." Je pense, de toutes mes forces, qu'il faut s'aimer à tort et à travers"

En écrivant ces quelques mots sur un mail largement diffusé aujourd'hui, je retrouve la direction, le sens de la vie... de la tienne, Julos, de toute vie et je te dis merci.
Bises à partager de partout

Écrit par : Pam | 10 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Cher Julos

Quand nous étions petits, lors d'orages, nous nous réfugions tous dans le lit de nos parents. Aujourd'hui, mon réflexe est de venir me réfugier près de toi Julos et je vois que je suis en bonne compagnie. Tes paroles sont rassurantes et nous redonnent de l'espoir. Merci!

Amitiés,

Écrit par : Loue | 10 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Voila que Julos me revient pour ce triste évènement...Ce beau texte entendu pour la manifestation de Manosque..MERCI!
Je reprends contact avec cette belle voix qui berça mon enfance grace à mon père :doux moments...oui l'amour est le plus fort!

Bon amour lumineux à tous!

Écrit par : odile | 10 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour cher Julos

comme quoi les mots et les dessins seront toujours plus forts que la colère et la bêtise.
Bien entendu, l'amour doit rester la valeur absolue...après avoir inventé l'argent la guerre, la guerre des religions,l'homme invente des droits à la mort par obligation.
Aujourd"hui, les enfants me demandent des explications...on rêve d'un paradis, d'un monde serein et sûr...
La route est parfois si difficile et donc il est bon de trouver un peu de réconfort.
De tout coeur,j'espère que tu vas bien!
A bientôt

Thierry

Écrit par : thierry | 10 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Aujourd'hui, mille ou plus sont descendus en rue de Paris, en notre capitale aussi.
J'aurais voulu être dans la ville des lumières, la fleur au cœur pour laver l'horreur.
L'anniversaire de ma fille, déjà quarante ans, était mon hommage le plus doux, quelques heures de paix envoyées au ciel de l'amour. Merci à toi Julos, merci à Jacques Morel.
Tendre à chacun et chacune. Anne, Marie

Écrit par : Anne, Marie | 11 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Une nouvelle fois, le 7 janvier 2015, je suis allé puiser dans Tes mots, Julos, la substance qui donne la Force pour surmonter la douleur. Une nouvelle fois également : MERCI Julos, pour TOUT ce que Tu m'as apporté depuis ces 40 années que je Te connais, après notamment un concert à Wattrelos --et de bonnes bières ensuite-- dans les années septante. Lorsque j'ai écouté François MOREL, vendredi matin, j'ai été bouleversé d'entendre qu'il a tenu à nous partager une bonne partie de Ton texte ; je le connaissais par cœur pourtant, mais j'ai fondu en larmes tellement l'émotion était à son comble en l'entendant. François MOREL n'aurait pas pu trouver de mots plus "justes" pour rendre Hommage aux victimes de la tuerie à Charlie-Hebdo. Tu n'imagines pas, Julos, à quel point Tu as pu jouer un rôle essentiel dans ma Vie durant ces 40 années. Je n'entrerai pas dans le détail mais, pour TOUT cela, un immense MERCI Julos, d'avoir été sur ma route !
Surtout, portes-Toi Bien !
Jean-Didier

Écrit par : Jean-Didier | 11 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

tu es julos,je suis moi,nous sommes nous, sommes nous la somme de ce que nous sommes

Écrit par : jak | 16 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.