03 décembre 2007

CD de Barbara d'Alcantara

 

Un nouveau tirage du disque de Barbara d'Alcantara vient de sortir, on peut se le procurer en téléphonant à Madame Claude Duchateau au 010 41 73 74. La pochette du disque est de Ben Goffart.

 

Barbara recto++

barbara Verso



Chez Claude Duchateau  on peut se procurer également tous les disques et livres de Julos.
Pour les fêtes de fin d'année, il y a deux disques pour enfants disponibles: "Julos chante pour les petits et les grands" et "Contes, comptines et ballades".

20:16 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

22 novembre 2007

Le géant Béjart

 

Béjart

Le Géant Béjart s'est envolé dans la nuit du 21 au 22 Novembre 07.

Ses ballets sont des cadeaux qu'il a fait à toute l'humanité et son dernier cadeau, il l'a fait à la Belgique: il a demandé qu'on disperse ses cendres sur la plage d'Ostende, nous irons danser sur la plage pour le retrouver dans le vent de la mer du nord "ce dernier terrain vague".
 
Julos 22 Novembre 07

23:08 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

17 novembre 2007

Demain dimanche 18 novembre

 

 

naufrage

dessin Garène 

 

Demain dimanche 18 novembre 11h: grand rassemblement autour des trois
couleurs: noir, jaune, rouge du drapeau belge à Bruxelles de la gare du nord
au Cinquantenaire.

Une promenade pour parler d'amitié et de rassemblement et de paix et d'amour entre tous les habitants de la Belgique qui a 177 ans.


Le vent qui vient de Flandre, le vent de Wallonie: c'est le même vent avec
un autre accent. Le vent du nord des nord au goût de plat pays et celui des
sud aux senteurs forestières : le Thyl Uilenspiegel et son ami Tchantchès:
de si beaux pays, des vents si parfumés, des êtres si doux, si fous: le
peuple est partout pareil. Alors vinrent les idées et l'argent et on
interdit aux paysages et aux gens de se rencontrer.

Julos


 

21:46 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

11 novembre 2007

Barbara, Patrick et le chateau

 

Il était une fois dans le Perche et plus précisément dans le département de l'Orne, ce pays où les habitants s'appellent  "les Ornithologues ou les Ornithorynques" selon qu'ils habitent soit au nord soit au sud.

Il était une fois.....  Barbara d'Alcantara et Patrick De Schuyter devant leur hôtel du XVIIIieme siècle, ce bel ensemble de "façade galbée et de toiture à comble brisé" ça c'est un comble! Rue Sainte Croix dans la ville de Mortagne .


 

chateau

22:23 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

Exposition Claude Rahir

 

Piceaux+de+Claude+Rahir

Quand le peintre s’est tu, ses pinceaux bavardent.

Une exposition se tient au "Vert Galant "à Beauvechain toutes les fins de semaine du mois de Novembre sur Claude Rahir, le peintre, le sculpteur, l'écrivain de Nodebais disparu récemment, l'exposition s'appelle

"De l'Argile aux étoiles"

 

22:05 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

08 novembre 2007

ce mercredi 7 novembre 07

 

inscription

Ce mercredi 7 novembre 07 sur sa maison, Edith Martens, la plus proche voisine de notre marronnier ce cher chef d’oeuvre en péril sur la place de Tourinnes-la-grosse, Edith a écrit au pinceau un bout du texte que j’avais écrit pour la fête de l’arbre le 26 octobre.

Ce mercredi est un jour difficile pour la Belgique. Il faut savoir que Tourinnes-la-grosse est juste le dernier village de Wallonie avant d’arriver en Flandre, nous sommes debout sur la frontière linguistique et en Belgique, il faut savoir que les néerlandophones sont 6 millions et que les francophones de Bruxelles et de Wallonie sont juste 4 millions. C’est un tant soit peu inégal. La Flandre est plus riche que la Wallonie... Aujourd’hui, après 148 jours sans gouvernement, fait sans précédent dans notre histoire nationale, un vote qui a eu lieu sur le statut de BHL (Bruxelles Hal Vilvorde) risque de déséquilibrer le pays et de renforcer le pouvoir des extrémistes du nord du pays (écouter le texte ”Monsieur de l’hiver” sur mon disque “le jaseur Boréal”) qui veulent délibérément l’indépendance de la Flandre, avec et y compris la fin de la royauté... qui vaille que vaille arrivait à tempérer et à fédérer tous les sujets de ce royaume de Belgique né en 1830, il y a juste 177 ans... Ah si l’on pouvait aller au moins jusqu’à 200 ans! Aujourd’hui hélas! Nous risquons de sombrer dans la non-nuance, dans le western ce qu’il fallait à mon sens tout à fait éviter. Que seront nos lendemains? Chanteront-ils ou déchanteront-ils? Ce sera difficile pour nous, ce soir, de dormir sur nos deux oreilles.

                                                                  Julos  

23:52 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

07 novembre 2007

Artisanart

 

guy+Arnoux+

Ce dimanche 4 Novembre, je suis allé retrouver un ami artisan à l'exposition Artisanart.

Artisanart est un palais de la découverte, mon ami couturier Guy Arnoux navigue dans les âges encore plus élevés que moi, sans doute a-t-il goûté à cet étonnant fruit du Tibet le "Goji" qui donne la longévité et qui guérit pas mal de maladies. Ce fruit n'existe qu'au Tibet. J'ai été tenté par un chapeau rouge qui me faisait de l'oeil c'est Monique Antoine qui habite Anlier au fin fond de la Belgique qui a fait ce chef d'oeuvre. Voici son adresse courriel:  monique.antoine@skynet.be

Chapeau+rouge

 

 

21:15 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

30 août 2007

Ce vendredi 31 août: clôture du Festival Scènes à Seneffe

  

Discours de Fadila Laanan
 

La deuxième raison de ma présence ici, c’est la présence d’un autre artiste: Julos Beaucarne. Un jeune septuagénaire qui s’est offert une cantate pour son anniversaire, avec laquelle le festival clôture sa saison 2007. Julos Beaucarne  n’est pas seulement poète, auteur, compositeur, interprète, c’est aussi un artiste aux convictions vissées au corps et au coeur, par lesquelles, il a acquis un statut international en restant ce qu’il est. En parlant d’où il est. Je dirais pour faire simple, qu’il a été qu’il reste, une chance et une figure de la grande francophonie tout en étant un emblème de la Wallonie. A côté de cela c’est un humain au milieu de tous les autres. Il revendique pour chacun une place: une vraie place, sa place, toute la place. Les artistes sont là pour ça: pour apprécier les choses et les êtres à leur juste valeur. Ils font du sens avec des sensations. C’est pour cette raison qu’ils sont des êtres indispensables. Je voudrais terminer en citant Julos Beaucarne. Un homme qui symbolise aussi la figure du pardon, et ce n’est pas la moindre. Dans une univers aux tournures inquiétantes, où les mots: tendresse, intelligence, sensibilité, passent souvent pour “des gros mots”, à une époque où le cynisme est triomphant, Julos Beaucarne a osé écrire et dire à tous, dans des circonstances terrifiantes: ”Je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer à tort et à travers”.

C’était il y a longtemps. Et Julos est là. Intact. Fidèle. Présent et neuf. Cet homme est un phénix et il vaut bien une cantate.

 

 

 


Soirée exceptionnelle de clôture du Festival Scènes à Seneffe
Actualités_FileMoiFil

 
Cantate profane autour de textes de chansons de Julos Beaucarne
à l'Orangerie du Château

 

Par Pierre BODSON (chanteur), Séverine DELFORGE (chanteuse), Éric PARISIS (récitant),
Henri WELLENS (directeur d’orchestre), Caridad GALINDO (piano), Christine DEBAISIEUX (flûte),
Camille DOORE (basse), Philippe PERREAUX (synthétiseur),le chœur Nuovo Marco et le chœur de Boendael
Mise en scène : Bambina LIBERATORE Scénographie : Valérie LECLERCQ
Arrangements musicaux : Norbert OTT et Philippe PERREAUX

En parcourant l'œuvre du poète, nous avons rassemblé des textes, des poèmes et des chansons en une cantate que nous avons intitulée File-moi un fil. L'argument de cette œuvre développe les thèmes chers à Julos Beauucarne : la protection de notre environnement et la défense des valeurs humaines, d'accueil, de fraternité et d'amour, le tout servi par la poésie tendre du compositeur-parolier.

Les chœurs de Boendael d'Ixelles et du Nuovo Marco d'Uccle ont choisi de s'entourer de musiciens, de solistes, de comédiens et d'autres professionnels confirmés du monde du spectacle, pour donner à leur prestation tout l'éclat auquel ils aspiraient.

Au cœur du spectacle, la Terre et l'Humain pour une prestation vivante et lumineuse.


RESERVATIONS

http://www.theatrepoeme.be/Accueil/seneffeaccueil.htm

Tarif unique pour cette représentation de 15,00€

10:52 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

22 juillet 2007

Prix Scriptores Christiani

 

Images_PrixScriptores


Le 3 mars 2007 au salon du livre de Bruxelles
Julos a reçu le prix des scriptores christiani.
L’ont reçu avec lui : Gabriel Ringlet, Eric-Emmanuel Schmitt
et c’est la journaliste Luc Norin qui les présentait tous les trois.

20:11 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

14 février 2007

Nouveautés

PochetteJaseur

NOUVEL ALBUM 

Julos Beaucarne est non seulement le Vigneault des Belges mais aussi le plus lucide des troubadours, un peu beaucoup à cause du drame de sa vie, l’assassinat de sa compagne en 1975.  La force de Julos a été de continuer à tout voir, et il voit encore tout à travers ce 25e disque en 40 ans de chanson : la beauté des arbres (Les Vrais Amis) comme l’horreur de l’excision des clitoris (Les loups ont des têtes de moutons).  Son humanisme, fait d’émerveillement comme d’indignation, est vécu en toute connaissance de cause, avec un fond de tristesse dans le regard et de la vraie joie dans la voix.  Ainsi chante-t-il Les Naufragés de l’Alzheimer (à partir d’un admirable texte de Marie Gendron), ainsi dénonce-t-il l’extrême droite dans Monsieur de l’hiver, ainsi déballe-t-il sa besace de fines comptines (la chanson-titre, Noémie, la petite fourmi).  Toutes sur le même ton doux, sur fond d’agréable guitare, d’accordéon et de violoncelle.  Histoire de respirer, Julos récite aussi des poèmes entre les chansons.  Dont L’Homme total, de Raoul Duguay.  Car Julos aime le Québec.  À vrai dire, c’est un ami. 

Sylvain Cormier
Le Devoir - 12 janvier 2007




EXEleschaussettes_blog

NOUVEAU LIVRE

Les virelangues ont toujours été mes compagnons de bouche. Pour un comédien, un chanteur ou un orateur de haut vol, dire et redire des virelangues avant un spectacle est un exercice fabuleux qui donne de l'aisance, de la facilité. On passe les mots par son gueuloir, on s'aiguise la bouche, on apprend à proférer, à jeter les mots à la figure comme des épluchures, on se délie la langue. Des savants affirment que nous pensons huit cents mots à la minute et que nous ne pouvons en exprimer vocalement que cent trente-cinq en une minute. Comment s'étonner qu'à vouloir tout dire en une minute, on marche inévitablement sur sa langue ?

Julos Beaucarne



NouveauLivre_chaussettes

Article paru dans le journal Le Soir, 23 février 2007

22:06 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)