13 octobre 2011

Trente à l'heure, tendre allure

 

Trente à l’heure, tendre allure

C’est beau, non, ce slogan de la prévention routière ? Avouez… Beau et utile. Une réussite parfaite de communication. Un bonheur d’expression.

Trente à l’heure, tendre allure… C’est tout simple et ça se dit comme ce que ça dit : avec lenteur, avec tendresse. C’est construit pour être dit lentement. Prenons les mots trente et tendre. Le r du premier mot change de place dans le deuxième. Et le t du premier devient d dans le second. Et dans les deux autres mots : (à) l’heure et allure, le e devient u. Il ne faut pas se précipiter – il faut être prudent – sinon on risque l’accident de parcours, le trébuchement de la langue.

Tenez, ce trente à l’heure, tendre allure, moi, ça me fait penser à… Vous savez à qui ? À Verlaine. On retrouve des choses comme ça chez lui ; de ces figures-là : « Il pleure dans mon cœur / Comme il pleut sur la ville. » Ou chez Gainsbourg, si vous préférez plus moderne : « Dans son regard absent et son iris absinthe… ».

Et comment s’appelle alors ce procédé rhétorique qui consiste à miser sur le rapprochement de mots qui sont presque pareils à l’oreille et cependant de sens tout différents ?

C’est une paronomase. (Du grec para : proche et onoma : nom.) Et les deux mots qui forment la paronomase, les deux mots qui se font écho, sont dits paronymes.

La publicité, évidemment, la publicité commerciale, se sert de ce procédé. Mais de quoi ne se sert-elle pas, la garce ? Tout lui est bon. Elle se permet tout. Le pire et le meilleur…

Je vous montre un exemple : Achetez un portable, pas un jetable. Et un autre tant qu’on y est, qui a largement contribué à la fortune de la maison – et qui est en plus un vers blanc – : Des pâtes, des pâtes, oui mais des Panzani !

On le retrouve encore, ce procédé, dans les proverbes, les sentences : Qui se ressemble, s’assemble ; Comparaison n’est pas raison ; Qui s’excuse, s’accuse.

Il est aussi présent dans ce drôle d’objet langagier qu’on appelle le virelangue. Tantôt ludique, tantôt pédagogique, ou les deux à la fois, le virelangue, lui, n’a rien à vendre, n’a pas non plus de leçon à donner. Il est juste fait pour le plaisir. Pour faire parler et faire rire. S’amuser à courir avec les mots, avec la langue, sans tomber. Ou jusqu’à tomber. Et la chute, alors, est encore plus rigolote que la course… Surtout que, dans la chute, il arrive parfois qu’on produise des mots que... des mots qui… des mots crus !

Julos Beaucarne, grand diseur et faiseur aussi de virelangues, en a écrit un où il est question d’une dame qui s’appelle Coutufon et une autre, Foncoutu.

Je vous laisse à penser ce qu’un accident entre les mots Coutufon et Foncoutu peut donner.

Allez, pour finir, goûtez-moi donc celui-là, tout bref : Te fusses-tu tu, tu m’eusses plus plu.

 

Jean Paul Vasset    Journal le Soir du 10 octobre


 

 

"Les Chaussettes de l'archi-duchesse" livre de virelangues de Julos Beaucarne est disponible chez Claude Duchateau  tél 0032 (0) 10 41 73 74

 

 

trente à l'heure.jpg

 

09:51 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

06 octobre 2011

Lettre ouverte à Mr Erdogan

Mr Erdogan, vous avez  décrété la chasse aux kurdes ... qu'est ce qu'il vous prend?

Votre décison unilatérale fera que plus aucun européen ne viendra visiter la Turquie, les turcs eux-mêmes vont se liguer contre vous .

Mr Erdogan, votre décision unilatérale  met en péril la paix dans toutes les Europes, cette décision que vous avez prise va mettre le feu aux poudres . Tout le monde en Europe veut la paix et non la guerre .

Mr Erdogan s'il vous plaît, mettez des gants, si vous voulez que la Turquie fasse partie de l'Europe ..... il est encore temps, arrêtez tout d'abord d'emprisonner les Kurdes et les écrivains et les intellectuels et les penseurs de votre pays. Ecoutez-les, dialoguez avec eux, écoutez votre peuple .

 

Julos Beaucarne, écrivain

Belgique, le 6 octobre 2011

 

Turquie mai 2011 100.JPG

12:08 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

29 septembre 2011

Wangari Maathai

Wangari Maathai celle qu’on appelait au Kenya ”Makewa l’optimiste” a pris son envol en l’autre monde à l’âge de 71 ans dimanche dernier le 25 septembre 2011 à Nairobi.

Tous les arbres de toute la terre ont fait une minute de silence et ont penché leurs cimes au passage de son âme généreuse.

Je remercie de toute mon âme cette amie que je n’ai jamais vue en vraie vue, celle qui a  pris la défense de tous les arbres, de toutes les femmes, de n’importe quel pays, de n’importe quelle couleur, celle qui a pris la défense de tous les arbres de n’importe quelle essence et originaire de n’importe quelle région du globe. Celle qui a pris la défense de toutes les forêts de la terre  jusqu’à Sarayacu le-village-des-arbres-en-fleurs en Equateur.  

Sarayacu, village en péril face aux pétroliers pétroleurs qui assiègent depuis longtemps le village, ces prêtres de la mort harcèlent ceux qui protègent la Vie avec un grand  “V” . Wangari a mobilisé toutes les femmes kenyanes pour un reboisement massif, elle a éveillé les consciences sur le thème de la conservation des forêts. Elle fut la première africaine à recevoir le prix Nobel de la paix en 2004 .

En 1977 elle a créé le mouvement international “green belt” (ceinture verte) qui a permis de planter en Afrique plus de 40 millions d’arbres pour lutter contre l’érosion et la déforestation. Son métier c’était de dire que tout est possible si l’on s’y met et si on y croit.

 

Julos

le mercredi 28 septembre à TLG en Brabant Wallon Belgique.


securedownload.jpeg

08:35 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (10)

23 septembre 2011

Jalalabad

Es tu déjà allé à Jalalabad  ?

C'est où Jalalabad?

C'est là-bas, très loin.

Pour y aller, faut louer un avion, ça veut dire décoller, atterrir, repartir, plusieurs fois, faut aimer ça ....  jusqu'à ce qu'on soit arrivé là à Jalalabad.

Et là à Jalalabad que feras-tu, voyageur sans but ?

Tu réponds:  "On verra, inquiète-toi pas, les évènements viendront vers moi."

C'est plein de turbulences ces pays là, ils te raconteront tout d'abord l'assassinat de Rabbani. 

Il a été assassiné par qui Rabbani ? 

On ne sait pas encore qui l'a assassiné et pourquoi et pour qui …  Où sont les Moudjahidines à la barbe blanche? Ils sont à Kandahar et pour eux ce n'est pas des vacances, ils sont toujours accompagnés par leurs fusils à répétition, ça rigole pas dans ces pays ! Pour habiter ici, il faudrait avoir 99 vies....

Tu visiteras quand même  Kunduz ? Est-ce qu'on se la coule douce  à Kunduz?

Que nenni, mon ami, là-bas tout est pourri, ça crépite du matin au soir et même la nuit.

Y a -t-il quelque part des relanceurs de paix?

Ils ont pris l'avion hier pour la Floride et notre rendez-vous, c'est quand à Kandahar ?

Les décideurs de paix se saoulent au whisky ce soir …  tant d'outrages à réparer, combien de siècles nous séparent de la paix ? Que de rancoeurs et que de heurts ... résisteras-tu, mon vieux coeur?

Pendant qu'on est ici dans les Asies, aux USA la cour suprême a fait exécuter Troy Davis, ils ne sont pas sûrs qu'il soit coupable ... mais Obama a donné son feu vert. Sans doute qu'il a regardé à la télévision  son exécution  comme il a regardé à la télévision  l'exécution en direct d'Oussama Ben Laden.  Ni le pape, ni Jimmy Carter n'ont pesé dans la balance pour le sauver, le silence du président donne froid dans le dos. "I am Troy Davis".

Les USA  vont dans la lune et cela fait 30 ans que la France a aboli la peine de mort? Troy, hélas était trop noir à leur goût et le gouverneur du Texas Rick Perry a été applaudi à tout rompre quand un journaliste a dit à la foule que depuis qu'il était gouverneur du Texas 234 personnes avaient été  exécutées dans cet état.

Il pleut des âmes dans l'au-delà.

 

Julos

Vendredi 23 septembre 2011

 

15:09 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

12 août 2011

Le Robert Illustré

 

Les Éditions Le Robert ont le plaisir de vous annoncer

que Julos Beaucarne fait son entrée

dans le nouveau dictionnaire le Robert Illustré & Dixel 2012.

17:28 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

01 août 2011

Que devenons-nous?

 

La ville de Détroit aux USA est désertée. Général Motors serait-il mort ?

Que deviens-tu, ô Amérique et nous autres que devenons-nous en notre pays qui hoquette et tant de morts encore en Syrie. Je pense à celles qui meurent et à ceux qui meurent et cela jusques à quand?


Julos

17:04 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (10)

19 juillet 2011

Francofolies

affiche franco.jpeg

 

 


 

Coucou Julos, j'ai eu la chance d'y être ce 13 juillet à la coursive, et c'était un grand bonheur de te voir, de t'écouter et de constater combien les gens t'aiment ! J'en suis vraiment très heureuse pour toi, et je peux te dire que le public ne voulait pas te laisser partir...
Au début quand tu as demandé que chacun parle à son voisin c'était assez comique ... j'ai regardé ma voisine et on a éclaté de rire ! 
Merci pour ces moments où nous avons vibré avec toi, sur tes mots, sur ta voix, sur ton coeur tendre et si profondément Humain !
Et, s'il te plait, reviens vite nous "en-chanter", tu seras toujours le bienvenu, et nous serons toujours au rendez-vous ! 
Mille bises, Anne 

Eh bien voilà une bonne nouvelle… Dans ce grand barnum de La Rochelle, il y eut soudain une pause…
babel  16 juillet 2011 

22:31 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

14 juillet 2011

Julos-folies

Standing ovation à la Coursive

 

Hier soir aux Francofolies de La Rochelle le public, debout, a longuement ovationné un Julos Beaucarne au mieux de sa forme.

 

jean Daniel Lafon.JPG

Des spectateurs de marque: Jean-Daniel Lafond et Michaëlle Jean venus du Québec

14:40 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (6)

11 juillet 2011

Les 75 printemps de Julos

Ô mes amies et amis inouïs, vous fûtes 120 à venir fêter avec moi mes 75 printemps au domaine du Chenoy à Emines au milieu des vignes wallonnes.

Clémence, qui a 10 ans, nous a accueillis dans sa robe blanche avec sa maman Pascale et sa grand mère Chantal et son grand père Philippe Graffé qui a créé en 2003 un vignoble wallon sur les côtes de Sambre et de Meuse à Emines.

Nous avons eu la chance de goûter divers cépages: du Bronnen, du Marzling, de l’Hélios, du Cabertin et ces bons vins nous ont fait chanter la joie d’être encore là et de marcher sur cette boule ronde. Ce fut un merveilleux rendez-vous campagnard et fraternel.

Une délégation d’Ecaussinnes était présente avec Henry Lejeune. Daniel Fouss mon photographe attitré était des nôtres, il expose ses photos à la maison de la Culture de Namur. D’autres amis sont venus de loin, par exemple le photographe Frank Bruynbroek avait fait le déplacement de Californie et la duchesse de Brighton. Christian Verdebout le rédacteur du Flo était venu de Normandie.

Merci! Vous m’avez gâté, je suis encore tout rempli de votre présence ... Rendez-vous l’an prochain le 27 juin 2012.

IMG_8454.JPG


L' arc- en ciel  a coloré les mines des crayons multicolores que nous sommes!

Chacun  a prêté sa couleur  pour faire de la fête un arc de retrouvailles !

En arc de cercle, nous étions lorsque l'archer Julos dégaina ... un bol à musique ... pour accueillir chacun, non pas dans la langue de babel (et pourtant si, aussi !), mais dans un anglais tout à fait unique et hilarant et qui a un charme tout à fait julossien !

L' apéro avait lieu sous l' arc voûté d' une grange plus altière et haute que celle où Michel- Ange peignit les trois archanges !

Foi de tonnelier, nos invités ont été marc-qués par le cadeau d' un vin remarc-quable: la perle de Chenoy, je crois !

En sortant des arcs- boutants, il était temps de rejoindre l' archer aux tables d' un festin d' art que chacun avait composé comme un arc- tiste !

Peu avant le dessert  ... un sorbet fruité aux 7 saveurs et 7 couleurs en forme d' arc- en- ciel, quelques convives ont entonné ... et on s' est tous mis à chanter ! et même si la pluie s' était mise à tomber, le soleil était là et a toujours dardé ! 

On a même entendu les bons amis d' Ecaussines  chanter en wallon ... des airs et des chansons, n' est- ce pas cher voisin, chère voisine ?

C' est alors que Clémence du haut de ses dix ans, perchée sur une chaise ... réclama le silence à toute l' audience :

C' est que les sept couleurs avaient leur mot à dire pour notre Julos qui a 25 ans .. . depuis 5O ans !

Il reçut le recueil fait de 6O pages de précieux messages, et  aussi un classeur des voeux d' aujourd'hui de la part de tous ses amis !

Des tables où on refait le monde avec des 9 idées ( neuves idées ) , sur  un neuvième nuage en ce neuf juillet : quoi de plus neuf en somme !

C' était alors bien passé minuit, je vous l' assure, lorsque chacun s'en retourna : Bruxelles , Strasbourg, Brighton, Liège ou Troismonts ... le monde est comme un arc à flèches ... et chaque destination ... un petit point sur l' horizon !

A bientôt donc !

Myriam

IMG_8464.JPG

 

14:00 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (11)

04 juillet 2011

Nouvelles de Sarayaku

sarayaku 2.jpeg

21:11 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

17 juin 2011

Le macareux

 

Macareux%20moine3.jpg

 

Buffon (1707-1788) naturaliste français parlait déjà du “macareux” dans ses livres sur les oiseaux.

Connaissez vous ce fameux macareux tout coloré ? Il est, hélas, en voie de disparition. J’ai pu le voir jadis, à l’île St Gildas en Bretagne, j’en ai retrouvé aussi au Québec quelques années plus tard au large de Sept îles. Quelqu’un pourrait- il me dire s’il y en a encore au Québec et en Bretagne? J’ai l’espoir que oui.

Dans le journal le “Monde “ d’aujourd’hui il y a une nouvelle qui va faire mal à celles et à ceux qui font partie du Front de libération des arbres fruitiers. En page 10  le journal signale que 40.000 platanes du midi devront être abattus. 

Quel coup dur pour tous les amoureux des arbres ! C’est le “chancre coloré” un champignon microscopique qui est responsable de ce désastre. Les arbres marqués d’un gros trait vert fluo tomberont ces prochains jours. Si vous habitez près du canal du midi, courrez vite dire au revoir à ces arbres qui ont fait le charme de cette région de France. Envoyez-nous une photo.  

Julos Tourinnes-la Grosse  ce vendredi 17 juin 

 

canal du midi.JPG

Photo de Colette Liebrecht

22:01 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

13 juin 2011

Où en sommes-nous?

 

Sur le bord du monde il y a des enfants qui marchent,

il ne faut presque rien pour qu’ils tombent dans l’abîme,

précipités hors d’eux-mêmes.

 

Au Congo la violence faite aux femmes est quotidienne, en Syrie des soldats ont massacré des enfants, de partout montent les cris des suppliciés. En Libye l’Otan fait des dégâts collatéraux, en Côte d’Ivoire rien n’est réglé, les armes automatiques crépitent dans les nuits chaudes .  

Le monde va de traviole, il y a des tensions entre la Chine et le Vietnam, la terre est aux soins intensifs à Fukushima au Japon. Un train plein de déchets radioactifs en provenance  des Pays-Bas a traversé il y a quelques jours la Belgique pour rejoindre La Hague en France, tout cela sans le moindre avertissement.

Des volcans vocifèrent dans les nords des Europes et ça fait un an que la Belgique n’a pas le moindre gouvernement. Pourtant se sont succédés à la barre un paquet d’informateurs, de préformateurs, de conciliateurs, de déboucheurs, de négociateurs, de formateurs, de déformateurs, de grugeurs, de pataugeurs, de verbiageurs, d’esbroufeurs, d’écornifleurs, d’accoucheurs et j’en passe et des meilleurs, sans oublier des défricheurs … Rien à faire ... le pays est arrêté sur l’image. 

En plus, on nous annonce que 3000 langues vont disparaître d’ici la fin du siècle. L’anglais gagne du terrain sur la toile internet. Les businessmen tiennent le haut du pavé. Les talibans du Pakistan, les pasdarans de l’Iran ont le doigt sur la gâchette, les forces de répression des gardiens de la révolution, le mollah Baradar et le mollah Omar seraient en pourparlers avec madame Clinton. Pourra-t-elle dialoguer avec toutes les factions en présence ?  Nous le saurons sans doute dans quelques jours. Si elle réussit,  pourrait-on lui demander de venir chez nous pour parler avec nos mollahs à nous. Chers lecteurs vous devinez de qui je veux parler. Welcome Madame Clinton .

Bien sûr, c’est juste une idée .... 

 

Julos Beaucarne

 

fenêtre et bataille.JPG

12:36 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)